Extension Factory Builder
19/06/2012 à 19:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La grande mosquée Mohammed VI de Saint-Étienne. La grande mosquée Mohammed VI de Saint-Étienne. © http://www.mosquee-saint-etienne.org

La grande mosquée Mohammed VI de Saint-Étienne (sud-est de la France) a été inaugurée mardi 19 juin, en présence du ministre marocain des Affaires religieuses Ahmed Taoufiq.

C’est en présence du ministre marocain des Affaires religieuses Ahmed Taoufiq, ainsi que des autorités politiques et religieuses de la ville et du département de la Loire que la Grande Mosquée Mohammed VI de Saint Étienne (sud-est de la France) a été inaugurée mardi 19 juin. Fort d’une surface de 1 400 m2, l’édifice pourra accueillir jusqu'à 5 000 personnes lors des grandes fêtes religieuses. Sa construction aura nécessité huit années de travaux, auxquels 53 ouvriers qualifiés marocains ont participé.

Une grande partie du financement a été prise en charge par le royaume du Maroc. « Construire cette grande mosquée à Saint-Étienne est un message que le roi Mohammed VI lance au monde entier », a déclaré le ministre marocain. Selon Ahmed Taoufiq, « cette mosquée promeut l'islam du juste milieu dans le respect des valeurs du pays d'accueil ».

Oeuvre d'art

Satisfait que la communauté musulmane dispose désormais d'une « grande mosquée et d'un lieu de prière de très haute qualité », le sénateur-maire de la ville, Maurice Vincent s’est dit « sûr qu'il contribuera à manifester de façon paisible la présence parmi (les Français) de cette religion importante qu'est l'islam ».

« Je constate, aussi, avec intérêt, que notre patrimoine monumental de Saint-Étienne vient s'enrichir d'un nouvel édifice qui est en même temps une œuvre d'art », a-t-il ajouté. Fabienne Buccio, préfet du département de la Loire a également souhaité que la communauté musulmane de la ville trouve dans cette mosquée « un lieu propice à l'exercice, digne et paisible, de leur religion ».

Le permis de construire de la mosquée de Marseille finalement validé

La cour administrative d'appel de Marseille a validé mardi 19 juin le permis de construire de la grande mosquée de la ville, dont la première pierre a été symboliquement posée en mai 2010. Le tribunal administratif avait annulé en octobre le permis déposé en raison de l'insuffisance de places de stationnement autour de ce qui est annoncé comme l'un des plus importants édifices musulmans de France. L'avenir de ce projet reste toutefois incertain du fait de ses difficultés de financement.(AFP)

De son côté, le président du Conseil français du culte musulman, Mohammed Moussaoui, a estimé que l'espace total alloué, en France, à la pratique de sa religion était toujours insuffisant. « Il faudrait, au moins, doubler la surface dont dispose actuellement le culte musulman pour faire face à la demande à laquelle il est confronté », a-t-il dit. Serpent de mer de la vie politique et sociale française, la question de la construction des nouvelles mosquées et de leur financement – toute contribution de l’État français à la création des lieux de cultes étant théoriquement interdite - crée régulièrement la polémique.

Polémique

Cet heureux évènement pour la communauté musulmane de Saint-Étienne s’est néanmoins déroulé sur fond de polémique après l’éviction courant mai de l’ancien imam de la ville, Mohammed El Adly, rappelé au Maroc par les autorités religieuses dont il était employé. La radicalisation présumée de ses propos serait à l’origine de cette mise à l’écart. El Adly a depuis été remplacé par Khalid El Asri, un Marocain francophone de 37 ans, membre de la délégation des affaires islamiques de la région de Rabat depuis 2006.

Présents lors de l’inauguration pour manifester leur soutien à celui qui fut imam de Saint-Étienne pendant dix-sept ans, une cinquantaine de fidèles se sont heurtés aux forces de l’ordre. Un homme a été placé en garde à vue. Il est soupçonné de violences sur des agents de la force publique, a appris l’AFP de source policière.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Jeune patronne d'Oriental Wedding, cette créatrice propose ses caftans aux Franco-Maghrébines à la recherche de robes de mariage traditionnelles... et modernes.[...]

Immunité routière pour diplomates africains à New York ?

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New York.[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

"Bodybuilder" : surprenant Roschdy Zem !

Jamais là où on l'attend, avec "Bodybuilder", l'acteur réalise un troisième film attachant. Et aborde avec originalité l'univers du culturisme et les relations père-fils.[...]

Maroc : Bouchta Charef lâché par son épouse

L'épouse de Bouchta Charef, célèbre jihadiste marocain détenu à Tétouan, a livré un témoignage remettant en cause les accusations de mauvais traitements portées par[...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Maroc : Farid Belkahia, dernier trait de pinceau

Le doyen de l'art moderne marocain, Farid Belkahia, est décédé jeudi 25 septembre à l'âge de 80 ans. Hommage à l'artiste, au voyageur, au sculpteur et au militant...[...]

Maroc - Espagne : neuf jihadistes liés à l'État islamique arrêtés

Une cellule liée aux jihadistes de l'État Islamique, basée dans l'enclave espagnole au Maroc de Melilla et la ville voisine marocaine de Nador, a été démantelée, a annoncé[...]

Maroc : Hassan Bouhemou quitte le holding royal SNI

Après 13 années à la tête de la SNI, Hassan Bouhemou quitte le groupe pour se consacrer à ses affaires personnelles. Une décision qui sera entérinée lors du prochain conseil[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers