Extension Factory Builder
19/06/2012 à 09:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des résultats provisoires donnent les Frères musulmans vainqueurs de la présidentielle. Des résultats provisoires donnent les Frères musulmans vainqueurs de la présidentielle. © AFP

Alors que les résultats de la présidentielle se font attendre - même si la balance semble pencher du côté du candidat des Frères musulmans -, de nouvelles manifestations sont attendues au Caire. Objectif des militants pro-démocratie : dénoncer la volonté de l'armée égyptienne de conserver le pouvoir législatif et de contrôler le processus constitutionnel.

Ce n'est que jeudi que les résultats officiels de la présidentielle égyptienne seront annoncés par la Commission électorale. En attendant, le candidat des Frères musulmans, Mohamed Morsi, a revendiqué la victoire, lundi, ce que lui a aussitôt contesté son rival Ahmed Chafiq, ancien chef d'état-major de l'armée et dernier Premier ministre de Hosni Moubarak. Ce dernier accuse Morsi de vouloir « voler » la présidence, et assure être en possession de résultats provisoire lui donnant 51 à 52% des voix.

« C'est un acte de piraterie de revendiquer une victoire en utilisant des chiffres totalement faux », a fustigé Ahmad Sarhan, un responsable de la campagne de Chafiq. Mais les chiffres avancés par les Frères musulmans le sont aussi par des médias gouvernementaux. La télévision d'État a annoncé un score provisoire de 52% des voix pour Morsi contre 48% pour Chafiq. Et le site internet du quotidien gouvernemental al-Ahram donne lui aussi une courte avance aux Frères musulmans, avec 51% des suffrages.

Proche de Hosni Moubarak, Ahmed Chafiq est considéré comme le candidat de l'armée.

© AFP

Verrous institutionnels

Si la victoire des islamistes était confirmée, ce serait une première dans l'Égypte moderne. Mais le nouveau président n'aurait encore que très peu de pouvoir. Peu avant la fermeture des bureaux de vote, dimanche, l'armée a confirmé qu'elle ne rendrait le pouvoir aux civils qu'au compte goutte. Si elle entend bien remettre l'exécutif aux mains du nouveau président, elle garde en revanche le pouvoir législatif sous sa coupe, ainsi que d'autre verrous institutionnels, au nom de « l'équilibre des pouvoirs ».

L'armée conserve un droit de veto sur tout article de la future Constitution qu'il estimerait "contraire aux intérêts suprêmes du pays".

De fait, dans une « Déclaration constitutionnelle amendée », le Conseil suprême des forces armées (CSFA) stipule qu'il garde la haute main sur « tout ce qui relève des forces armées » et possède un droit de veto sur tout article de la future Constitution qu'il estimerait « contraire aux intérêts suprêmes du pays ». Le CSFA annonce en outre qu'il exerce le pouvoir législatif jusqu'à l'élection d'une nouvelle Assemblée du peuple, la chambre des députés dominée par les Frères musulmans ayant été dissoute en application d'un arrêt de la Haute cour constitutionnelle pour un vice juridique dans la loi électorale.

Le candidat des frères musulmans, Mohamed Morsi, réfute la dissolution de l'Assemblée populaire.

© AFP

"Coup constitutionnel"

Une décision à laquelle se sont vivement opposés les Frères musulmans qui ont affirmé que l'Assemblée du peuple restait valide, le Conseil militaire « n'ayant pas le pouvoir de la dissoudre ». La confrérie a en outre annoncé qu'elle participerait aux manifestations prévues  à partir de mardi pour contrer « le coup constitutionnel ». Les États-Unis se sont dits lundi « profondément inquiets » des prérogatives que la junte s'est attribuées. Washington attend du CSFA qu'il transfère « l'intégralité du pouvoir à un gouvernement civil démocratiquement élu, comme le CSFA l'avait auparavant annoncé », a déclaré le porte-parole du ministère américain de la Défense, George Little.

Seule avancée notable pour l'élaboration de la prochaine Constitution : un juge respecté, Hossam al-Ghariani, a été désigné lundi à la tête de la commission chargée de rédiger le texte fondamental lors de la première réunion de celle-ci. Mais l'avenir de ladite commission semble compromis après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée du peuple.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Gaza : vers un accord a minima entre Israël et les Palestiniens ?

Gaza : vers un accord a minima entre Israël et les Palestiniens ?

Israéliens et Palestiniens se sont mis d'accord lundi soir sur la prolongation de vingt-quatre heures du cessez-le-feu en vigueur à Gaza. Cette décision adoptée in extremis, peu avant l'expiration de la[...]

Égypte : trois morts dans des heurts en marge de manifestations pro-Morsi

Trois personnes ont péri vendredi en Égypte dans des heurts en marge de manifestations des partisans du président déchu Mohamed Morsi, a affirmé un responsable de la sécurité, au[...]

Égypte : trois morts dans la répression de la commémoration des massacres de 2013

Au moins trois personnes ont été tuées jeudi au Caire en marge de manifestations des partisans du président déchu Mohamed Morsi qui ont peiné à mobiliser à l'occasion du[...]

Fatma, survivante de Rabaa : "Il y avait du sang partout"

Il y a un an, les autorités égyptiennes dispersaient dans le sang deux sit-ins en soutien à Mohamed Morsi, sur les places Nahda et Rabaa. Une répression d’une rare violence que HRW a[...]

Sissi et le massacre de Rabaa al-Adawiya, le Tian'anmen égyptien

Selon l’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, la tuerie de Rabaa al-Adawiya, perpétrée il y a tout juste un an contre des partisans des Frères musulmans, est[...]

Gaza : prolongation de la trêve pendant cinq jours

Après de nouveaux raids aériens sur Gaza en riposte à des tirs de roquettes, l'Égypte a annoncé mercredi soir la prolongation pour une durée de cinq jours de la trêve entre[...]

Égypte : un an après, Sissi veut tourner la page des massacres d'août 2013

Le 14 août 2013, une répression terrible s’est abattue sur les partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi. Un an après, le maréchal au pouvoir, Abdel Fattah al-Sissi, veut[...]

Répression des Frères musulmans : deux dirigeants de HRW interdits de séjour en Égypte

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a annoncé lundi que deux de ses directeurs ont été interdits d'entrer en Égypte où ils devaient présenter un rapport sur la sanglante répression[...]

DP World en pleine tourmente sur le continent

Alors qu'il aligne les bonnes performances à travers le monde, en Afrique, le troisième opérateur portuaire mondial collectionne les ennuis et les scandales. Le dernier en date, à Djibouti,[...]

L'Égypte finit d'éradiquer les Frères musulmans de la scène politique

L'Égypte a achevé samedi d'éradiquer les Frères musulmans de la scène politique en prononçant la dissolution de leur branche politique plus d'un an après que l'armée a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers