Extension Factory Builder
18/06/2012 à 19:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Imaginées à la fin des années 1990, les Gacaca ont été formellement créées le 18 juin 2002. Imaginées à la fin des années 1990, les Gacaca ont été formellement créées le 18 juin 2002. © AFP

Le Rwanda a officiellement clôturé, ce lundi 18 juin, les Gacaca, ces cours traditionnelles qui ont servi, dix ans durant, à juger les génocidaires.

À Kigali, le siège de la chambre des députés du Rwanda porte toujours les stigmates – traces d'obus et de mitrailleuses – des violents combats qu'a connu la ville entre la fin juin et le début du mois de juillet 1994. Comme pour préserver, à la vue de tous, la mémoire toujours vive des drames qu'a connus le pays. Et c'est ici que s'est refermé, lundi 18 juin, un chapitre de cette histoire, avec la clôture officielle, par le président Paul Kagamé, des juridictions Gacaca (prononcer Gatchatcha) après tout juste 10 ans d'existence et plus d'1,9 millions de procès pour un million de personnes concernées.

Les Gacaca, inspirées de la justice traditionnelle rwandaise, ont été imaginées à la fin des années 1990, puis formellement créées le 18 juin 2002, pour faire face à un défi colossal. Le système judiciaire classique, ravagé par la guerre, les massacres et l'exil de certains magistrats, avançait à un rythme tellement lent, qu'il aurait fallu plus d'un siècle pour juger les seuls détenus en attente de jugement (120 000 d'entre eux engorgeaient alors les prisons).

« Nous avions le choix entre trois possibilités, a déclaré Paul Kagamé dans son discours de clôture. Les deux premières, la vengeance ou l'amnistie générale, auraient mené à de nouveaux ravages. Nous avons préféré nous attaquer au problème […] avec nos mécanismes traditionnels de résolution des conflits ».

Les Gacaca – du nom de l'herbe sur laquelle ces participants s'assoient lors des audiences en plein air et en public – présidées par des personnes élues dans chaque village en l'absence de tout professionnel de justice, ont donc été créées pour juger les personnes accusées de crimes (assassinat, blessures, viol, vol...) liés au génocide des Tutsis, entre octobre 1990 et décembre 1994. Les responsables de pogroms anti-Tutsis pendant les années précédant le génocide, étaient eux aussi concernés.

Instaurer un dialogue

Ce système, fondé sur la parole et l'aveu - obtenu dans 20% des cas, il pouvait permettre des réductions de peines - avait aussi pour but de révéler la vérité en public, pour servir de base à l'apaisement et à la réconciliation. Les Gacaca ont ainsi permis d'exhumer de nombreux corps de fosses communes découvertes à cette occasion. Le processus n'a pas été sans accrocs : certains juges ont été corrompus, d'autres (nombreux) ont été destitués car eux-mêmes accusés de génocide, des témoins ont été intimidés, voir tués, des victimes ont été à nouveau traumatisées par les débats... Enfin, des accusés ont été injustement poursuivis (14% des procès ont abouti à un acquittement) et selon plusieurs ONG, plusieurs accusés ont avoué, sous la pression, des crimes qu'ils n'avaient pas commis.

S'il n'a pas réglé tous les problèmes, ce processus unique aura permis de juger l'immense majorité des suspects de génocide, ainsi que d'instaurer un dialogue entre les rescapés et leurs bourreaux, qui n'avait jusque-là jamais pu avoir lieu.

________

Pierre Boisselet, envoyé spécial à Kigali
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Rwanda

La RDC affirme avoir 'engagé' une offensive contre les rebelles hutu rwandais

La RDC affirme avoir "engagé" une offensive contre les rebelles hutu rwandais

L'armée de la République démocratique du Congo (RDC) a "engagé" une offensive contre les rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), qui s&e[...]

Rwanda : deux nouveaux génocidaires présumés seront jugés à Paris

Après Pascal Simbikangwa, jugé en France et condamné à 25 ans de détention en mars 2014, c’est au tour de Tito Barahira et Octavien Ngenzi d'être accusés sur le sol[...]

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand[...]

Rwanda : où étiez-vous le 6 avril 1994 ?

Rescapée du génocide, la chorégraphe rwandaise multicarte Dorothée Munyaneza mêle tous les arts à sa disposition pour retranscrire ses souvenirs et confronter le spectateur à[...]

Jean-Damascène Habarurema, marathonien philosophe, entre la France et le Rwanda

Rescapé du génocide, ce Rwandais court le marathon pour la France et travaille sur une thèse de philosophie.[...]

Rwanda : Valentine Rugwabiza, de l'OMC à l'intégration est-africaine

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Louise Mushikiwabo, héraut du Rwanda de Paul Kagamé

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Philippe Meilhac, l'as du Rwanda

De confortables honoraires, une grande exposition médiatique, le tout dans un cadre juridique familier, hérité du temps des colonies... Quelles que soient la complexité des dossiers ou la[...]

Rwanda : Augustin Ngirabatware, génocidaire sous protection

Soutenu par l'OCDE, la Francophonie et d'éminents universitaires européen, l'ancien ministre rwandais Augustin Ngirabatware a été condamné le 18 décembre à trente ans[...]

Rwanda : Kigeli V, un roi têtu

Le gouvernement rwandais a souhaité offrir au roi Kigeli V, 78 ans, en exil dans la banlieue de Washington depuis 1992, une chance de rentrer au pays.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120618184915 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120618184915 from 172.16.0.100