Extension Factory Builder
18/06/2012 à 18:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Réunion entre une délégation d'Ansar Eddine et Blaise Compaoré, le 18 juin 2012. Réunion entre une délégation d'Ansar Eddine et Blaise Compaoré, le 18 juin 2012. © AFP

Le groupe islamiste Ansar Eddine a déclaré lundi 18 juin être prêt à s’asseoir à la table des négociations sur la crise malienne. La médiation, conduite par le Burkina-Faso, lui demande de rompre ses relations avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

C’est un petit progrès diplomatique. Ansar Eddine, qui contrôle avec d'autres mouvements armés le nord du Mali, s'est dit lundi prêt à négocier avec la médiation conduite par le président burkinabè Blaise Compaoré. De leur côté, les médiateurs ont exigé que le groupe islamiste rompe ses relations avec les « terroristes » d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

« Nous acceptons la médiation du Burkina Faso, nous empruntons la voie de cette négociation », a affirmé devant la presse Cheick Ag Wissa, porte-parole d'une délégation d'Ansar Eddine.

Il s'exprimait à l'issue du premier entretien entre Ansar Eddine et le président Blaise Compaoré, médiateur de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), au palais présidentiel à Ouagadougou.

« La délégation d'Ansar Eddine a manifesté sa disponibilité à s'engager dans la voie de recherche (d'une) solution politique négociée à cette crise, sous la médiation » de Blaise Compaoré, a confirmé le ministre burkinabè des Affaires étrangères Djibrill Bassolé. Mais le ministre a estimé que le groupe islamiste, qui veut imposer la charia (loi islamique) dans tout le Mali avec son allié jihadiste Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), doit « clarifier (ses) positions ».

Le MNLA aussi "disponible" pour des négociations

Il faut que ce groupe « inscrive son action dans la revendication touarègue, (...) bien sûr à l'exclusion de toute alliance opérationnelle avec des groupes terroristes », a souligné Djibrill Bassolé. « Nous avons aujourd'hui le devoir de clarifier les choses. En tout état de cause, nous avons le devoir de nous acheminer tous ensemble vers une solution globale négociée de paix », a-t-il insisté.

Blaise Compaoré avait rencontré le 9 juin une délégation de rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), qui s'était aussi déclarée « disponible » pour des négociations de paix.

Dans la foulée d'un putsch le 22 mars à Bamako, l'immense région désertique du nord du Mali est tombée aux mains du MNLA et surtout d'Ansar Eddine et d'Aqmi, mouvance jihadiste qui commet des rapts, en particulier d'Occidentaux, dans le Sahel.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : un député devient chef coutumier de Kidal, bastion touareg

Mali : un député devient chef coutumier de Kidal, bastion touareg

Un député du parti au pouvoir au Mali a succédé samedi à son père Intalla Ag Attaher, décédé le 18 décembre, comme chef coutumier de la région de Kidal[...]

Sahel : ces chefs jihadistes éliminés par les Français... et ceux qui courent toujours

Plusieurs chefs jihadistes de premier plan ont été tués par les forces françaises depuis le déclenchement de l'opération Serval au Mali, en janvier 2013. D'autres sont toujours en vie,[...]

Minusma : Mongi Hamdi, bienvenue au Mali !

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace Bert Koenders à la tête de la Minusma. À Bamako, on est plutôt satisfait.[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers