Extension Factory Builder
19/06/2012 à 17:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président de la commission électorale s'exprime devant la presse le 10 juin 2012 à Tripoli. Le président de la commission électorale s'exprime devant la presse le 10 juin 2012 à Tripoli. © Gianluigi Guercia/AFP

La commission électorale libyenne a lancé, lundi 18 juin, la campagne électorale pour l’Assemblée constituante libyenne. Le premier scrutin démocratique après la chute de Kaddafi se tiendra le 7 juillet.

C’est le début d’une lente reconstruction. Lundi, la commission électorale a officiellement lancé la campagne des élections à l'Assemblée constiutante, avec ses 2 501 candidats indépendants et 1 206 candidats de groupes politiques pour les 200 sièges. Du 18 juin au 5 juillet, les Libyens vont donc essayer d'y voir plus clair parmi ceux qui sollicitent leurs suffrages.

Au total, pas moins de 142 groupes politiques présentent des candidats. Ceux qui seront élus le 7 juillet feront partie du tout premier Congrès général national libyen (Assemblée constituante) et devront nommer un comité d'experts chargés de rédiger un projet de Constitution qui sera ensuite soumis à référendum.

À la première session du Congrès général national libyen devra succéder la démission du Conseil national de transition (CNT), qui dirige la Libye depuis la chute du régime de Mouammar Kaddafi en octobre 2011. Le scrutin, prévu initialement le 19 juin conformément à un calendrier fixé par le CNT, a été retardé pour des raisons techniques et logistiques.

"Calendrier tenable"

« C'est encore serré, mais notre équipe électorale (...) croit que c'est un calendrier tenable », a déclaré à l'AFP l'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ian Martin. Les 2,7 millions d’électeurs (80% du corps électoral potentiel) devant se familiariser avec les candidats, il était plus « sage », selon M. Martin, de donner davantage de temps à la campagne. « Il n'est pas nécessaire que ce soit une élection parfaite, mais c'est une élection très nécessaire », a-t-il ajouté.

Des experts de l'ONU conseillent le ministère de l'Intérieur sur les questions de sécurité pour ces premières élections nationales post-Kaddafi. L'enjeu est de taille : les tensions sont inévitables dans un paysage politique morcelé et refondé. « Ce serait irréaliste de penser qu'il n'y aura pas du tout de problèmes de sécurité, mais je suis très encouragé par le fait qu'il n'y a pas eu d'incidents sérieux lors de l'enregistrement des votants », a souligné l’émissaire de l’ONU. Malgré un prévisible échauffement des esprits dans les prochains débats, « la capacité est là pour faire face aux problèmes de sécurité s'ils surgissent », a conclu l'optimiste M. Martin.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Racisme : les Libyens et immigrés noirs, boucs émissaires des milices

Racisme : les Libyens et immigrés noirs, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Le groupe jihadiste qui a enlevé les diplomates tunisiens en Libye diffuse une vidéo

Mohamed Ben Cheikh, employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, avait été enlevé le 21 mars à Tripoli. Un mois plus tard, un groupe jihadiste a publié une vidéo dans laquelle[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces