Extension Factory Builder
19/06/2012 à 17:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président de la commission électorale s'exprime devant la presse le 10 juin 2012 à Tripoli. Le président de la commission électorale s'exprime devant la presse le 10 juin 2012 à Tripoli. © Gianluigi Guercia/AFP

La commission électorale libyenne a lancé, lundi 18 juin, la campagne électorale pour l’Assemblée constituante libyenne. Le premier scrutin démocratique après la chute de Kadhafi se tiendra le 7 juillet.

C’est le début d’une lente reconstruction. Lundi, la commission électorale a officiellement lancé la campagne des élections à l'Assemblée constiutante, avec ses 2 501 candidats indépendants et 1 206 candidats de groupes politiques pour les 200 sièges. Du 18 juin au 5 juillet, les Libyens vont donc essayer d'y voir plus clair parmi ceux qui sollicitent leurs suffrages.

Au total, pas moins de 142 groupes politiques présentent des candidats. Ceux qui seront élus le 7 juillet feront partie du tout premier Congrès général national libyen (Assemblée constituante) et devront nommer un comité d'experts chargés de rédiger un projet de Constitution qui sera ensuite soumis à référendum.

À la première session du Congrès général national libyen devra succéder la démission du Conseil national de transition (CNT), qui dirige la Libye depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011. Le scrutin, prévu initialement le 19 juin conformément à un calendrier fixé par le CNT, a été retardé pour des raisons techniques et logistiques.

"Calendrier tenable"

« C'est encore serré, mais notre équipe électorale (...) croit que c'est un calendrier tenable », a déclaré à l'AFP l'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ian Martin. Les 2,7 millions d’électeurs (80% du corps électoral potentiel) devant se familiariser avec les candidats, il était plus « sage », selon M. Martin, de donner davantage de temps à la campagne. « Il n'est pas nécessaire que ce soit une élection parfaite, mais c'est une élection très nécessaire », a-t-il ajouté.

Des experts de l'ONU conseillent le ministère de l'Intérieur sur les questions de sécurité pour ces premières élections nationales post-Kadhafi. L'enjeu est de taille : les tensions sont inévitables dans un paysage politique morcelé et refondé. « Ce serait irréaliste de penser qu'il n'y aura pas du tout de problèmes de sécurité, mais je suis très encouragé par le fait qu'il n'y a pas eu d'incidents sérieux lors de l'enregistrement des votants », a souligné l’émissaire de l’ONU. Malgré un prévisible échauffement des esprits dans les prochains débats, « la capacité est là pour faire face aux problèmes de sécurité s'ils surgissent », a conclu l'optimiste M. Martin.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de 'porteur de valise'

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick Amad[...]

Libye : Haftar revendique les raids aériens près de Tripoli

Le général dissident Khalifa Haftar, opposé militairement aux milices islamistes, a revendiqué lundi les deux raids qui ont frappé le sud de Tripoli plus tôt le même jour. Mais des[...]

Libye : frappes aériennes près de l'aéroport de Tripoli

Deux avions non identifiés ont bombardé lundi avant l’aube des positions de miliciens rivaux qui s’affrontent à l’arme lourde pour le contrôle de l’aéroport international[...]

Libye : le Parlement en faveur d'une intervention étrangère

Le Parlement libyen a voté mercredi une résolution en faveur de l'intervention militaire de la communauté internationale dans le pays pour protéger les civils, alors que les combats entre milices[...]

Libye : le chef de la police de Tripoli assassiné

L'assassinat mardi du chef de la police de Tripoli intervient sur fond d'affrontements meurtriers entre milices rivales pour le contrôle de l'aéroport de la capitale libyenne.[...]

Libye : la première vie de Khalifa Haftar, condottiere des sables

Dans un billet en deux parties, Laurent Touchard* s'attèle à retracer la vie de Khalifa Haftar, qui a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les[...]

Libye : mais que font les voisins ?

Face au chaos libyen, les États frontaliers s'organisent : Le Caire se charge du dossier politique, Alger s'occupe du volet sécuritaire, et Tunis coordonne l'ensemble.[...]

Libye : les 7 erreurs qu'il ne fallait pas commettre

Les incessants accrochages entre milices se sont transformés en une véritable guerre opposant les islamistes aux combattants de Khalifa Haftar. Il faut dire que, depuis la révolution, rien ne s'est[...]

Libye : le Parlement s'installe à Tobrouk malgré le boycott des islamistes

En raison des combats à Tripoli, le nouveau Parlement libyen, issu des élections du 25 juin dernier, s'est installé lundi à Tobrouk. Sans la présence des islamistes, qui ont boycotté la[...]

Cinq à dix mille Égyptiens toujours bloqués à la frontière entre la Tunisie et la Libye

Environ 2 500 Égyptiens bloqués à la frontière avec la Tunisie ont été rapatriés dans leur pays, a annoncé lundi le ministre égyptien des Affaires [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers