Extension Factory Builder
18/06/2012 à 19:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Béji Caïd Essebsi a dirigé le premier gouvernement de transition après la chute de Ben Ali. Béji Caïd Essebsi a dirigé le premier gouvernement de transition après la chute de Ben Ali. © AFP

Ancien membre du Rassemblement constitutionnel démocrate (RCD) et premier chef du premier gouvernement de l'après Ben Ali, Béji Caïd Essebsi a annoncé samedi 16 juin le lancement d'un nouveau parti baptisé Nida' Tounès ("L'appel de la Tunisie"). L’occasion d’une première passe d’arme avec le gouvernement Ennahdha.

L'ancien Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi (BCE) est de retour sur la scène politique. Ce disciple d’Habib Bourguiba a annoncé samedi 16 juin le lancement d'un nouveau parti baptisé Nida' Tounès (« L'appel de la Tunisie ») en vue des prochaines élections en mars 2013. Des dizaines d'islamistes ont manifesté à l’extérieur du Palais des congrès, où se tenait le meeting, accusant Béji Caïd Essebsi d'être un « feloul », un « vestige » de l'ancien régime. Âgé de 85 ans, Béji Caïd Essebsi, qui a été membre du parti de Zine ben Ali, a dirigé le premier gouvernement de transition après la chute du régime totalitaire de l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011, avant de céder la place en novembre suivant.

« La scène politique est déséquilibrée et les partis, malheureusement, n'ont pas été capables de se rassembler », a-t-il déclaré devant quelque 2 000 sympathisants. « En conséquence, nous annonçons la création de l'Appel de la Tunisie. » BCE ambitionne de faire de son parti un mouvement fédérateur des forces libérales et centristes. « Nous voulons que notre mouvement unisse tout le monde, sans exclusion ni marginalisation, au service du pays », a-t-il lancé.

"Sa vie politique est terminée"

Dans son allocution, Béji Caïd Essebsi s’en est pris violemment au gouvernement Ennahdha qui a, selon lui, « montré qu'il ne peut pas changer la situation. Il faut agir dès maintenant ». « Ils sont certes légitimes par le biais des élections mais ils doivent démontrer, dans leur gestion quotidienne des affaires de l’État, qu’ils sont aptes à gouverner. Leur légitimité, ils la tirent aussi de leur capacité à assurer la sécurité des personnes et des biens, et l’État doit opposer sa violence à celle des groupes violents», a-t-il poursuivi.

Réponse immédiate du gouvernement tunisien par la voix du ministre des Affaires étrangères Rafik Ben Abdessalem : « J’insiste sur le fait que sa vie politique et non biologique, est terminée. Et je m’adresse à M. Caïd Essebsi et ses compagnons qu’il y a eu révolution et rupture totale avec le passé », a-t-il déclaré.

Cependant, les ambitions électorales de Caïd Essebsi pourraient rester lettre morte. Le président du comité constitutif du Mouvement Ennahdha, Fathy Ayedi a déclaré lundi 18 juin que son parti proposera à l’assemblée constituante un projet de loi interdisant les ex-membres du RCD d’exercer toute fonction politique. Ce projet visent essentiellement les personnes ayant exercé au sein du RCD et occupé des postes ministériels, a-t-il expliqué sur Radio Mosaïque.

(Avec Agences)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex