Extension Factory Builder
18/06/2012 à 19:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Béji Caïd Essebsi a dirigé le premier gouvernement de transition après la chute de Ben Ali. Béji Caïd Essebsi a dirigé le premier gouvernement de transition après la chute de Ben Ali. © AFP

Ancien membre du Rassemblement constitutionnel démocrate (RCD) et premier chef du premier gouvernement de l'après Ben Ali, Béji Caïd Essebsi a annoncé samedi 16 juin le lancement d'un nouveau parti baptisé Nida' Tounès ("L'appel de la Tunisie"). L’occasion d’une première passe d’arme avec le gouvernement Ennahdha.

L'ancien Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi (BCE) est de retour sur la scène politique. Ce disciple d’Habib Bourguiba a annoncé samedi 16 juin le lancement d'un nouveau parti baptisé Nida' Tounès (« L'appel de la Tunisie ») en vue des prochaines élections en mars 2013. Des dizaines d'islamistes ont manifesté à l’extérieur du Palais des congrès, où se tenait le meeting, accusant Béji Caïd Essebsi d'être un « feloul », un « vestige » de l'ancien régime. Âgé de 85 ans, Béji Caïd Essebsi, qui a été membre du parti de Zine ben Ali, a dirigé le premier gouvernement de transition après la chute du régime totalitaire de l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011, avant de céder la place en novembre suivant.

« La scène politique est déséquilibrée et les partis, malheureusement, n'ont pas été capables de se rassembler », a-t-il déclaré devant quelque 2 000 sympathisants. « En conséquence, nous annonçons la création de l'Appel de la Tunisie. » BCE ambitionne de faire de son parti un mouvement fédérateur des forces libérales et centristes. « Nous voulons que notre mouvement unisse tout le monde, sans exclusion ni marginalisation, au service du pays », a-t-il lancé.

"Sa vie politique est terminée"

Dans son allocution, Béji Caïd Essebsi s’en est pris violemment au gouvernement Ennahdha qui a, selon lui, « montré qu'il ne peut pas changer la situation. Il faut agir dès maintenant ». « Ils sont certes légitimes par le biais des élections mais ils doivent démontrer, dans leur gestion quotidienne des affaires de l’État, qu’ils sont aptes à gouverner. Leur légitimité, ils la tirent aussi de leur capacité à assurer la sécurité des personnes et des biens, et l’État doit opposer sa violence à celle des groupes violents», a-t-il poursuivi.

Réponse immédiate du gouvernement tunisien par la voix du ministre des Affaires étrangères Rafik Ben Abdessalem : « J’insiste sur le fait que sa vie politique et non biologique, est terminée. Et je m’adresse à M. Caïd Essebsi et ses compagnons qu’il y a eu révolution et rupture totale avec le passé », a-t-il déclaré.

Cependant, les ambitions électorales de Caïd Essebsi pourraient rester lettre morte. Le président du comité constitutif du Mouvement Ennahdha, Fathy Ayedi a déclaré lundi 18 juin que son parti proposera à l’assemblée constituante un projet de loi interdisant les ex-membres du RCD d’exercer toute fonction politique. Ce projet visent essentiellement les personnes ayant exercé au sein du RCD et occupé des postes ministériels, a-t-il expliqué sur Radio Mosaïque.

(Avec Agences)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : tension sécuritaire à quatre jours des législatives

Tunisie : tension sécuritaire à quatre jours des législatives

À quatre jours des élections législatives, l'activité d'éléments jihadistes armés fait monter la tension sécuritaire de plusieurs crans dans le pays.[...]

Tunisie : un policier tué lors d'affrontements entre la police et un groupe terroriste près de Tunis

Oued Ellil, une localité à 70 km de Tunis, est le théâtre d'échanges de tirs entre les forces de l'ordre et des éléments terroristes. Un policier a été tué.[...]

Tunisie : un ex-ministre de Ben Ali à Carthage ?

Caciques de l'ancien régime ou membres éphémères de l'équipe gouvernementale du président déchu, ils ont décidé de briguer la magistrature suprême le[...]

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Quelques jours avant les élections législatives, la Tunisie semble se préparer à troquer la transition contre une situation aléatoire.[...]

Législatives tunisiennes : lobby tout-terrain

Des stades aux mosquées en passant par les soirées privées, en Tunisie tous les moyens sont bons pour gagner des voix aux législatives.[...]

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Dans l'intérieur du pays, électeurs et formations politiques tunisiennes se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Législatives tunisiennes : l'abstention, le vrai outsider

Quels que soient les résultats des législatives tunisiennes du 26 octobre, vainqueurs et vaincus devront relativiser leurs performances. En cause : l'abstention qui risque à nouveau de battre des[...]

Tunisie - Sfax : "La ville est abandonnée"

Dans l'intérieur de la Tunisie, électeurs et formations politiques se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Tunisie : la montée de Slim Riahi inquiète les ténors

Grâce à ses moyens financiers très importants, Slim Riahi commence à agréger derrière lui un électorat urbain peu politisé. Peut-il faire de l'ombre aux favoris de la[...]

Législatives tunisiennes : "Le poids d'Ennahdha sera contrebalancé", selon Ghazi Gherairi

L'ancien porte-parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Ghazi Gherairi, analyse les enjeux des législatives du 26 octobre. Au sein de l'Assemblée, et aussi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers