Extension Factory Builder
18/06/2012 à 18:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En 3 ans, la cote de Barack Obama à chuté de 19% dans les pays musulmans. En 3 ans, la cote de Barack Obama à chuté de 19% dans les pays musulmans. © AFP

Une récente étude publiée par le Pew research center souligne la forte baisse de popularité de Barack Obama dans les pays musulmans. Une claque pour celui qui prétendait réconcilier les États-Unis et le monde arabe.

4 juin 2009, au Caire. Moins de six mois après son entrée à la Maison Blanche, Barack Obama est en Égypte pour une visite officielle très attendue, censée rabibocher son pays avec les musulmans du monde entier. À l’université Al-Azhar, haut lieu de l’islam sunnite, il lance un symbolique « Salam Aleykoum » aux trois mille personnes venues écouter son discours. « Je suis venu chercher un nouveau départ entre les musulmans et les États-Unis », lance-t-il à la foule. « J'ai dit clairement que les États-Unis n'étaient pas - et ne seraient jamais - en guerre contre l'islam », poursuit-il, estimant que le « cycle de la méfiance et de la discorde devait s'achever».

Trois ans après ce discours historique, le projet de réconciliation du président américain semble avoir échoué. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude publiée le 13 juin par le PEW Research Center. D’après ce think tank américain, spécialisé dans les enquêtes d’opinion internationales, la côte de popularité de Barack Obama dans les pays musulmans a chuté de 9% entre 2009 et 2012 (de 33% à 24 % d’opinion favorable). Les chiffres sur l’évaluation de sa politique internationale sont encore plus sévères. Seul 15% des sondés des pays musulmans la juge positive en 2012 contre 34% en 2009, soit une baisse de 19%.

D’après le Pew research center, l’image des États-Unis, déjà écornée en 2008 après deux mandats de George W. Bush, ne s’est pas améliorée dans un nombre important de pays musulmans sous la présidence Obama. 25% des sondés jugeaient favorablement le pays de l’Oncle Sam en 2009. Ils ne sont plus que 15% en 2012.

Dégringolade

Le soutien à Barack Obama a même dégringolé dans certains pays musulmans de référence. Un peu moins de trois personnes sur dix lui font confiance en Égypte, en Tunisie, en Turquie ou en Jordanie. Autre exemple frappant, seul 7% des Pakistanais ont une opinion positive du président américain, un an après le raid qui a tué Oussama Ben Laden à Abbottabad.

Au-delà de la politique de soutien à Israël, de la guerre d’Irak ou de celle d’Afghanistan, la lutte anti-terroriste menée par les États-Unis est toujours largement impopulaire dans beaucoup de pays musulmans. Une large majorité des sondés expriment notamment un désaccord profond sur l’usage des drones. Ces petits avions de combat sans pilote sont abondamment utilisés par l’administration Obama contre la nébuleuse Al-Qaïda au Pakistan, au Yémen ou encore en Somalie. D’après le New York Times, le nombre d’attaques de drones au Pakistan serait passé de 35 en 2008 à 117 en 2010. Une évolution stratégique qui ne risque pas d’améliorer l’image du président Obama dans les pays musulmans.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée égyptienne : kaki business...

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa[...]

Maroc : la culture "saharo-hassanie", une composante comme une autre ?

Dans la Constitution, la culture "saharo-hassanie" est l'un des socles du royaume. Bien pratique pour esquiver la question des discriminations...[...]

Sahara occidental : le Conseil de sécurité de l'ONU va adopter une résolution modérée

Une résolution sur le Sahara occidental devrait être adoptée le 29 avril par le Conseil de sécurité de l'ONU. Selon des sources diplomatiques, celle-ci ne prévoira pas de système de[...]

Philippe Troussier : "Algérie, Maroc, Gabon ? Des défis intéressants"

Candidat nulle part mais cité un peu partout (Algérie, Maroc, Gabon), le Franco-Ivoirien Philippe Troussier (59 ans) se dit prêt à relever un nouveau défi en Afrique, un continent où sa[...]

Racisme : en Tunisie, Slah Mosbah ne veut plus être "le Noir de service"

Le chanteur Slah Mosbah, l'un des plus populaires de Tunisie, ne veut plus être "le Noir de service" qui cache une forêt de préjugés. À 55 ans, il songe même à[...]

Algérie : génération Bouteflika, génération harraga ?

Certains ne songent qu'à partir. D'autres trouvent des raisons d'espérer. Tous n'ont connu pour l'instant qu'un seul président, Abdelaziz Bouteflika. Coup de projecteur sur une jeunesse pas si[...]

Présidentielle mauritanienne : Aziz officiellement candidat à sa succession

Mohamed Ould Abdel Aziz sera bien candidat à sa propre succession. Le chef de l'État mauritanien a annoncé mercredi qu'il briguerait un nouveau mandat lors de la présidentielle prévue le 21[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces