Extension Factory Builder
18/06/2012 à 10:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une station-service brûlée par des émeutiers à Dullahi, le 17 juin 2012. Une station-service brûlée par des émeutiers à Dullahi, le 17 juin 2012. © AFP

Le groupe islamiste Boko Haram a revendiqué lundi 18 juin les attentats suicides qui ont visé la veille trois églises de l'État de Kaduna, dans le nord du Nigeria.

Tout le monde s'en doutait, il ne manquait plus que la revendication officielle. Elle est tombée lundi 18 juin dans la matinée. « Allah nous a donné la victoire dans les attaques lancées contre des églises (dans les villes) de Kaduna et Zaria qui ont provoqué la mort de nombreux chrétiens et membres des forces de sécurité », a déclaré dans un message électronique Abul Qaqa, porte-parole du groupe islamiste Boko Haram.

Selon le dernier bilan en date, les attentats anti-chrétiens de dimanche et les représailles qui ont suivi ont fait plus de 50 morts et 150 blessés. Les attentats suicides ont eu lieu à Zaria et Kaduna, les deux principales villes de l'État de Kaduna, où un couvre-feu de 24 heures a été décrété par les autorités locales.

A Zaria, les explosions ont visé à dix minutes d'intervalle la cathédrale catholique du Christ Roi et l'église évangélique de la Bonne Nouvelle. A Kaduna, c'est l'église de Shalom qui a été prise pour cible dans des faubourgs sud de cette ville à majorité chrétienne.

Après les attentats, des foules de chrétiens en colère se sont livrées à des représailles contre des musulmans dans un faubourg majoritairement chrétien de la ville de Kaduna. Les émeutiers, essentiellement des jeunes chrétiens, ont notamment érigé des barricades sur la grande route menant au sud vers la capitale fédérale Abuja. Beaucoup souffrent de blessures infligées à la machette lors des représailles. D'après un responsable de la Croix-Rouge, les hôpitaux manquaient de sang lundi pour mener à bien les nombreuses opérations.

Une semaine auparavant, le dimanche 10 juin, les islamistes de Boko Haram avaient affirmé avoir visé deux églises du centre et du nord-est du Nigeria, des attentats qui ont fait quatre morts, dont un kamikaze, et une cinquantaine de blessés. Un porte-parole des islamistes avait déclaré que ces attaques voulaient démontrer que le groupe restait actif malgré les opérations de répression des forces de sécurité.

Plus d'un millier de morts depuis mi-2009

Depuis mi-2009, Boko Haram multiplie les attentats dans les villes du nord à majorité musulmane, causant la mort de plus d'un millier de personnes. Elles visent essentiellement les membres des forces de sécurité, les responsables gouvernementaux et les lieux de culte chrétiens.

Réagissant aux dernières violences, le ministre italien de la Coopération internationale, Andrea Riccardi, a déclaré que les attaques de Boko Haram contre les églises au nord du Nigeria constituaient « une extermination systématique » des chrétiens. « Boko Haram veut le nettoyage ethnique au nord et les chrétiens sont l'objectif. Ce n'est pas un petit épisode mais une extermination systématique », a jugé le ministre catholique, fondateur de la Communauté Sant'Egidio, proche du Vatican, dans une interview à La Repubblica. « Boko Haram veut provoquer un front anti-chrétien qui donne l'hégémonie aux musulmans locaux. C'est ce que faisait sur une échelle plus grande Al-Qaïda », a-t-il également noté, ajoutant que « la stratégie perverse de Boko Haram est de provoquer une guerre civile ».

Un appel a été lancé au parlement italien par des parlementaires de divers groupes : « Nous devons nous mobiliser à tous les niveaux pour mettre un terme à la chasse aux chrétiens », affirme cet appel cité par le quotidien La Stampa.

Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec quelque 160 millions d'habitants, est divisé entre un nord majoritairement musulman et un sud à dominante chrétienne plus riche grâce au pétrole.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine 'Time'

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la[...]

Soudan du Sud : le Conseil de sécurité brandit la menace de sanctions

Le Conseil de sécurité de l'ONU a menacé jeudi d'émettre des sanctions ciblées contre les responsables d'exactions au Soudan du Sud.[...]

Mehdi Jomâa : "Redresser l'État tunisien est une obligation"

Alors qu'il achève une tournée diplomatique visant à mobiliser les partenaires de la Tunisie pour la sortir du marasme, le Premier ministre Mehdi Jomâa s'est livré à Jeune Afrique. Il revie[...]

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même ê[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur [...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Tchad : la métamorphose ?

Profitant d'une stabilité retrouvée et de ses revenus pétroliers, le Tchad se transforme en profondeur. Grands travaux, relations d'affaires, consommation... Tout bouge.[...]

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et leu[...]

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa pugnacit&eacut[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces