Extension Factory Builder
20/06/2012 à 09:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'entraîneur de la Tunisie, Sami Trabelsi. L'entraîneur de la Tunisie, Sami Trabelsi. © D.R.

Fort de deux victoires en qualifications pour la Coupe du monde 2014, l'une face à la Guinée équatoriale (3-1), le 2 juin, l'autre au Cap-Vert (2-1) une semaine plus tard, Sami Trabelsi est aux anges. Le sélectionneur de la Tunisie prédit à son groupe un avenir prometteur. Entretien.

« Notre objectif, c’est la CAN 2013 bien sûr, mais aussi et surtout la Coupe du Monde 2014. La Tunisie n’avait pas participé à celle de 2010, un traumatisme pour nos supporteurs », explique l'entraîneur de la sélection tunisienne, Sami Trabelsi. Avec sa victoire contre le Cap-Vert (2-1), le 9 juin à Praia, grâce à des buts de Khalifa et Jemâa, la participation des Aigles de Carthage au troisième tour de la compétition mondiale s’est un peu plus précisée…

Une star : le collectif

« Nous n’avons pas de vedettes comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire ou le Maroc. Notre force, c’est le collectif. » Trabelsi, après un peu plus d’un an de présence à la tête des Aigles, n’a pas fait de la sélection un club fermé. « Il y a une ossature de quatorze ou quinze joueurs. Mais le groupe reste ouvert. J’observe tous ceux qui pourraient apporter quelque chose à la sélection », insiste Trabelsi.

La majorité des joueurs retenus pour les deux matches du mois de juin évoluent en Tunisie, les autres dans des championnats plus ou moins relevés – France (Jemâa, Khalifa, Saihi) , Allemagne (Allagui, Jemmal, Ben Hatira), Espagne (Nouioui), Turquie, Belgique (Hardaoui) ou Ukraine (Boussaïdi). « J’ai la chance de travailler avec un effectif soudé, ambitieux, perfectible, plutôt facile à gérer. Pourtant, il y a beaucoup de concurrence, et les joueurs ne se font aucun cadeau. C’est encore plus vrai depuis que nous avons abordé la phase de qualifications pour la Coupe du Monde… »

Sami Trabelsi aimerait désormais que la Tunisie affronte des adversaires haut de gamme, comme la France et l'Uruguay.

Bonne résistance

Quarts de finale à la CAN 2012, victoire au Chan 2011... Le football tunisien a finalement bien géré les conséquences de la révolution de l’hiver 2010-2011, malgré les difficultés économiques rencontrées par les clubs. « Ce n’est pas un miracle que notre football se porte bien, car il a des bases solides. La Tunisie est un pays en reconstruction, le contexte est tendu, et c’est important que la sélection gagne des matches… »

Mais Sami Trabelsi aimerait que son équipe affronte des adversaires haut de gamme dans les années à venir. Si les Aigles de Carthage pourraient rencontrer la Suisse au mois de novembre, la Fédération Tunisienne a pris contact avec l’Uruguay, vainqueur de la Copa America en 2011, quatrième de la Coupe du Monde 2010, et qui occupe la seconde place du classement Fifa. « On va essayer de jouer contre d’autres très bonnes sélections, et notamment la France, avec qui nous allons prendre contact », a expliqué le sélectionneur tunisien.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : fusillade dans la caserne de Bouchoucha à Tunis, sept militaires tués

Un soldat tunisien a ouvert le feu lundi matin sur d'autres soldats, dans la caserne de Bouchoucha, à Tunis. Au moins sept militaires ont été tués et d'autres blessés, selon le ministère[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Tunisie : contre la contrebande, l'électronique !

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi reçu par Barack Obama à la Maison blanche

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi sera reçu jeudi à Washington par son homologue américain Barack Obama. Cette deuxième rencontre entre les deux hommes à la Maison[...]

Comment Samir Tarhouni, l'ancien chef de la BAT, a empêché les Trabelsi de quitter la Tunisie en 2011

Samir Tarhouni, l'ancien patron de la brigade antiterrorisme (BAT) a été l'un des principaux protagonistes du départ de Ben Ali. Retour sur un épisode clé de l'histoire tunisienne[...]

Tunisie : voyage au coeur de la BAT, la brigade antiterrorisme

Devenue un symbole national depuis l'arrestation des Trabelsi, en 2011, la brigade antiterrorisme nous ouvre pour la première fois ses portes.[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : un suspect marocain arrêté en Italie

Un suspect marocain a été appréhendé mercredi dans le nord de l'Italie, pour complicité présumée dans l'attentat du Bardo. Le résultat d'une coopération avancée[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers