Extension Factory Builder
20/06/2012 à 09:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'entraîneur de la Tunisie, Sami Trabelsi. L'entraîneur de la Tunisie, Sami Trabelsi. © D.R.

Fort de deux victoires en qualifications pour la Coupe du monde 2014, l'une face à la Guinée équatoriale (3-1), le 2 juin, l'autre au Cap-Vert (2-1) une semaine plus tard, Sami Trabelsi est aux anges. Le sélectionneur de la Tunisie prédit à son groupe un avenir prometteur. Entretien.

« Notre objectif, c’est la CAN 2013 bien sûr, mais aussi et surtout la Coupe du Monde 2014. La Tunisie n’avait pas participé à celle de 2010, un traumatisme pour nos supporteurs », explique l'entraîneur de la sélection tunisienne, Sami Trabelsi. Avec sa victoire contre le Cap-Vert (2-1), le 9 juin à Praia, grâce à des buts de Khalifa et Jemâa, la participation des Aigles de Carthage au troisième tour de la compétition mondiale s’est un peu plus précisée…

Une star : le collectif

« Nous n’avons pas de vedettes comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire ou le Maroc. Notre force, c’est le collectif. » Trabelsi, après un peu plus d’un an de présence à la tête des Aigles, n’a pas fait de la sélection un club fermé. « Il y a une ossature de quatorze ou quinze joueurs. Mais le groupe reste ouvert. J’observe tous ceux qui pourraient apporter quelque chose à la sélection », insiste Trabelsi.

La majorité des joueurs retenus pour les deux matches du mois de juin évoluent en Tunisie, les autres dans des championnats plus ou moins relevés – France (Jemâa, Khalifa, Saihi) , Allemagne (Allagui, Jemmal, Ben Hatira), Espagne (Nouioui), Turquie, Belgique (Hardaoui) ou Ukraine (Boussaïdi). « J’ai la chance de travailler avec un effectif soudé, ambitieux, perfectible, plutôt facile à gérer. Pourtant, il y a beaucoup de concurrence, et les joueurs ne se font aucun cadeau. C’est encore plus vrai depuis que nous avons abordé la phase de qualifications pour la Coupe du Monde… »

Sami Trabelsi aimerait désormais que la Tunisie affronte des adversaires haut de gamme, comme la France et l'Uruguay.

Bonne résistance

Quarts de finale à la CAN 2012, victoire au Chan 2011... Le football tunisien a finalement bien géré les conséquences de la révolution de l’hiver 2010-2011, malgré les difficultés économiques rencontrées par les clubs. « Ce n’est pas un miracle que notre football se porte bien, car il a des bases solides. La Tunisie est un pays en reconstruction, le contexte est tendu, et c’est important que la sélection gagne des matches… »

Mais Sami Trabelsi aimerait que son équipe affronte des adversaires haut de gamme dans les années à venir. Si les Aigles de Carthage pourraient rencontrer la Suisse au mois de novembre, la Fédération Tunisienne a pris contact avec l’Uruguay, vainqueur de la Copa America en 2011, quatrième de la Coupe du Monde 2010, et qui occupe la seconde place du classement Fifa. « On va essayer de jouer contre d’autres très bonnes sélections, et notamment la France, avec qui nous allons prendre contact », a expliqué le sélectionneur tunisien.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans) quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers