Extension Factory Builder
15/06/2012 à 19:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des pneus brûlent devant l'Université Omar Bongo (UOB) de Libreville au Gabon, le 10 février 2011 Des pneus brûlent devant l'Université Omar Bongo (UOB) de Libreville au Gabon, le 10 février 2011 © AFP

Les dix-neuf étudiants arrêtés en début de semaine sur le campus de Libreville ont été relâchés dans la nuit de jeudi à vendredi.

Ils sont libres, mais n'en ont pas tout à fait fini avec la justice gabonaise. Les dix-neuf étudiants de l'Université Omar Bongo (UOB) de Libreville, interpellés lundi sur le campus, ont été libérés dans la nuit du jeudi 14 juin. Ils sont convoqués la semaine prochaine chez le juge d'instruction.

« Nous sommes en liberté conditionnelle », a a affirmé Firmin Ollo, un des leaders des étudiants arrêtés. Quatre étudiants avaient été libérés dans la journée de jeudi et les autres ont été libérés en fin de soirée.

« Ils sont accusés de trouble à l'ordre public et sont convoqués chez le juge la semaine prochaine, certains lundi d'autres mardi et mercredi », a affirmé l'avocate des étudiants, Me Gisèle Eyue Bekalé.

Heurts réguliers avec la police

Ces étudiants avaient été interpellés alors qu'ils essayaient de faire cesser les cours à l'UOB. Selon un étudiant, Célestin Mito-Mito « certains des étudiants arrêtés se sont eux-mêmes constitués prisonnier ». Les conditions de détention de ces étudiants ont été dénoncé, notamment sur les réseaux sociaux par des membres de l'opposition et de la société civile.

Leur grève a été entamée en janvier pour réclamer des bourses et la suppression d'une restriction liée à l'âge (27 ans). Depuis janvier des heurts se produisent régulièrement avec les forces de l'ordre.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Gabon

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Gabon : petits ajustements pour grande échéance

Les piliers du gouvernement gabonais ont été maintenus dans leurs fonctions, le 3 octobre, mais ils ont senti passer le vent du boulet. Le chef de l'État Ali Bongo Ondimba est bien[...]

CAN 2015: l'Algérie et le Cap-Vert ont leur billet pour le Maroc

La quatrième journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015 a eu lieu mercredi. En voici les résultats.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Immigration : l'Europe à tout prix d'Alpha Coulibaly

Alain Mabanckou est un écrivain franco-congolais.[...]

L'eldorado européen de la prostitution africaine

Des filières de prostitution structurées se sont mises en place entre l'Afrique et l'Europe. Lorsqu'elles ne tombent pas aux mains des mafieux, ces femmes développent un business florissant.[...]

Gabon : léger remaniement du gouvernement

Quatre ministres sortants, deux qui montent en puissance... Les principaux enseignements du remaniement de vendredi dernier au Gabon.[...]

Gabon - Jean Rémy Ossibadjouo : Franceville, "un paradis pour jeunes médecins"

Pôle sanitaire de référence au Gabon, le centre hospitalier régional de Franceville est moderne et bien coté. Mais souffre d'un manque de praticiens.[...]

Gabon : Franceville blues

Dans le fief de l'ancien président gabonais Omar Bongo Ondimba, les demeures laissées à l'abandon illustrent le changement d'ère. Les cartes du pouvoir sont aujourd'hui redistribuées.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers