Extension Factory Builder
15/06/2012 à 13:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Barack Obama dans le Bureau ovale de la Maison blanche à Washington DC, le 13 juin 2012. Barack Obama dans le Bureau ovale de la Maison blanche à Washington DC, le 13 juin 2012. © AFP

Le président américain a dévoilé, jeudi 14 juin, sa nouvelle stratégie pour le développement du continent. Les axes principaux de celle-ci ? Le renforcement de la sécurité face à la menace Al-Qaïda et la contre-attaque face à l'offensive économique chinoise sur le continent.

Le président Obama a révélé, jeudi 14 juin, une partie de ses intentions pour l'Afrique. D'après un responsable américain, le plan présidentiel vise à encourager le potentiel économique « sensationnel » du continent en matière de croissance pour tirer des millions d'Africains de la pauvreté.

La Maison Blanche se focalise sur quatre points : renforcer les institutions démocratiques, stimuler la croissance et les investissements, donner la priorité à la paix et la sécurité et promouvoir le développement. « Au moment où nous regardons vers l'avenir, il apparaît clairement que l'Afrique est plus importante que jamais pour la sécurité et la prospérité de la communauté internationale et pour les Etats-Unis en particulier », a déclaré le président américain dans un communiqué.

Le Washington Post a d'ailleurs révélé jeudi que l'armée américaine avait mis en place, depuis 2007, un réseau de bases aériennes en Afrique pour surveiller secrètement les mouvements islamistes ou rebelles à l'aide de petits avions ou drones. Une tentative de faire échec au projet d'Al-Qaïda de s'implanter du Mali à la Somalie, en passant pas le Nigeria.

L'actualisation de la stratégie africaine de la Maison Blanche est énoncée près de trois ans après que Barack Obama, dont le père était kényan, eut arrêté ses priorités pour l'Afrique au cours d'un voyage au Ghana, le seul de son mandat au sud du Sahara. On remarquera qu'entre temps, le lyrisme a fait place à un ton bien plus pragmatique.

Meilleur taux de retour sur investissement

Aux États-Unis nous adorons nous décrire comme le pays où il y a une chance pour tout le monde. Au XXIe siècle, c'est en Afrique que tout le monde a une chance.

Hillary Clinton, secrétaire d'État

La secrétaire d'État Hillary Clinton a pour sa part déclaré que Barack Obama croyait « passionnément » en l'avenir de l'Afrique. Elle a notamment souligné le fait que ce continent abritait six des dix économies qui ont connu la croissance la plus forte au cours de la décennie passée.

« Je veux que tous mes compatriotes américains, et particulièrement les entrepreneurs, entendent ça : l'Afrique offre le meilleur taux de retour sur investissements indirectes dans le monde », a-t-elle déclaré. « Aux États-Unis nous adorons nous décrire comme le pays où il y a une chance pour tout le monde. C'est un élément de notre fierté nationale. Au XXIe siècle, c'est en Afrique que tout le monde a une chance », a-t-elle poursuivi.

L'administration a également pris soin de souligner les progrès qui ont été enregistrés en Afrique sous le mandat de Barack Obama : naissance du Soudan du Sud, alternance démocratique en Côte d'Ivoire, ou encore envoi de forces spéciales pour aider les troupes africaines à mettre la main sur le rebelle ougandais Joseph Kony.

Regain d'intérêt confirmé

Le regain d'intérêt américain pour l'Afrique, initié il y a cinq ans, se confirme à un moment où la Chine accentue ses investissements en direction du continent et cherche à fortifier ses liens diplomatiques.

D'après le responsable de l'administration américaine, la Chine apporte un capital dont l'économie africaine a un « besoin vital » et pourrait jouer un rôle pour assurer une paix durable au Soudan. Le commerce entre la Chine et l'Afrique a en effet atteint 120 milliards de dollars en 2011, un bond de 100 milliards en dix ans.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois 'spots' tendance pour sortir

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois "spots" tendance pour sortir

Être riche, c'est aussi connaître les derniers lieux à la mode, là où il faut absolument se montrer. Jeune Afrique a sélectionné les trois "spots" du moment.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles[...]

Urbanisme : quand les architectes africains font leur révolution

Fini le tout-climatisation et les constructions grandes consommatrices d'énergie ! Place dorénavant aux bâtiments respectueux de l'environnement et des populations africaines. Du nord au sud du[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Wikipédia : Kagamé, Kabila, ADO, Sissi, Boutef... Qui détient la biographie la plus souvent modifiée ?

Les biographies Wikipédia des chefs d’État sont modifiées tous les mois, voire tous les jours. Non seulement pour ajouter de nouveaux éléments, mais aussi pour supprimer les paragraphes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex