Extension Factory Builder
15/06/2012 à 09:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une banderole anti-Chafiq devant la Haute cour constitutionnelle, le 14 juin 2012 au Caire.  Une banderole anti-Chafiq devant la Haute cour constitutionnelle, le 14 juin 2012 au Caire. © AFP

Un haut dirigeant des Frères musulmans a dénoncé un véritable "coup d'État" des militaires égyptiens après le verdict rendu jeudi 14 juin par la Haute cour constitutionnelle, qui a validé la candidature d'Ahmed Chafiq et ouvert la voie à une possible dissolution du Parlement. Mais le candidat de la confrérie islamique, Mohamed Morsi, confiant dans ses chances de l'emporter, a dit respecter la décision de la plus haute institution du pays.

La tension est à son comble à la veille du weekend électoral qui désignera le premier président égyptien de l'ère post-Moubarak. Suite à la décision de la Haute cour constitutionnelle, qui a validé la candidature contestée d'un proche de Hosni Moubarak, Ahmed Chafiq, à l'élection présidentielle, les Frères musulmans ont parlé d'un véritable « coup d'État » orchestré par les militaires.

Les 16 et 17 juin, Chafiq affrontera Mohamed Morsi, le candidat des Frères musulmans qui, sachant les chances de gagner qui sont les leurs, ne boycottent pas le scrutin. Mais la cour a aussi ouvert la voie à une possible dissolution, ou tout au moins à une mise hors-jeu du Parlement, en jugeant « illégales » les conditions d'élection de l'ensemble des députés. Certaines modalités de cette élection très complexe, qui s'était étalée sur près de trois mois à partir de novembre, sont remises en cause. Ses résultats s'étaient traduits par un raz-de-marée islamiste, avec près de la moitié des sièges revenant aux Frères musulmans, et près d'un quart aux fondamentalistes salafistes.

Selon des sources militaires, le Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir depuis la chute de Hosni Moubarak en février 2011, pourrait annoncer qu'il assumerait directement le pouvoir législatif après la décision de la cour.

Duel crucial

Un haut dirigeant des Frères musulmans, Mohammed Beltagui, a dénoncé un véritable « coup d'État ». Il a aussi pointé du doigt la décision de cette même cour d'invalider la loi dite d'exclusion politique, votée par le Parlement, et sensée frapper d'inéligibilité Ahmed Chafiq, le dernier Premier ministre de Hosni Moubarak.

Mohammed Morsi a pour sa part déclaré qu'il « respecte » les décisions de la cour « en raison de (son) respect pour les institutions de l'État et pour le principe de la séparation des pouvoirs ». Son adversaire a lui salué un « jugement historique ».

Les deux candidats s'affrontent samedi et dimanche pour le second tour de la présidentielle égyptienne, dans un duel crucial pour l'orientation politique du pays près d'un an et demi après la chute de l'ancien raïs Hosni Moubarak.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : plus de 500 islamistes arrêtés après les heurts avec la police

Égypte : plus de 500 islamistes arrêtés après les heurts avec la police

La manifestation commémorative de l'anniversaire de la révolte de 2011 a dégénéré lundi en affrontements sanglants entre policiers et islamistes au Caire. Plus de 500 personnes ont é[...]

Triste anniversaire de la révolution en Égypte: onze morts et un enterrement

Onze personnes ont été tuées lors d'affrontements entre les manifestants islamistes et la police dimanche en Égypte, tandis qu'une militante socialiste morte la veille était enterrée.[...]

Égypte: une manifestante tuée à la veille de l'anniversaire de la révolution de 2011

Une manifestante a été tuée samedi soir au Caire lors de heurts avec la police durant une rare manifestation d'un mouvement de gauche, a indiqué un responsable à la veille du quatrième[...]

Égypte : une révolution en perdition

Au jour du 4e anniversaire de la révolution, l’Égypte est plus que jamais déchirée entre une passion pour son nouveau dirigeant Abdel Fattah al-Sissi et la peur de voir la révolution[...]

Égypte : les deux fils de Moubarak sont libres, mais...

Un tribunal égyptien a ordonné aujourd'hui la libération d'Alaa et de Gamal Moubarak, les deux fils de l'ex-président Hosni Moubarak. Mais un nouvel épisode judiciaire les attend.[...]

Au tribunal, Morsi répète qu'il reste le "président" égyptien

À l'audience de l'un de ses procès pour lesquels il encourt la peine de mort, l'ex-président islamiste égyptien Mohamed Morsi, destitué en 2013 par l'armée, a répété[...]

Décès de l'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe

L'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe et ex-femme du célèbre acteur Omar Sharif, est décédée samedi à l'âge de 83 ans, a indiqué son[...]

Égypte: les autorités religieuses mettent en garde contre la nouvelle une de "Charlie Hebdo"

L'instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a "mis en garde" contre la publication d'un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet dans le[...]

Égypte : Moubarak reste en prison en attendant d'être rejugé pour corruption

Hosni Moubarak sera rejugé dans la seule affaire de corruption qui le maintenait en détention, mais son éventuelle remise en liberté dépend d'une nouvelle décision de la justice.  [...]

Homosexualité en Égypte : verdict inédit de la justice pour les 26 hommes accusés de "débauche"

Les 26 hommes accusés de "débauche" pour avoir organisé et participé à des "orgies homosexuelles" dans un hammam public ont été acquittés lundi par la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120615084334 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120615084334 from 172.16.0.100