Extension Factory Builder
14/06/2012 à 19:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La Haute cour constitutionnelle, le 14 juin 2012 au Caire. La Haute cour constitutionnelle, le 14 juin 2012 au Caire. © AFP

À deux jours du second tour de la présidentielle égyptienne, la Haute cour constitutionnelle a autorisé le maintien de la candidature d’Ahmed Chafiq, le dernier Premier ministre de Hosni Moubarak, et a ouvert la voie à une possible dissolution de l'actuel Parlement égyptien.

« Un Parlement a essayé d'invalider la candidature d'Ahmed Chafiq. Ahmed Chafiq l'a fait dissoudre. » Si les Égyptiens ont réagi avec dépit aux décisions de la Haute cour constitutionnelle, ils n'en ont pas pour autant perdu leur humour.

Jeudi 14 juin, la Haute cour constitutionnelle a invalidé une loi dite d’exclusion politique. Celle-ci a été jugée anticonstitutionnelle car rétroactive et discriminante à l’égard des officiels de l’ancien régime de Moubarak, qui se seraient vu privés de leurs droits politiques sans que leur implication dans des affaires de corruption n’ait été judiciairement avérée.

Une disposition de la loi d’exclusion politique interdisait à tout président de la République, vice-président, Premier ministre, d’exercer ses droits politiques pendant dix ans. Le dispositif concernait toute personne ayant occupé un de ces postes lors des dix années précédant le 11 février 2011, date à laquelle l'ex-raïs avait présenté sa démission.

La loi avait été adoptée dans la hâte en avril avant d’être ratifiée par le Conseil suprême des forces armées lui-même. Le texte, prévu à la base pour contrer la candidature de l’ancien chef des services de renseignement de Moubarak, avait permis l’élimination temporaire d’Ahmed Chafiq. Ce dernier avait cependant été réintégré dans la course, après avoir fait appel devant la Haute commission en charge de l’organisation présidentielle, estimant que la loi était anticonstitutionnelle. Cette même commission avait alors pris l’initiative de présenter la loi devant la Haute cour constitutionnelle, lui demandant de statuer sur sa constitutionnalité.

"Jugement historique"

Lors d’un meeting électoral, Ahmed Chafiq s’est réjoui « du jugement historique » rendu par la Cour constitutionnelle. Il peut donc toujours se présenter au second tour de l'élection présidentielle, qui doit avoir lieu les 16 et 17 juin.

Dans le même temps, la Haute cour constitutionnelle a ouvert la voie à une possible dissolution du Parlement, jugeant « anticonstitutionnelles » les conditions d’élection de l’ensemble des députés et la composition de l’Assemblée nationale.

La Haute cour a déligitimé le mode de scrutin individuel utilisé pour l’élection d’un tiers des députés du Parlement. Une inconstitutionnalité qui rend « illégal » l’ensemble du processus d’élection des députés et rend « illégitime » la composition de la chambre, explique l’agence de presse officielle Mena.

Selon des sources militaires, le Conseil suprême des forces armées se trouvait jeudi après-midi en réunion extraordinaire. Les militaires qui dirigent la transition politique du pays pourraient s’arroger le pouvoir législatif, se réservant par la même occasion le droit de composer l’Assemblée constituante, en charge de la mise en place de la nouvelle Constitution du pays.

"Plus de foulouls"

« On ne veut plus des foulouls », ont scandé les manifestants, jeudi, utilisant ce terme péjoratif qui désigne les « restes » de l’ancien régime. « Cela signifie que la révolution est finie », s’est exclamé un manifestant, venu protester contre le maintien dans la course à la présidentielle de l'ancien proche de Moubarak. Les adversaires de Chafiq estiment en effet que son élection ruinerait les espoirs de démocratisation, apparus avec le soulèvement populaire de janvier 2011.

Le bâtiment de la Haute cour, situé dans le sud du Caire, a été placé sous forte protection militaire, en raison des enjeux politiques et de la sensibilité des deux décisions. Mercredi, le Conseil suprême avait par ailleurs rendu à la police militaire et aux services de renseignement le pouvoir d’arrêter des civils. Une possibilité qui avait été levée le 31 mai, avec la fin de l’État d’urgence, en vigueur depuis 1981.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

'Princess of North Sudan' : Disney accusé de glorifier le colonialisme

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Égypte : Morsi et Qaradawi condamnés à mort, signe de "guerre totale" contre les Frères musulmans

La condamnation à mort samedi de l’ancien président Mohamed Morsi, du prédicateur Youssef Al-Qaradawi et la pendaison de six détenus islamistes montrent la détermination du régime[...]

Égypte : deux juges, un procureur tués par balle dans le Sinaï

Deux juges et un procureur égyptiens ont été tués par balle samedi dans le nord du Sinaï, théâtre d'attentats jihadistes visant habituellement les forces de sécurité, a[...]

L'Égypte pend six militants islamistes

Six militants islamistes reconnus coupables d’avoir mené des attaques pour le compte du groupe armé Ansar Beit al-Maqdess ont été pendus, ont annoncé dimanche des responsables de la police[...]

Égypte - Condamnation à mort de Morsi : Washington profondément préoccupé

Les États-Unis ont exprimé dimanche leur profonde préoccupation après la condamnation à mort de l'ex-président égyptien Mohamed Morsi et de plus de 100 autres Égyptiens, a[...]

Égypte : l'ex-président Mohamed Morsi condamné à mort

Poursuivi pour espionnage et des violences durant la révolte de 2011, Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Égypte, a été condamné samedi à mort. Un[...]

Égypte : sept morts, dont trois civils, dans deux attaques dans le Sinaï

Quatre militaires et trois civils ont été tués mercredi dans deux attaques à la bombe dans le Sinaï.[...]

Égypte : démission du ministre de la Justice, pour qui un enfant d'éboueur "ne peut devenir juge"

Le ministre égyptien de la Justice, Mahfouz Saber, a démissionné lundi suite au tollé provoqué par ses déclarations lors d’une interview télévisée dimanche soir.[...]

Liberté d'expression : les dessinateurs de presse en première ligne

L'attentat contre leurs confrères de "Charlie Hebdo" en janvier a fortement ému les dessinateurs africains et rappelé à quel point la liberté d'expression pouvait être[...]

Le marocain Attijariwafa débarque en Égypte

 La banque marocaine Attijariwafa Bank s'apprête à mettre un pied en Égypte. Sa direction négocie actuellement la reprise de Piraeus Bank Egypt.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers