Extension Factory Builder
14/06/2012 à 12:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des combattants du MNLA dans un lieu indéterminé au Mali. Des combattants du MNLA dans un lieu indéterminé au Mali. © AFP

Le Conseil de sécurité de l’ONU s'est contenté de prendre note du projet de création d'une force d’intervention au Mali, proposé par l'Union africaine (UA) et la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao).

L’ONU prend note, mais ne soutient pas. Le Mali, dont la partie nord est aux mains des mouvements touaregs et islamistes, était au programme des discussions annuelles entre le Conseil de sécurité de l'ONU et le Conseil de paix et de sécurité de l'UA, mercredi 13 juin.

Malgré le plaidoyer de représentants du CPS de l'UA qui avaient appelé mardi l'ONU à soutenir « en toute urgence » une opération destinée à rétablir l'intégrité territoriale du Mali, le communiqué commun issu des discussions se borne à exprimer une « préoccupation » quant à la présence de combattants d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans le conflit.

Principe de précaution

Les interrogations demeurent – notamment du côté de certains membres du Conseil de sécurité de l’ONU – et le principe de précaution l’a donc emporté. Selon un diplomate, il faut « en savoir davantage sur les les objectifs de la force, comment elle sera mise en oeuvre et quels seront ses soutiens logistiques et financiers », a-t-il précisé sous couvert d’anonymat.

D’autres sources parlent de « réticences » à agir sans avoir toutes les « informations » nécessaires, que l’UA doit fournir dans les prochains jours. Le MNLA (Mouvement nationale de libération de l'Azawad), Aqmi et Ansar Eddine seront encore sur les lèvres des diplomates onusiens au moins jusqu’à la fin de la semaine.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de Ménak[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

L'ONU accuse le Mali de manquer de reconnaissance pour ses "sacrifices"

Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est insurgé samedi à Bamako contre un manque de reconnaissance des autorités maliennes envers la force internationale dans[...]

Le jihadiste français Gilles Le Guen condamné à huit ans de prison

Le Français avait rejoint les rangs d'Aqmi au Mali. Il a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Paris à huit ans de prison ferme.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers