Extension Factory Builder
14/06/2012 à 09:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ben Ali, prêtant serment devant le Parlement à Tunis, en 2009. Ben Ali, prêtant serment devant le Parlement à Tunis, en 2009. © AFP

L'ancien président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali a été condamné à perpétuité pour son rôle dans la répression à Thala et Kasserine pendant la révolution de jasmin.

Le tribunal militaire du Kef (ouest du pays) a condamné, mercredi 14 juin, l'ex président Ben Ali à perpétuité pour son rôle dans la sanglante répression à Thala et Kasserine en janvier 2011. Il a néanmoins accordé des non-lieux à d'ex-piliers du ministère de l'Intérieur, provoquant la colère des familles des victimes.

Le verdict de cette affaire extrêmement sensible, jugée depuis six mois au Kef, était attendu depuis des semaines. Il intervient dans un contexte extrêmement tendu en Tunisie, où huit régions sont sous couvre-feu après une flambée de violences dans la nuit de lundi à mardi.

La peine capitale avait été requise le 23 mai contre le président déchu. Réfugié en Arabie Saoudite, il était poursuivi avec 22 anciens responsables de son régime pour la mort de 22 personnes, tuées entre le 8 et le 12 janvier 2011, au plus fort de la répression du soulèvement populaire tunisien.

Des peines de prison allant de 8 à 15 ans de prison ont été prononcées contre d'autres accusés, poursuivis pour homicides volontaires ou complicité. Le tribunal a aussi prononcé dix non-lieux, au désespoir des familles de victimes présentes à l'audience.

"Vengeance ! vengeance !"

« Vengeance ! vengeance ! » ont scandé les familles, contraignant le président du tribunal à interrompre le prononcé de son jugement. « Le juge aurait dû prononcer la peine de mort pour tous les accusés ! » a réagi Wasfi Seihi, le cousin de Wajdi, un jeune tué à Thala.

« Je crains que ce jugement ne crée des troubles », a déclaré Me Anouar el-Bassi, l'un des avocats des familles, tout en soulignant que « deux anciens piliers des forces de l'ordre », particulièrement honnis par les familles des victimes, avaient bénéficié de non-lieux. Il s'agit de Moncef Krifa, ex directeur général du ministère de l'Intérieur, principal outil de répression du régime Ben Ali, et de Moncef Laajimi, ex-patron des BOP (brigades anti-émeutes).

Ces prévenus ont comparu libres pendant le procès, au grand dam des familles qui les ont accusés d'être directement à l'origine des tirs meurtriers. En outre, Moncef Laajimi est resté à son poste un an après la révolution. Lorsque le ministre de l'Intérieur Ali Larayedh a tenté de l'évincer en janvier dernier, il a dû affronter la colère des policiers et Laajimi a simplement été muté.

« Quel magistrat pouvait se mesurer à un homme qui a 3 ou 4 000 policiers derrière lui ? », s'est interrogé Me El-Bassi, reprenant la critique récurrente selon laquelle la justice militaire n'avait pas les coudées franches face aux pressions de la redoutable machine policière, encore en place malgré la révolution.

"Un jugement juste"

En réponse à ces critiques, le juge du tribunal du Kef, Chokri Mejri - un civil -, a déclaré, avant de prononcer son verdict : « nous avons essayé de prononcer un jugement juste, et nous n'avons reçu aucune pression d'aucune institution. Dieu et notre intime conviction ont été nos seuls guides ». Ce discours n'a pas convaincu les familles et leurs avocats, qui estiment avoir été privés de la vérité historique.

« Nous ne voulons pas de pitié. J'ai consacré tout mon temps depuis un an et demi à la recherche de la vérité et aujourd'hui il y a toujours des questions qui me brûlent et qui sont sans réponse », confiait récemment Helmi Chniti, le frère de Ghassen, tué le 8 janvier à Thala.

Tout au long du procès, aucun des prévenus n'a reconnu avoir donné l'ordre de tirer sur les manifestants. Chacun a renvoyé la responsabilité à une « cellule sécuritaire de suivi » ou à « la salle d'opération » du ministère de l'Intérieur, sans jamais mentionner de noms.

Dans une autre affaire jugée mercredi, le tribunal militaire de Tunis a condamné Ben Ali par contumace à 20 ans de prison pour « incitation au désordre, meurtres et pillages sur le territoire tunisien ». Ce dossier concernait la mort de quatre jeunes tués par balles à Ouardanine (est) à la mi-janvier, lors du chaos qui a suivi la fuite du président tunisien en Arabie Saoudite.

(AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Pas de chance pour le gouvernement Essid. Entre inondations au Nord-Ouest et revendications sociales au Sud, il débute son mandat dans un climat social perturbé. Mais les plus grosses turbulences proviennent des g[...]

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120614084330 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120614084330 from 172.16.0.100