Extension Factory Builder
14/06/2012 à 09:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ben Ali, prêtant serment devant le Parlement à Tunis, en 2009. Ben Ali, prêtant serment devant le Parlement à Tunis, en 2009. © AFP

L'ancien président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali a été condamné à perpétuité pour son rôle dans la répression à Thala et Kasserine pendant la révolution de jasmin.

Le tribunal militaire du Kef (ouest du pays) a condamné, mercredi 14 juin, l'ex président Ben Ali à perpétuité pour son rôle dans la sanglante répression à Thala et Kasserine en janvier 2011. Il a néanmoins accordé des non-lieux à d'ex-piliers du ministère de l'Intérieur, provoquant la colère des familles des victimes.

Le verdict de cette affaire extrêmement sensible, jugée depuis six mois au Kef, était attendu depuis des semaines. Il intervient dans un contexte extrêmement tendu en Tunisie, où huit régions sont sous couvre-feu après une flambée de violences dans la nuit de lundi à mardi.

La peine capitale avait été requise le 23 mai contre le président déchu. Réfugié en Arabie Saoudite, il était poursuivi avec 22 anciens responsables de son régime pour la mort de 22 personnes, tuées entre le 8 et le 12 janvier 2011, au plus fort de la répression du soulèvement populaire tunisien.

Des peines de prison allant de 8 à 15 ans de prison ont été prononcées contre d'autres accusés, poursuivis pour homicides volontaires ou complicité. Le tribunal a aussi prononcé dix non-lieux, au désespoir des familles de victimes présentes à l'audience.

"Vengeance ! vengeance !"

« Vengeance ! vengeance ! » ont scandé les familles, contraignant le président du tribunal à interrompre le prononcé de son jugement. « Le juge aurait dû prononcer la peine de mort pour tous les accusés ! » a réagi Wasfi Seihi, le cousin de Wajdi, un jeune tué à Thala.

« Je crains que ce jugement ne crée des troubles », a déclaré Me Anouar el-Bassi, l'un des avocats des familles, tout en soulignant que « deux anciens piliers des forces de l'ordre », particulièrement honnis par les familles des victimes, avaient bénéficié de non-lieux. Il s'agit de Moncef Krifa, ex directeur général du ministère de l'Intérieur, principal outil de répression du régime Ben Ali, et de Moncef Laajimi, ex-patron des BOP (brigades anti-émeutes).

Ces prévenus ont comparu libres pendant le procès, au grand dam des familles qui les ont accusés d'être directement à l'origine des tirs meurtriers. En outre, Moncef Laajimi est resté à son poste un an après la révolution. Lorsque le ministre de l'Intérieur Ali Larayedh a tenté de l'évincer en janvier dernier, il a dû affronter la colère des policiers et Laajimi a simplement été muté.

« Quel magistrat pouvait se mesurer à un homme qui a 3 ou 4 000 policiers derrière lui ? », s'est interrogé Me El-Bassi, reprenant la critique récurrente selon laquelle la justice militaire n'avait pas les coudées franches face aux pressions de la redoutable machine policière, encore en place malgré la révolution.

"Un jugement juste"

En réponse à ces critiques, le juge du tribunal du Kef, Chokri Mejri - un civil -, a déclaré, avant de prononcer son verdict : « nous avons essayé de prononcer un jugement juste, et nous n'avons reçu aucune pression d'aucune institution. Dieu et notre intime conviction ont été nos seuls guides ». Ce discours n'a pas convaincu les familles et leurs avocats, qui estiment avoir été privés de la vérité historique.

« Nous ne voulons pas de pitié. J'ai consacré tout mon temps depuis un an et demi à la recherche de la vérité et aujourd'hui il y a toujours des questions qui me brûlent et qui sont sans réponse », confiait récemment Helmi Chniti, le frère de Ghassen, tué le 8 janvier à Thala.

Tout au long du procès, aucun des prévenus n'a reconnu avoir donné l'ordre de tirer sur les manifestants. Chacun a renvoyé la responsabilité à une « cellule sécuritaire de suivi » ou à « la salle d'opération » du ministère de l'Intérieur, sans jamais mentionner de noms.

Dans une autre affaire jugée mercredi, le tribunal militaire de Tunis a condamné Ben Ali par contumace à 20 ans de prison pour « incitation au désordre, meurtres et pillages sur le territoire tunisien ». Ce dossier concernait la mort de quatre jeunes tués par balles à Ouardanine (est) à la mi-janvier, lors du chaos qui a suivi la fuite du président tunisien en Arabie Saoudite.

(AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans) quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers