Extension Factory Builder
13/06/2012 à 02:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La ville de Misrata lors du premier anniversaire de l'insurrection libyenne, le 12 février 2012. La ville de Misrata lors du premier anniversaire de l'insurrection libyenne, le 12 février 2012. © AFP

Une explosion a provoqué d’importants dégâts et blessé un passant, mardi 12 juin, contre les locaux du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Misrata. Un groupe islamiste avait revendiqué une première attaque à la bombe contre le CICR à Benghazi, le 22 mai dernier. Cette dernière attaque n’a pas été revendiquée.

En Libye, la croix du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dérange. C’est ce qui a valu à l’organisation humanitaire une première attaque, à Benghazi, le 22 mai dernier. Un groupe islamiste se présentant comme « Les Brigades du cheikh emprisonné Omar Abdul Rahman » avait alors justifié son attentat en accusant le CICR de prosélytisme. À nouveau visé, mardi 12 juin, par une explosion à Benghazi, l’organisation humanitaire craint pour ses activités.

« Nous ne savons pas encore si l'attaque a eu lieu à l'aide d'un lance-roquettes ou d'une bombe déposée à côté du bâtiment », a déclaré Soumaya Beltaifa, une porte-parole de l'organisation, avant de préciser qu'aucun des trente membres du personnel du CICR à Misrata (200 km à l'est de Tripoli) n'avait été touché dans l'attaque.

Mme Beltaifa, au fait des accusations de propagation du christianisme qui ont motivé l’attaque de Benghazi, défend le CICR de « toute activité religieuse et politique » et insiste sur la dimension « purement humanitaire » des activités de la Croix rouge en Libye. Humanitaire ou politique, la présence occidentale est en tout cas la cible des Brigades du cheikh emprisonné Omar Abdul Rahman, dont les effectifs restent inconnus.

Condamné pour terrorisme

Le cheikh, 73 ans, a été condamné en 1995 à la prison à vie par la justice américaine pour des complots ayant visé à attaquer des cibles new-yorkaises et à assassiner l'ancien président égyptien Hosni Moubarak. Il a revendiqué les attaques contre les missions diplomatiques américaine et britannique les 6 et 11 juin derniers.

Le groupe les avait alors justifié, en les définissant comme une réponse aux activités américaines et à la présence de drones américains au Pakistan et « dans le ciel libyen ». Malgré la multiplication de ces attaques, les autorités libyennes ont écarté la possibilité de l'existence de groupes extrémistes organisés, faisant état d'actes individuels et isolés. Ils porraient cependant changer d'avis.

(avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

Les négociations interlibyennes, qui se déroulent actuellement à Genève, pourraient se délocaliser en Libye, du moins si les conditions de sécurité y sont "suffisantes", [...]

Sommet de l'UA : les pays africains écartent l'idée d'une intervention en Libye

Réunis ce mercredi à Addis-Abeba à l'occasion du sommet de l'UA, les pays membres du groupe international de contact sur la Libye se sont prononcés en faveur d'une solution politique au détriment[...]

Libye : trois questions autour de l'attaque terroriste de l'hôtel Corinthia à Tripoli

L'hôtel Corinthia à Tripoli a été la cible mardi d'une attaque revendiquée par la branche libyenne de l'État islamique. Neuf personnes, dont cinq étrangers, ont été[...]

La branche libyenne de l'État islamique revendique un attentat qui a fait au moins 12 morts à Tripoli

L'hôtel Corinthia, qui accueille régulièrement diplomates et journalistes à Tripoli, a été la cible mardi d'une attaque terroriste. Des hommes armés ont fait au moins douze morts[...]

Mohamed al-Zehawi est mort, confirme le groupe terroriste libyen Ansar al-Charia qu'il dirigeait

Le groupe libyen Ansar al-Charia, classé comme "terroriste" par les Etats-Unis et l'ONU, a confirmé samedi soir dans un communiqué la mort de son chef Mohamed al-Zehawi, annoncée plus[...]

Annonces de cessez-le-feu en Libye, le début d'une sortie de crise ?

Emboîtant le pas à la coalition de milices Fajr Libya, l'armée libyenne a annoncé dimanche 18 janvier un cessez-le-feu dans le pays. Objectif : donner une petite chance à des négociations[...]

Libye : l'armée annonce à son tour un cessez-le-feu

L'armée libyenne a annoncé dimanche un cessez-le-feu, comme l'a fait il y a deux jours la milice Fajr Libya, pour soutenir les négociations de Genève en faveur d'un règlement du conflit qui[...]

Libye : le Conseil de sécurité salue l'annonce d'un cessez-le-feu

Le Conseil de sécurité de l'ONU a salué samedi l'annonce par une coalition de milices, notamment islamistes, d'un cessez-le-feu en Libye et a menacé de sanctions ceux qui feraient obstacle aux efforts[...]

Libye : des barils et des balles

Principale source de revenus de l'État libyen, l'or noir est plus que jamais au coeur de la guerre sans merci que se livrent les différentes factions qui se disputent le pouvoir.[...]

Libye : le contenu de l'accord signé à Genève entre les parties en conflit

Après 48 heures de discussions, les protagonistes du conflit armé en Libye sont parvenus à un accord à Genève sur la fin des hostilités et la formation d'un gouvernement d'unité[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120613094354 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120613094354 from 172.16.0.100