Extension Factory Builder
08/06/2012 à 10:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'Afrique représente 40 % de la biodiversité, 20 % des réserves forestières mondiales. L'Afrique représente 40 % de la biodiversité, 20 % des réserves forestières mondiales. © D.R.

Au moment où les dirigeants du monde s’apprêtent à se rendre à Rio de Janeiro, où se tiendra, du 20 au 22 juin, un sommet mondial sur l’environnement, Brazzaville a abrité une rencontre consacrée à la même thématique.

Organisée par le Réseau africain des journalistes environnementaux (Anej), la conférence internationale qui s’est clôturée le 6 juin à Brazzaville avait pour thème « Quel partenariat stratégique pour l’Afrique, 20 ans après Rio ? » Le choix de Brazzaville se justifie par le fait que le président congolais Denis Sassou Nguesso a été choisi par ses pairs de l’Union africaine (UA) comme porte-parole de leur position commune au prochain sommet de Rio de Janeiro, au Brésil (20-22 juin).

Soutenue par l’Union européenne (UE), par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et par le Congo, cette rencontre a permis aux journalistes venus des quatre coins du continent d’échanger leurs expériences respectives dans le traitement de l’information liée à l’environnement. Et également de faire le point sur l’état de l’écosystème dans leurs pays. Il en ressort que, presque partout, la situation est préoccupante, et qu’il faut agir pour y remédier. Or, les moyens manquent cruellement.

Destin commun

Prenant la parole lors de l’ouverture de la conférence, le chef de l’Etat congolais a estimé que « le rendez-vous de Rio+20 est l’heure de vérité pour la sauvegarde de l’humanité ». Il n’a pas manqué de tirer la sonnette d’alarme en déclarant : « Il s’agit de construire l’Afrique en surmontant nos égoïsmes nationaux pour aspirer à la vie universelle. C’est notre destin commun qui est en jeu ».

L’Afrique, qui représente 40 % de la biodiversité, 20 % des réserves forestières et plus de la moitié du potentiel énergétique du monde devrait promouvoir l’économie verte en vue de réduire la pauvreté et les injustices. Pour le Mauritanien Sidi El Moctar Cheiguer, président de l’Anej, « le sommet de Rio s’ouvrira dans un contexte difficile pour l’Afrique qui bat des records négatifs dans les domaines de la santé, de l’éducation, du chômage et de la pauvreté ».

Faibles moyens

Deux jours durant, les participants aux assises de Brazzaville ont insisté sur la faiblesse des moyens dont dispose le continent dans la lutte contre le réchauffement climatique et toutes les conséquences néfastes qu'il engendre. D’où la nécessité, dans ce contexte difficile, de nouer des partenariats stratégiques qui permettent d’envisager l’avenir avec plus d’assurance. Le partenariat avec l’Union européenne, mais aussi avec des pays émergents du Sud, ont été cités en exemple. D’autant que, si l’on en croit un officiel congolais, « les négociations en cours ne donnent pas de bons signaux pour aller à Rio. Nous sommes en pleine hypocrisie du système international ».

La conférence de Brazzaville a été précédée, du 3 au 4 juin, par une session de formation. Elle avait pour objectif d'initier les journalistes au jargon utilisé en matière d’Accords multilatéraux de l’environnement (AME), au vocabulaire écologique et aux techniques de traitement de l’information. Au cours d’une assemblée générale, les membres de l’Anej ont procédé à l’élection de leur bureau. Sidi El Moctar Cheiguer a été reconduit à la tête de cette organisation de droit mauritanien qui n’a pas un budget de fonctionnement régulier.

________

Par Tshitenge Lubabu M.K., envoyé spécial à Brazzaville     
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

L'archevêque émérite Desmond Tutu est l'ancien président de The Elders et le co-fondateur de Filles, pas épouses : le partenariat mondial pour la fin du mariage des enfants. Nyaradzayi Gumbonzva[...]

CAN 2015 : chapeau, Malabo !

Organisée dans l'urgence, la compétition a connu quelques ratés au démarrage. Témoignages d'entraîneurs, qui saluent finalement "l'exploit" de la Guinée[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis-Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

La fin de l'épidémie d'Ebola est-elle proche ?

Alors que le nombre de nouveaux cas d'Ebola est retombé en janvier à son plus bas niveau depuis août en Sierra Leone et en Guinée, et depuis juin pour le Liberia, l'OMS et des professionnels du[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Agroalimentaire : Supreme Group passe à l'attaque en Afrique

 Supreme Group, multinationale du soutient logistique et du transport alimentaire, diversifie ses activités et s'intéresse désormais aux PME africaines, a appris "Jeune Afrique".[...]

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand[...]

Ebola, Boko Haram, Libye... Les thèmes qui vont dominer le 24e sommet de l'UA

En attendant l’arrivée des chefs d’État et de gouvernement, les 30 et 31 janvier, à Addis-Abeba, les ministres des Affaires étrangères ont commencé, lundi 26 janvier,[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120608094452 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120608094452 from 172.16.0.100