Extension Factory Builder
08/06/2012 à 10:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président nigérien Mahamadou Issoufou, le 10 avril 2012. Le président nigérien Mahamadou Issoufou, le 10 avril 2012. © AFP

Le président nigérien Mahamadou Issoufou a affirmé, sur la chaîne d'information France 24, que des Djihadistes "afghans et pakistanais" officiaient comme "formateurs" dans des camps d'entraînement au Nord du Mali.

Lors d'un entretien accordé à la chaîne France 24, le président nigérien Mahamadou Issoufou a déclaré, jeudi 7 juin, que des Djihadistes «afghans et pakistanais» étaient présents dans le Nord-Mali. « On a des informations sur la présence d'Afghans et de Pakistanais dans le Nord du Mali, (...) de Djihadistes venus de pays non africains. Ils serviraient de formateurs. Ce sont eux qui entraînent ceux qui sont recrutés dans les différents pays de l'Afrique de l'Ouest », a-t-il dit, ajoutant avoir des «informations précises sur des camps d'entraînement (des islamistes nigérians) de Boko Haram à Gao (nord)».

«Au Nord-Mali, les forces dominantes sont les Djihadistes et les narcotrafiquants. Tout cela est coordonné : cela va du Sahara jusqu'en Somalie», a affirmé le président du Niger.

« Je crois que toutes ces organisations coopèrent entre elles, que ce soit les shebabs en Somalie, Boko Haram au Nigeria, Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) en Algérie et au Sahel en général, jusqu'en Afghanistan », a-t-il poursuivi. « Notre préoccupation, c'est que le Sahel ne se transforme pas en un nouvel Afghanistan », a martelé Mahamadou Issoufou, affirmant que le Niger avait jusqu'à présent « su protéger son territoire » mais qu'il redoutait toujours des tentatives d'installation de groupes islamistes armés.

Otages français "vivants et en bonne santé"

Après le coup d'État militaire du 22 mars contre le pouvoir du président Amadou Toumani Touré (ATT), le Mali est coupé en deux. Tout le Nord du pays est sous le contrôle de groupes  islamistes armés et de touaregs. « Ces groupes armés du Nord continuent à s'approvisionner en armes dans le sud-ouest de la Libye», a affirmé Mahamadou Issoufou, qui estime que cette zone du sud libyen « constitue une base d'appui pour les factions armées présentes sur le territoire malien ».

Interrogé sur les solutions possibles pour régler la crise, le président nigérien a rappelé que des « négociations » étaient en cours. « On n'exclut pas qu'il y ait une intervention armée », a-t-il dit, tout en précisant : « je considère que le recours à la force doit être le dernier recours ». En cas d'intervention militaire, il a plaidé pour « une résolution des Nations unies autorisant l'usage de la force ».

Le président nigérien a en outre donné quelques nouvelles des six otages français retenus au Sahel. « Je crois qu'ils sont vivants et en bonne santé. Vous me permettrez de ne pas en dire plus », a déclaré le chef de l'État nigérien.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : manifestations à Bamako pour la paix

Mali : manifestations à Bamako pour la paix

Plusieurs milliers de personnes ont participé samedi à Bamako à un meeting pour la paix dans le nord du Mali, quelques heures après une marche pour soutenir la "libération" de Mé[...]

Mali : marche à Bamako pour soutenir la libération de Ménaka, reprise aux rebelles

Plusieurs centaines de personnes ont marché samedi à Bamako pour soutenir la libération de Ménaka, ville du nord-est du Mali reprise le 27 avril à la rébellion par un groupe armé[...]

Mali : au moins 10 rebelles et 9 militaires tués dans les combats à Léré

Les violents combats qui ont opposé l'armée malienne à des rebelles, mercredi à Léré, dans le centre du pays, ont fait 19 morts et une vingtaine de blessés, selon un bilan[...]

Crise malienne : affrontements meurtriers entre armée et rebelles près de la frontière mauritanienne

Des combats ont opposé mercredi, pour la première fois depuis 2014, rebelles et armée malienne près de la frontière mauritanienne. Quelques heures plus tôt, une attaque surprise[...]

Nord du Mali : deux soldats et un enfant tués dans une attaque à Goundam

Des sources concordantes ont annoncé mercredi la mort de deux membres de la garde nationale malienne et d'un enfant à la suite d'une attaque perpétrée par des hommes armés à Goundam, dans[...]

Mali - Fahad Ag Almahmoud (Gatia) : "Notre occupation de Ménaka n'a pas été préparée"

Le Gatia a repris lundi la ville de Ménaka aux rebelles du MNLA qui la contrôlaient depuis près d'un an. Joint par téléphone, Fahad Ag Almahmoud, le secrétaire général de[...]

Mali : le Gatia prend le contrôle de Ménaka

Le Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia) - proche du pouvoir malien - a pris lundi le contrôle de Ménaka, dans le nord du Mali, selon l'AFP. Une localité jusqu'ici partiellement[...]

Les mystères de la Corsafrique

Feliciaggi, Tomi, Pasqua, Foccart, Bongo Ondimba, Sassou Nguesso, IBK... Bienvenue en Corsafrique ! Dans son numéro double, "Jeune Afrique" consacre une enquête à l'ascension des Corses en Afrique,[...]

Abdoulaye Diop : "La paix pour le Mali passe par l'accord d'Alger"

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, revient sur le préaccord d'Alger que la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) refuse toujours de[...]

Mali : quand les mausolées des saints de Tombouctou ressuscitent

Trois ans après la destruction des mausolées de Tombouctou, classés au patrimoine mondial de l'Unesco, la "Ville aux 333 saints" a entamé leur reconstruction. Et renoué avec une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120608093359 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120608093359 from 172.16.0.100