Extension Factory Builder
06/06/2012 à 17:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'armée congolaise compterait 40 morts depuis le début des affrontements avec les mutins. L'armée congolaise compterait 40 morts depuis le début des affrontements avec les mutins. © Phil Moore/AFP

C’est le premier bilan officiel des combats. Selon Kinshasa, les affrontements qui opposent depuis plus d’un mois l’armée et les mutins dans la province du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo, ont été surtout meurtriers pour les dissidents issus de l’ex-rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Bosco Ntaganda, que le gouvernement estimait mi-mai à environ 300 hommes.

« Le bilan humain des engagements provoqués par cette mutinerie est le suivant : 200 mutins (…) ont été tués ; 250 d’entre eux ont été blessés ; 374 mutins se sont rendus aux FARDC (Forces armées) dont 25 citoyens rwandais. Une quantité importante d’armes et munitions ont été récupérées par les FARDC. Du côté des FARDC, on déplore 40 morts et 93 blessés », indique le compte-rendu du conseil des ministres de lundi, qui ne mentionne pas de victimes civiles.

Onze citoyens rwandais, dont un mineur, se sont rendus à la Mission de l’ONU pour la stabilisation du Congo (Monusco) en disant avoir été recrutés et formés dans leur pays pour combattre en RDC aux côtés des mutins, indique par ailleurs un rapport de l’ONU révélé fin mai par la BBC. Dans les colonnes de Jeune Afrique, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a quant à elle dénoncé des « fausses informations ».  Depuis, 14 autres Rwandais ont fait défection.

Les 25 citoyens du pays des Milles collines ont été interrogés « à la fois par les autorités congolaises, rwandaises et aussi le CICR (Comité international de la Croix-Rouge). En l’état actuel de la situation, les personnes n’ont pas encore été rapatriées. Elles sont encore entre les mains de la Monusco », a affirmé mercredi à la presse Amadou Ba, porte-parole militaire intérimaire de la mission onusienne.

Partie émergée de l'iceberg

Cette poignée d’homme n’est que la partie émergée de l’iceberg, si l’on en croit l’ONG américaine des droits de l’Homme Human Rights Watch. Dans un rapport publié lundi, elle assure notamment que « des responsables militaires rwandais ont fourni des armes, des munitions » aux mutins, ainsi qu’« environ 200 à 300 recrues », dont des civils et des mineurs recrutés de force.

_______

Par Awa Diallo, à Kinshasa
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

RDC : Lambert Mende répond à Linda Thomas-Greenfield

Lambert Mende Omalanga est ministre des Médias et porte-parole du gouvernement de la RDC.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

L'eldorado européen de la prostitution africaine

Des filières de prostitution structurées se sont mises en place entre l'Afrique et l'Europe. Lorsqu'elles ne tombent pas aux mains des mafieux, ces femmes développent un business florissant.[...]

RDC : les expatriés des Nations unies, ça déménage !

Cela va bientôt faire un an que les Nations unies ont commencé à redéployer leurs fonctionnaires dans l'Est. Mais les faire venir n'a pas été une mince affaire. Et n'est pas sans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers