Extension Factory Builder
06/06/2012 à 14:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
18 millions de personnes sont menacées par la faim au Sahel, dont plus de 3 millions au Mali. 18 millions de personnes sont menacées par la faim au Sahel, dont plus de 3 millions au Mali. © AFP

Dans l'ouest du Mali, la crise alimentaire provoquée par la sécheresse au Sahel et renforcée par les tensions politiques et militaires menace quelque 300 000 personnes. Reportage à Kayes, capitale d'une région traditionnelle d'émigration.

Depuis le putsch du 22 mars qui a poussé le président Amadou Toumani Touré à la démission, le programme gouvernemental de distribution gratuite de céréales s’est arrêté à Kayes. Une malédiction dans cette région de l’ouest du Mali, qui fait frontière avec le Sénégal et la Mauritanie. En 2011, les pluies et les crues des cours d’eau n’ont pas comblé les attentes des agriculteurs, éleveurs et pêcheurs qui forment 80% de la population, soit 1,6 million de personnes.

Conséquence : le déficit céréalier est d’environ 172 923 tonnes et les prix ont triplé. « Le mil atteint les 300 F CFA le kg, le riz 450 F CFA, le sorgho 275F CFA », explique le directeur de cabinet du gouvernorat de Kayes, M. Kaman Kane. Et aujourd’hui, 300 000 personnes sont menacées de famine dans la région.

Malnutrition

« Depuis deux mois, la base de notre alimentation est constituée essentiellement de poisson sec et de bouillie. J’ai deux enfants. Ils ne sont pas atteint de malnutrition, mais d’autres dans la commune en souffrent déjà », témoigne Aminata Dialla Keita, une enseignante de l’école primaire de Goumera. Située à 28 km au nord-est de Kayes, cette commune de 5 625 habitants est la plus touchée des 28 autres de la région. Seul espoir : l’assistance du Programme alimentaire mondial (PAM), qui se déploie grâce un financement de 15 millions de dollars de l’ambassade des États-Unis au Mali.

Un champ dans la région des Kayes, au Mali.

© PAM/Daouda Guirou

Le 31 mai, une délégation conduite par Nancy Walters, représentante du PAM au Mali, et l’ambassadeur américain Mary Beth Léonard, s’est rendu à Gouméra. Sur place, la température, qui avoisine les 50°C, n’empêche pas quelque cent personnes, pioches et pelles à la main, de travailler à réhabiliter le canal d’eau de la commune. C’est l'opération "travail contre nourriture". En fin de journée, chacun repartira avec quelques kilogrammes de céréales.

« C’est pour aider les familles qui ont des bras valides, en réhabilitant par la même occasion des infrastructures hydriques pour préparer la saison agricole de l’année prochaine », explique la représentante du PAM. Parallèlement, au centre de santé de la commune, l’organisation prend en charge les cas de malnutrition.

Distribution

Comme dans les six autres communes ciblées par le programme, c’est l’administration municipale qui distribue l’aide alimentaire du PAM. Dans la cour de la mairie, Fodié Bakary Fofana, 80 ans, fait la queue. Ce retraité et ancien émigré malien en France, où il travaillait dans les secteurs du nettoyage et du bâtiment, vient bénéficier de la distribution de céréales. Carnet de famille à la main, il a 19 personnes à nourrir. « Quand je suis revenu il y a 20 ans, j’ai investi dans l’agriculture et tout allait bien jusqu’à l’année dernière. Je n’ai jamais vu une aussi faible pluviométrie. »

Le climat, d'abord, et la politique, après : c’est comme si tout s’était déréglé au Mali. L’aide du PAM est d’autant plus indispensable que l’État est tombé en lambeau sous la pression de la crise politico-militaire au Nord. Mais selon le maire de Gouméra, les quelque 2 600 tonnes de nourriture à distribuer dans la région ne pourront soulager la population que pour les trois mois à venir. Pas jusqu’à la prochaine récolte.

___

Baba Ahmed, envoyé spécial à Kayes

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola. Pou[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Le Mali confirme que des jihadistes ont été libérés en échange de l'ex-otage français Lazarevic

Plusieurs prisonniers détenus à Bamako ont bien été libérés en échange de l'ex-otage français Serge Lazarevic, a confirmé vendredi le ministre malien de la Justice,[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) paraît peu enclin à signer le projet d'accord de paix proposé par la médiation algérienne. Bamako compte sur Rabat pour convaincre le[...]

Mali : la mort d'Ahmed el-Tilemsi, un coup dur pour le Mujao et Belmokhtar

Ahmed el-Tilemsi, l'un des principaux chefs jihadistes de la bande sahélo-saharienne, a été tué dans un raid mené par les militaires français dans le nord du Mali. Pour Paris, il s'agit[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers