Extension Factory Builder
06/06/2012 à 14:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
18 millions de personnes sont menacées par la faim au Sahel, dont plus de 3 millions au Mali. 18 millions de personnes sont menacées par la faim au Sahel, dont plus de 3 millions au Mali. © AFP

Dans l'ouest du Mali, la crise alimentaire provoquée par la sécheresse au Sahel et renforcée par les tensions politiques et militaires menace quelque 300 000 personnes. Reportage à Kayes, capitale d'une région traditionnelle d'émigration.

Depuis le putsch du 22 mars qui a poussé le président Amadou Toumani Touré à la démission, le programme gouvernemental de distribution gratuite de céréales s’est arrêté à Kayes. Une malédiction dans cette région de l’ouest du Mali, qui fait frontière avec le Sénégal et la Mauritanie. En 2011, les pluies et les crues des cours d’eau n’ont pas comblé les attentes des agriculteurs, éleveurs et pêcheurs qui forment 80% de la population, soit 1,6 million de personnes.

Conséquence : le déficit céréalier est d’environ 172 923 tonnes et les prix ont triplé. « Le mil atteint les 300 F CFA le kg, le riz 450 F CFA, le sorgho 275F CFA », explique le directeur de cabinet du gouvernorat de Kayes, M. Kaman Kane. Et aujourd’hui, 300 000 personnes sont menacées de famine dans la région.

Malnutrition

« Depuis deux mois, la base de notre alimentation est constituée essentiellement de poisson sec et de bouillie. J’ai deux enfants. Ils ne sont pas atteint de malnutrition, mais d’autres dans la commune en souffrent déjà », témoigne Aminata Dialla Keita, une enseignante de l’école primaire de Goumera. Située à 28 km au nord-est de Kayes, cette commune de 5 625 habitants est la plus touchée des 28 autres de la région. Seul espoir : l’assistance du Programme alimentaire mondial (PAM), qui se déploie grâce un financement de 15 millions de dollars de l’ambassade des États-Unis au Mali.

Un champ dans la région des Kayes, au Mali.

© PAM/Daouda Guirou

Le 31 mai, une délégation conduite par Nancy Walters, représentante du PAM au Mali, et l’ambassadeur américain Mary Beth Léonard, s’est rendu à Gouméra. Sur place, la température, qui avoisine les 50°C, n’empêche pas quelque cent personnes, pioches et pelles à la main, de travailler à réhabiliter le canal d’eau de la commune. C’est l'opération "travail contre nourriture". En fin de journée, chacun repartira avec quelques kilogrammes de céréales.

« C’est pour aider les familles qui ont des bras valides, en réhabilitant par la même occasion des infrastructures hydriques pour préparer la saison agricole de l’année prochaine », explique la représentante du PAM. Parallèlement, au centre de santé de la commune, l’organisation prend en charge les cas de malnutrition.

Distribution

Comme dans les six autres communes ciblées par le programme, c’est l’administration municipale qui distribue l’aide alimentaire du PAM. Dans la cour de la mairie, Fodié Bakary Fofana, 80 ans, fait la queue. Ce retraité et ancien émigré malien en France, où il travaillait dans les secteurs du nettoyage et du bâtiment, vient bénéficier de la distribution de céréales. Carnet de famille à la main, il a 19 personnes à nourrir. « Quand je suis revenu il y a 20 ans, j’ai investi dans l’agriculture et tout allait bien jusqu’à l’année dernière. Je n’ai jamais vu une aussi faible pluviométrie. »

Le climat, d'abord, et la politique, après : c’est comme si tout s’était déréglé au Mali. L’aide du PAM est d’autant plus indispensable que l’État est tombé en lambeau sous la pression de la crise politico-militaire au Nord. Mais selon le maire de Gouméra, les quelque 2 600 tonnes de nourriture à distribuer dans la région ne pourront soulager la population que pour les trois mois à venir. Pas jusqu’à la prochaine récolte.

___

Baba Ahmed, envoyé spécial à Kayes

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Moussa Mara : 'Il n'y aura pas de prime à l'impunité' au Mali

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de [...]

Mali : Casques bleus tchadiens excédés

Le 18 septembre, cinq Casques bleus tchadiens de la Minusma ont été tués au passage de leur véhicule sur un engin explosif dans les environs d'Aguelhok. C'est la troisième attaque[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Mali : grand nettoyage à Bamako

Pour revenir dans les bonnes grâces du FMI après plusieurs impairs difficilement justifiables, le Mali met les bouchées doubles pour sanctionner les fonctionnaires indélicats.[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Terrorisme au Mali : identification de Meherig Djafar, le coup de pouce d'Interpol

La récente identification au Mali du jihadiste algérien Meherig Djafar démontre l'importance de la technologie dans la lutte contre le terrorisme.[...]

À Bamako, plusieurs milliers de manifestants disent non à la partition du Mali

Entre deux et trois milles personnes ont défilé jeudi à Bamako pour dénoncer toute velléité de partition du Mali.[...]

Christian Josz (FMI) : "Notre mission au Mali a été un grand succès"

Du 12 au 25 septembre, une mission du Fonds monétaire international a séjourné à Bamako pour faire la lumière sur un marché de 69 milliards de F CFA passé de gré à[...]

Mali - Ousmane Diarra : "Les jihadistes instrumentalisent la pureté de l'enfant"

Dans son troisième roman, La Route des clameurs, le conteur malien revient sur la terreur qui s'est abattue sur son pays. Et dissèque comment la folie s'est emparée des hommes.[...]

Suspense et morosité

L'enthousiasme qui avait saisi les acteurs économiques maliens après le sommet de Bruxelles, en mai 2013, au cours duquel une aide internationale de 4 milliards de dollars (3,25 milliards[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers