Extension Factory Builder
06/06/2012 à 09:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président malien de transition Dioncounda Traoré, le 3 mai 2012 à Dakar. Le président malien de transition Dioncounda Traoré, le 3 mai 2012 à Dakar. © Seyllou/AFP

Trois membres d'associations de soutien à l'ex-junte malienne ont été inculpés mardi dans le cadre de l'enquête sur l'agression du président de transition, Dioncounda Traoré. Mais les faits ont été requalifiés en simples "troubles grave à l'ordre public" par le procureur de la République, Sombé Théra. Par ailleurs, une information judiciaire pour "tentative d'assassinat et complicité, coups et blessures volontaires et non-assistance à personne en danger" a été ouverte.

Les premières inculpations sont tombées dans le cadre de l'enquête sur l'agression dont a été victime le président malien de transition Dioncounda Traoré, le 21 mai au palais présidentiel de Bamako. Trois responsables de « Yèrè wolo ton » (les « dignes fils », en langue bambara), une des associations membres du Mouvement populaire du 22 mars (MP22) et de la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam), pro-putschistes, ont été accusés par le parquet de « troubles graves à l'ordre public » et écrouées à Bamako.

Les trois individus - Boubacar Boré, Yacouba Niaré et Mamadou Sangaré – avaient été arrêtés le 23 mai placés sous mandat de dépôt le cinq jours plus tard, a précisé le procureur de la République, Sombé Théra. Ils font partie d'une cinquantaine de personnes interpellées dans le cadre de l'enquête, certaines ayant été relâchées, mises à la disposition de la justice ou encore  « aux arrêts ».

"Élargir le champ d'investigation"

Selon le procureur, les faits ont été « requalifiés ». « Au lieu de "coups et blessures sur la personne du président de la République", les prévenus sont maintenant poursuivis pour « troubles graves à l'ordre public ». Motif officiel : cela permettait d'élargir le champ d'investigation. À moins que cela ne soit surtout une manoeuvre pour « noyer le poisson », car les peines encourues par les responsables présumés pourraient être de ce fait beaucoup plus faibles...

Par ailleurs, « une information judiciaire vient d'être ouverte pour tentative d'assassinat et complicité, coups et blessures volontaires et non-assistance à personne en danger », a indiqué une source judiciaire. « Mais pour le moment personne n'est inculpé » de ces chefs d'accusation, a-t-elle précisé.

Dioncounda Traoré, 70 ans, a été blessé dans l'attaque, mais sans lésion grave. Il s'est rendu en France le 23 mai pour des examens médicaux et poursuivait mardi son séjour dans ce pays.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

L'ONU accuse le Mali de manquer de reconnaissance pour ses "sacrifices"

Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est insurgé samedi à Bamako contre un manque de reconnaissance des autorités maliennes envers la force internationale dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers