Extension Factory Builder
06/06/2012 à 09:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président malien de transition Dioncounda Traoré, le 3 mai 2012 à Dakar. Le président malien de transition Dioncounda Traoré, le 3 mai 2012 à Dakar. © Seyllou/AFP

Trois membres d'associations de soutien à l'ex-junte malienne ont été inculpés mardi dans le cadre de l'enquête sur l'agression du président de transition, Dioncounda Traoré. Mais les faits ont été requalifiés en simples "troubles grave à l'ordre public" par le procureur de la République, Sombé Théra. Par ailleurs, une information judiciaire pour "tentative d'assassinat et complicité, coups et blessures volontaires et non-assistance à personne en danger" a été ouverte.

Les premières inculpations sont tombées dans le cadre de l'enquête sur l'agression dont a été victime le président malien de transition Dioncounda Traoré, le 21 mai au palais présidentiel de Bamako. Trois responsables de « Yèrè wolo ton » (les « dignes fils », en langue bambara), une des associations membres du Mouvement populaire du 22 mars (MP22) et de la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam), pro-putschistes, ont été accusés par le parquet de « troubles graves à l'ordre public » et écrouées à Bamako.

Les trois individus - Boubacar Boré, Yacouba Niaré et Mamadou Sangaré – avaient été arrêtés le 23 mai placés sous mandat de dépôt le cinq jours plus tard, a précisé le procureur de la République, Sombé Théra. Ils font partie d'une cinquantaine de personnes interpellées dans le cadre de l'enquête, certaines ayant été relâchées, mises à la disposition de la justice ou encore  « aux arrêts ».

"Élargir le champ d'investigation"

Selon le procureur, les faits ont été « requalifiés ». « Au lieu de "coups et blessures sur la personne du président de la République", les prévenus sont maintenant poursuivis pour « troubles graves à l'ordre public ». Motif officiel : cela permettait d'élargir le champ d'investigation. À moins que cela ne soit surtout une manoeuvre pour « noyer le poisson », car les peines encourues par les responsables présumés pourraient être de ce fait beaucoup plus faibles...

Par ailleurs, « une information judiciaire vient d'être ouverte pour tentative d'assassinat et complicité, coups et blessures volontaires et non-assistance à personne en danger », a indiqué une source judiciaire. « Mais pour le moment personne n'est inculpé » de ces chefs d'accusation, a-t-elle précisé.

Dioncounda Traoré, 70 ans, a été blessé dans l'attaque, mais sans lésion grave. Il s'est rendu en France le 23 mai pour des examens médicaux et poursuivait mardi son séjour dans ce pays.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers