Extension Factory Builder
06/06/2012 à 09:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président malien de transition Dioncounda Traoré, le 3 mai 2012 à Dakar. Le président malien de transition Dioncounda Traoré, le 3 mai 2012 à Dakar. © Seyllou/AFP

Trois membres d'associations de soutien à l'ex-junte malienne ont été inculpés mardi dans le cadre de l'enquête sur l'agression du président de transition, Dioncounda Traoré. Mais les faits ont été requalifiés en simples "troubles grave à l'ordre public" par le procureur de la République, Sombé Théra. Par ailleurs, une information judiciaire pour "tentative d'assassinat et complicité, coups et blessures volontaires et non-assistance à personne en danger" a été ouverte.

Les premières inculpations sont tombées dans le cadre de l'enquête sur l'agression dont a été victime le président malien de transition Dioncounda Traoré, le 21 mai au palais présidentiel de Bamako. Trois responsables de « Yèrè wolo ton » (les « dignes fils », en langue bambara), une des associations membres du Mouvement populaire du 22 mars (MP22) et de la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam), pro-putschistes, ont été accusés par le parquet de « troubles graves à l'ordre public » et écrouées à Bamako.

Les trois individus - Boubacar Boré, Yacouba Niaré et Mamadou Sangaré – avaient été arrêtés le 23 mai placés sous mandat de dépôt le cinq jours plus tard, a précisé le procureur de la République, Sombé Théra. Ils font partie d'une cinquantaine de personnes interpellées dans le cadre de l'enquête, certaines ayant été relâchées, mises à la disposition de la justice ou encore  « aux arrêts ».

"Élargir le champ d'investigation"

Selon le procureur, les faits ont été « requalifiés ». « Au lieu de "coups et blessures sur la personne du président de la République", les prévenus sont maintenant poursuivis pour « troubles graves à l'ordre public ». Motif officiel : cela permettait d'élargir le champ d'investigation. À moins que cela ne soit surtout une manoeuvre pour « noyer le poisson », car les peines encourues par les responsables présumés pourraient être de ce fait beaucoup plus faibles...

Par ailleurs, « une information judiciaire vient d'être ouverte pour tentative d'assassinat et complicité, coups et blessures volontaires et non-assistance à personne en danger », a indiqué une source judiciaire. « Mais pour le moment personne n'est inculpé » de ces chefs d'accusation, a-t-elle précisé.

Dioncounda Traoré, 70 ans, a été blessé dans l'attaque, mais sans lésion grave. Il s'est rendu en France le 23 mai pour des examens médicaux et poursuivait mardi son séjour dans ce pays.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef. Mal[...]

Mali : procès en vue pour Sanogo

Attendu depuis des mois, le procès d'Amadou Haya Sanogo et de plusieurs autres membres de l'ex-junte malienne pourrait se tenir prochainement. "Peut-être en juin", estime une source judiciaire[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Mali : l'avenir de l'Afrique au coeur du Forum de Bamako

Le 15e Forum de Bamako s’est déroulé du 19 au 21 février avec comme questionnement central l'avenir du continent à moyen terme.[...]

César 2015 : le film franco-mauritanien "Timbuktu" triomphe avec sept prix

Le film franco-mauritanien "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako, chronique de la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes, a triomphé vendredi à la 40e cérémonie des[...]

Mali : accord entre Bamako et les groupes armés pour une "cessation immédiate" des hostilités

Réunis à Alger pour un nouveau round des négociations de paix, le gouvernement malien et six groupes armés du nord du Mali ont signé jeudi, sous les auspices de l'Algérie et de l'ONU, un[...]

Mali : l'ombre d'Iyad Ag Ghali plane sur les négociations d'Alger

Soupçonné de manoeuvrer en coulisses en faisant régner la terreur parmi les Touaregs, le leader d'Ansar Eddine, Iyad Ag Ghali, demeure introuvable. Une ombre au tableau des négociations[...]

Nord du Mali : le Gatia, une milice loyaliste qui veut monter... jusqu'à Alger

En quelques mois, le Groupe autodéfense touareg imghad et alliés (Gatia) est devenu incontournable dans le nord du Mali. Au point que certains veulent l'inviter à la table des pourparlers d'Alger.[...]

Nord du Mali : de l'irrédentisme touareg à la guerre tribale ?

Alors que les combats entre groupes rebelles et milices loyalistes se multiplient dans le nord du Mali, c'est tout le processus de paix engagé à Alger qui se trouve menacé. Avec le risque que les affrontements[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120606092317 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120606092317 from 172.16.0.100