Extension Factory Builder
31/05/2012 à 18:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 30 avril, les 'Bérets rouges' ont tenté un contre-coup d'État. Le 30 avril, les "Bérets rouges" ont tenté un contre-coup d'État. © D.R.

Arrêtés après les attaques menées à la fin d'avril et au début de mai à Bamako par les Bérets rouges fidèles à ATT, Malamine Konaré, le fils de l'ancien président malien, et une dizaine de militaires sont visés par une information judiciaire "pour atteinte à la sécurité intérieure de l'État", a annoncé jeudi 31 mai le parquet malien

Le parquet judiciaire malien a ouvert une information judiciaire contre le commandant de l’armée de l’air malienne Malamine Konaré et une dizaine de militaires, tous arrêtés après les attaques menées à la fin d'avril et au début de mai à Bamako par des Bérets rouges fidèles du président Amadou Toumani Touré (ATT) contre l’ex-junte.

L'enquête est ouverte « pour atteinte à la sécurité intérieure de l'État par l'emploi illégal de la force armée, association de malfaiteurs, assassinats, coups et blessures volontaires, vols et détention illégale d'armes de guerre, et complicité », a expliqué le procureur de la République, Sombé Théra, jeudi 31 mai dans un communiqué.

Guindo "introuvable"

Outre Malamine Konaré, qui est l'un des fils de l'ancien président malien Alpha Oumar Konaré et qui est aussi un ex-membre de la Sécurité d'État (SE, services de renseignements), le général Hamidou Sissoko, un proche d’ATT (dont il a été chef d'état-major particulier), et le colonel Abdoulaye Cissé, commandant de la région militaire de Sikasso (Sud) figurent parmi les détenus. Six autres officiers et policiers arrêtés, ainsi que le colonel-major Abidine Guindo, ancien chef des Bérets rouges et ex-aide de camp d'ATT - toujours « introuvable » -, sont également visés par l'information judiciaire.

Le 30 avril et le 1er mai, des parachutistes fidèles à ATT avaient lancé des attaques contre l’aéroport, le siège de la télévision nationale malienne et le QG de l’ex-junte, le camp militaire de Kati. Les affrontements avaient fait plus de 20 morts et des dizaines de blessés, principalement des militaires des deux camps.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers