Extension Factory Builder
30/05/2012 à 19:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Robert Mugabe a fêté ses 88 ans en 2012. Robert Mugabe a fêté ses 88 ans en 2012. © AFP

Le 29 mai, Robert Mugabe a été désigné avec son homologue zambien, Michael Sata, ambassadeur des Nations Unies pour le tourisme. Une nomination purement symbolique, sans engagement légal, qui a fait grand bruit. Considéré comme l’un des pires dictateurs de la planète, l'homme est même frappé par une interdiction de voyager dans certains pays du monde.

L’information est pour le moins cocasse, et le quotidien The Guardian ne s’est pas privé d’ironiser. « Malgré le fait que Robert Mugabe, âgé de 88 ans, soit placé sous le coup d’une interdiction de voyager (dans les pays de l’Union Européenne notamment), il a été honoré comme un leader du tourisme par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), une branche de l'Organisation des Nations Unies », écrit le quotidien britannique.

L’ONU aurait ainsi cherché à récompenser le Zimbabwe et la Zambie - Michael Sata ayant également été distingué  - pour leurs efforts dans le domaine du tourisme, en particulier autour du site des chutes Victoria. Celles-ci sont en effet un haut lieu touristique mondial et ont été classées au patrimoine mondial de l’Unesco.

Ambassadeur... embarrassant

Reste que la distinction n’a pas été du goût de la planète humanitaire et associative. La coalition « Crisis in Zimbabwe », dont font partie des organisations de la société civile zimbabwéenne, a aussitôt réagi. « Cela envoie un mauvais signal de Mugabe, qui pourrait être perçu comme acceptable auprès de la communauté internationale. Nous parlons de la même personne. Celui qui insultait les gays et les lesbiennes en disant qu’ils ne valaient "pas mieux que des chiens" », a ainsi déclaré Dewa Mavhinga, porte-parole de la coalition.

Ces réticences sont rapidement parvenues aux oreilles de l’OMT. Sa coordinatrice en communication, Sandra Carvao, a donc voulu préciser qu’il n’y avait pas de réel « programme d’ambassadeurs » pour le tourisme et que le système de lettre ouverte qui existe aujourd’hui n’impliquait aucun « engagement légal ». Cependant, même avec cette nuance en tête, Robert Mugabe, accusé de fraudes électorales, crimes ethniques, censure ou encore d’atteintes aux droits de l’homme, n’est sans doute pas l’ambassadeur rêvé. Même seulement sur le papier.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Zimbabwe

Zimbabwe : qui a orchestré les massacres de Gukurahundi en 1983 ?

Zimbabwe : qui a orchestré les massacres de Gukurahundi en 1983 ?

Robert Mugabe a-t-il joué un rôle clé pendant les massacres de Gukurahundi en janvier 1983 ? De nouveaux documents déclassifiés prouveraient la responsabilité du chef de l'État zimb[...]

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

De retour sur le devant de la scène internationale depuis qu'il occupe la présidence tournante de l'Union africaine, le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, multiplie les voyages et profite de[...]

Zimbabwe : quand Mugabe se change en "Miss Roberta"

Résignés, les internautes zimbabwéens s’attardent davantage sur les photographies de leur président que sur sa politique. Sur le dernier cliché à la mode, Robert Mugabe semble[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Zimbabwe - 18 avril 1980 : Bob Marley et Mugabe célèbrent l'indépendance de la dernière colonie européenne d'Afrique

Le Zimbabwe est le dernier pays du continent à se libérer du joug du colonisateur occidental. Une indépendance arrachée dans la douleur après plus de dix années de lutte armée.[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

Une "fille-de" à la tête du Zimbabwe ?

Dans sa stratégie de monarchisation du pouvoir zimbabwéen, Robert Mugabe change son fusil d’épaule. À mots couverts et visages découverts, il met en lumière l’alternative[...]

Afrique du Sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

La statue du colon Cecil Rhodes devant l'université du Cap provoque la colère des étudiants sud-africains. La polémique monte, d'autant plus que Robert Mugabe pourrait s'en mêler.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Zimbabwe : Robert Mugabe, l'homme qui n'aimait pas les Blancs (et inversement)

Diabolisé par les Européens, le président du Zimbabwe et de l'Union africaine, Robert Mugabe, incarne jusqu'à l'obsession le rejet des anciens colons, de l'Occident et de ses diktats. Pourquoi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers