Extension Factory Builder
30/05/2012 à 19:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Robert Mugabe a fêté ses 88 ans en 2012. Robert Mugabe a fêté ses 88 ans en 2012. © AFP

Le 29 mai, Robert Mugabe a été désigné avec son homologue zambien, Michael Sata, ambassadeur des Nations Unies pour le tourisme. Une nomination purement symbolique, sans engagement légal, qui a fait grand bruit. Considéré comme l’un des pires dictateurs de la planète, l'homme est même frappé par une interdiction de voyager dans certains pays du monde.

L’information est pour le moins cocasse, et le quotidien The Guardian ne s’est pas privé d’ironiser. « Malgré le fait que Robert Mugabe, âgé de 88 ans, soit placé sous le coup d’une interdiction de voyager (dans les pays de l’Union Européenne notamment), il a été honoré comme un leader du tourisme par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), une branche de l'Organisation des Nations Unies », écrit le quotidien britannique.

L’ONU aurait ainsi cherché à récompenser le Zimbabwe et la Zambie - Michael Sata ayant également été distingué  - pour leurs efforts dans le domaine du tourisme, en particulier autour du site des chutes Victoria. Celles-ci sont en effet un haut lieu touristique mondial et ont été classées au patrimoine mondial de l’Unesco.

Ambassadeur... embarrassant

Reste que la distinction n’a pas été du goût de la planète humanitaire et associative. La coalition « Crisis in Zimbabwe », dont font partie des organisations de la société civile zimbabwéenne, a aussitôt réagi. « Cela envoie un mauvais signal de Mugabe, qui pourrait être perçu comme acceptable auprès de la communauté internationale. Nous parlons de la même personne. Celui qui insultait les gays et les lesbiennes en disant qu’ils ne valaient "pas mieux que des chiens" », a ainsi déclaré Dewa Mavhinga, porte-parole de la coalition.

Ces réticences sont rapidement parvenues aux oreilles de l’OMT. Sa coordinatrice en communication, Sandra Carvao, a donc voulu préciser qu’il n’y avait pas de réel « programme d’ambassadeurs » pour le tourisme et que le système de lettre ouverte qui existe aujourd’hui n’impliquait aucun « engagement légal ». Cependant, même avec cette nuance en tête, Robert Mugabe, accusé de fraudes électorales, crimes ethniques, censure ou encore d’atteintes aux droits de l’homme, n’est sans doute pas l’ambassadeur rêvé. Même seulement sur le papier.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Zimbabwe

UE-Zimbabwe : après 12 ans de sanctions, 234 millions d'euros d'aide ?

UE-Zimbabwe : après 12 ans de sanctions, 234 millions d'euros d'aide ?

Dans le cadre du processus de normalisation de ses relations avec le Zimbabwe, l'Union européenne (UE) a annoncé vendredi qu'elle était disposée à s'engager dans un "programme d'aide plurian[...]

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

À la suite d'une requête d'association des droits humains, la Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné jeudi pour la troisième fois à la police nationale d'ouvrir une enquête sur des[...]

Zimbabwe - Robert Mugabe : "Quand mon heure sera venue, je vous le dirai"

Robert Mugabe n'a pas l'intention de se laisser marcher sur les pieds au sein de son propre parti. Dans des images diffusées mercredi, le président zimbabwéen s'est clairement chargé de recadrer ses[...]

Zimbabwe : Dis-Grace & Bob-la-rallonge... Mugabe(s) forever ?

Jusqu’où ira la tentation oligarchique au sommet de l’État zimbabwéen ? Alors que Robert Mugabe, qui multiplie les mandats à rallonge, montre de plus en plus de signes de faiblesse, sa[...]

Sanctions de l'UE contre la Russie : Mugabe soutient Moscou

À l'issue d'un entretien accordé mardi à Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a apporté son soutien[...]

Zimbabwe : Mick Pearce et l'observation des termites

Et si les termites avaient beaucoup à nous apprendre ? Ce n'est en tout cas pas Mick Pearce qui dira le contraire ! Cet architecte né à Harare en juin 1938 et diplômé de[...]

Zimbabwe : des manifestants de l'opposition violemment réprimés par la police

La police zimbabwéenne a une fois de plus réprimé à coups de matraques une manifestation de l’opposition contre le chômage mercredi 27 août, procédant à une douzaine[...]

La vie devant elle

Avec son style enlevé et ses trouvailles littéraires, NoViolet Bulawayo montre le monde tel qu'il va (plutôt mal) à travers les yeux d'une enfant.[...]

Les papys font de la résistance

Gérontocratie ? Les vétérans de la politique africaine n’entendent pas quitter la scène. En particulier les quatre mousquetaires Abdelaziz Bouteflika, Abdoulaye Wade, Robert Mugabe et Paul Biya.[...]

Zimbabwe : la guerre ouverte au sein de l'opposition s'intensifie

La guerre ouverte au sein du principal parti d'opposition zimbabwéen, le MDC, s'est intensifiée samedi, plusieurs ténors du parti votant la suspension du leader national Morgan Tsvangirai pour violences et [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers