Extension Factory Builder
30/05/2012 à 09:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Charles Taylor devant le TSSL, le 16 mai 2012 à La Haye. Charles Taylor devant le TSSL, le 16 mai 2012 à La Haye. © Evert Jan Daniels/AFP

Reconnu coupable le 26 avril de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre, Charles Taylor doit être fixé sur sa peine ce mercredi. Il pourrait faire appel dans les semaines suivantes.

Charles Taylor aura-t-il ou non l'opportunité de sortir un jour de prison ? C'est toute la question qui se pose aujourd'hui à l'ancien président du Liberia, âgé de 64 ans, alors que sa peine doit être prononcée ce mercredi par le Tribunal spécial sur la Sierra Leone (TSSL) qui l'a reconnu coupable le 26 avril de onze chefs de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre, dont viol, meurtre et pillage, commis entre 1996 et 2002.

-->> Lire notre dossier "Charles Taylor, itinéraire d'un tueur"

Dès 11 heures (9 heures GMT), lors d'une audience publique à Leidschendam, dans la banlieue de La Haye où le procès a été délocalisé en 2006 pour des raisons de sécurité, le juge samoan Richard Lussick lira un résumé de la décision. Le TSSL suivra-t-il l'accusation, qui a recommandé le 3 mai une peine de 80 ans de prison ?

Appel

Quoi qu'il en soit, Taylor ne sera pas condamné à la « prison à vie », mais il purgera sa peine - peut-être jusqu'à sa mort - en Grande-Bretagne, en vertu d'un accord avec le TSSL. Huit accusés de ce tribunal ont déjà été condamnés à Freetown à des peines allant de 15 à 52 ans de prison.

Il y a cependant peu de doute que la défense fera appel du jugement et/ou de la peine infligée. Elle a 14 jours pour se décider après avoir reçu le texte complet de la décision sur la peine. Un processus qui pourrait prendre plusieurs semaines.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Mozambique : le braconnage d'ivoire à l'échelle industrielle

Mozambique : le braconnage d'ivoire à l'échelle industrielle

Au cours d’un séminaire organisé à Maputo en présence de policiers diplomates et magistrats, lundi 22 septembre, des défenseurs de l’environnement ont sonné l'alerte contre la [...]

Ebola : pourquoi l'armée américaine entre en scène au Liberia

Le chef des troupes américaines en Afrique (Africom) va diriger en personne depuis Monrovia le déploiement de 3 000 soldats pour lutter contre l'épidémie d'Ebola. Les raisons d'une intervention[...]

Réchauffement climatique : à New York, Ban Ki-moon appelle les États à "changer de cap"

À l'ouverture du sommet de l'ONU sur le climat à New York, Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, a appelé mardi les dirigeants du monde à "changer de cap" et[...]

Matraques électriques, bâtons cloutés... : quand la Chine fournit l'Afrique en instruments de torture

Les relations Chine-Afrique sont de plus en plus intenses, y compris dans le secteur des instruments de torture. L'Empire du Milieu fournirait notamment, selon Amnesty international, à divers pays du continent des[...]

Michaëlle Jean : "Ma candidature à la Francophonie est le résultat d'une écoute"

À deux mois du sommet de l'OIF, prévu à Dakar les 29 et 30 novembre, cinq candidats sont en lice. Parmi eux, la Canadienne d'origine haïtienne Michaëlle Jean, qui aspire à devenir[...]

Faut-il avoir peur de l'APE ?

Après plus de dix ans de négociations, l'accord de partenariat économique a enfin été conclu entre l'Union européenne et une grande partie de l'Afrique subsaharienne... Mais[...]

ONU : le sommet sur le climat s'ouvre à New York

Des représentants de plus de 120 pays se rencontrent mardi à New York pour un sommet de l'ONU sur le climat. Objectif : donner un nouvel élan aux négociations internationales à venir sur le[...]

Ebola : 20 000 cas en novembre si la situation reste identique

Dans une étude publiée par le "New England Journal of Medicine", l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti le 23 septembre que plus de 20 000 personnes seront infectées par le virus[...]

"Fessemania" : l'avant-garde de l'arrière-train africain

Les tenants de l’ordre esthétique mondial ont décidé que les grosses fesses étaient désormais à la mode. L’Afrique n’a pas attendu leur diktat…[...]

Après Zuma, Ramtane Lamamra à la tête de l'UA ?

Le mandat de l'actuelle présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, se termine en 2016. Et déjà, certains se pressent pour lui trouver un successeur.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces