Extension Factory Builder
30/05/2012 à 09:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En poste depuis le mois d'octobre, Lavagne n'a toujours pas signé son contrat avec le Cameroun. En poste depuis le mois d'octobre, Lavagne n'a toujours pas signé son contrat avec le Cameroun. © AFP

Toujours dans l’attente de la signature de son contrat, critiqué par une partie de l’opinion publique qui ne le juge pas digne d’entraîner les Lions indomptables, Denis Lavagne reste stoïque. Le sélectionneur français du Cameroun préfère se concentrer sur les trois matches du mois de juin face à la RDC, la Libye et la Guinée-Bissau. Entretien.

Jeune Afrique : Denis Lavagne, quand espérez-vous signer votre contrat ? Après tout, vous n’êtes sélectionneur que depuis le mois d’octobre, et le Cameroun, dans cette histoire, se couvre de ridicule…

Denis Lavagne : Je pense que les choses vont s’arranger. J’ai cru comprendre que le Premier ministre avait donné son feu vert. Je suis optimiste. Je ne veux pas trop m’étendre sur cette question. J’ai compris certaines choses, mais l’essentiel, c’est que cela ne m’empêche pas de préparer les matches qui nous attendent.

Song : "Qu’on laisse Lavagne travailler"

Le manager sportif des Lions indomptables, l'ancien international Rigobert Song (137 sélections), réclame un peu de sérénité autour du "cas" Lavagne.

Au Cameroun, certains estiment que Lavagne, (qui a entraîné Cotonsport Garoua et dirigé des centres de formations en France, au Qatar, en Chine ou au Cameroun) n’est pas digne de diriger les Lions. Oubliant un peu vite que ses prédécesseurs au CV plus fourni (Paul Le Guen, Javier Clemente) et donc beaucoup plus chers, n’ont pas vraiment marqué les esprits, et que le Cameroun doit admettre qu’il n’est plus une des meilleures sélections d’Afrique. En poste depuis février dernier, Rigobert Song (35 ans), deux fois vainqueur de la CAN (2000 et 2002), a son un avis sur la question. « On a connu un passage à vide, d’autres équipes sont passées devant nous, mais je crois en cette équipe. Et il faut laisser Denis Lavagne travailler. Ok, il n’a pas un gros CV, et alors ? », demande-t-il, en citant les exemples de Claude Le Roy, Valeri Nepomniachi et Pierre Lechantre. « Ce sont des entraîneurs qui ont eu des résultats alors qu’ils n’avaient pas une grosse expérience. Lavagne a la volonté de réussir, il vit au Cameroun et connaît bien le contexte local. Dans ce pays, on veut des résultats tout de suite. Denis a redonné vie à cette équipe… ». A.B.

N’est-ce pas fatigant de subir sans cesse des procès en légitimité ? Roger Milla, qui depuis a été remercié par la Fécafoot de son poste de président d’honneur, a tout fait pour vous savonner la planche…

Moi, je fais mon travail. Je reste concentré sur mon objectif, à savoir obtenir des résultats. C’est bien là-dessus qu’un entraîneur doit être jugé, non ? Depuis que je suis en poste, cela ne se passe pas si mal que ça : on a remporté la LG Cup au Maroc et battu la Guinée-Bissau chez elle (1-0) en qualifications pour la CAN 2013. Roger Milla aurait aimé que je parte, mais c’est lui qui a été viré.

Qu’en pensent les joueurs ?

Ils ne font guère attention à tout ça. Ils connaissent la maison (rires). Eux-aussi sont concentrés sur le terrain.

Cette ambiance n’a-t-elle pas pesé sur la préparation des trois matches de juin ?

Franchement, non. On a bien travaillé à Metz, et on va finir notre préparation à Yaoundé [les Lions ont rejoint le Cameroun lundi 28 mai pour y accueillir la RDC le 2 juin. Ils s’envoleront le 4 juin pour la Tunisie, où ils affronteront la Libye sur terrain neutre, avant de revenir à Yaoundé pour rencontrer la Guinée-Bissau le 16, NDLR]. On sait très bien que ce mois de juin est quelque part un tournant. Qu’il est décisif. Si nous prenons au minimum quatre points en qualifications pour la Coupe du Monde et que nous nous qualifions pour le troisième tour des éliminatoires de la CAN 2013 face à la Guinée-Bissau, ce sera un bon mois de juin. Car la CAN 2013, c’est le premier de nos objectifs. Il faut se qualifier.

Le Cameroun est-il reparti de zéro ?

On sait très bien que ce mois de juin est décisif.

Non, non. Le groupe a certes connu quelques modifications, mais l’ossature reste la même. Il y a des bases. Il y a beaucoup de qualité dans cet effectif. Il est jeune, puisque la moyenne d’âge est de 23-24 ans. Cela signifie qu’il peut espérer participer à deux Coupes du Monde (2014 et 2018) et trois ou quatre CAN (2013, 2015, 2017, 2019). Et pour l’encadrer il y a des joueurs d’expérience et de caractère, comme Kameni, Mbia, Alex Song ou Nkoulou.

Ou Eto’o… Il se raconte que l’ambiance au sein du groupe serait plus détendue en son absence…

Pour l’instant, il est suspendu jusqu’au mois de septembre. On fait sans lui…

___

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : une attaque de Boko Haram fait 10 morts dans l'Extrême-Nord

Cameroun : une attaque de Boko Haram fait 10 morts dans l'Extrême-Nord

Dans la nuit de jeudi à vendredi, ce sont dix civils camerounais qui ont été tués par Boko Haram, lors d'une attaque du village de Bia, dans l'Extrême-Nord du pays, à la frontière du[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

N'ayons pas peur de toucher aux constitutions !

Yann Gwet est un entrepreneur et essayiste camerounais. Diplômé de Sciences Po Paris, il vit et travaille au Cameroun. Bas les pattes ! Du Burundi aux Congo, en passant par le Rwanda, le message est identique :[...]

Les français Marck et Ineo veulent équiper les casques bleus africains

 Le groupe Marck et Ineo Support Global, filiale de GDF Suez, vont collaborer pour la fourniture d'équipement aux policiers et aux soldats mis à la disposition de l'ONU par les États africains.[...]

Stanley Enow : "Ce qui manquait au rap camerounais, c'était moi"

Nommé "Révélation de l’année" aux derniers MTV Africa Music Awards, à Durban en Afrique du Sud, Stanley Enow est aujourd'hui le fer de lance du rap camerounais. Avec un album[...]

Acha Leke, mentor d'élite chez McKinsey

Destiné à une belle carrière dans la Silicon Valley, ce Camerounais a finalement choisi l'Afrique. Consultant pour le cabinet américain, il accompagne les leaders d'aujourd'hui et de demain.[...]

Jovi, rappeur camerounais : "L'Afrique a le potentiel pour prolonger l'ère du hip-hop"

Il travaille avec Akon, lance sa musique dans les écouteurs de Youssoupha, mais rien, chez Jovi, ne trahit un penchant pour le bling-bling. Le rappeur basé à Yaoundé prêche[...]

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Cameroun : Christelle Nadia Fotso répond à son frère

Suite à l'entretien qu'Yves Michel Fotso a accordé à Jeune Afrique, sa soeur, Christelle Nadia Fotso nous a fait parvenir sa version des faits et sa vision de son père. Voici son texte.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120529165916 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120529165916 from 172.16.0.100