Extension Factory Builder
30/05/2012 à 09:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En poste depuis le mois d'octobre, Lavagne n'a toujours pas signé son contrat avec le Cameroun. En poste depuis le mois d'octobre, Lavagne n'a toujours pas signé son contrat avec le Cameroun. © AFP

Toujours dans l’attente de la signature de son contrat, critiqué par une partie de l’opinion publique qui ne le juge pas digne d’entraîner les Lions indomptables, Denis Lavagne reste stoïque. Le sélectionneur français du Cameroun préfère se concentrer sur les trois matches du mois de juin face à la RDC, la Libye et la Guinée-Bissau. Entretien.

Jeune Afrique : Denis Lavagne, quand espérez-vous signer votre contrat ? Après tout, vous n’êtes sélectionneur que depuis le mois d’octobre, et le Cameroun, dans cette histoire, se couvre de ridicule…

Denis Lavagne : Je pense que les choses vont s’arranger. J’ai cru comprendre que le Premier ministre avait donné son feu vert. Je suis optimiste. Je ne veux pas trop m’étendre sur cette question. J’ai compris certaines choses, mais l’essentiel, c’est que cela ne m’empêche pas de préparer les matches qui nous attendent.

Song : "Qu’on laisse Lavagne travailler"

Le manager sportif des Lions indomptables, l'ancien international Rigobert Song (137 sélections), réclame un peu de sérénité autour du "cas" Lavagne.

Au Cameroun, certains estiment que Lavagne, (qui a entraîné Cotonsport Garoua et dirigé des centres de formations en France, au Qatar, en Chine ou au Cameroun) n’est pas digne de diriger les Lions. Oubliant un peu vite que ses prédécesseurs au CV plus fourni (Paul Le Guen, Javier Clemente) et donc beaucoup plus chers, n’ont pas vraiment marqué les esprits, et que le Cameroun doit admettre qu’il n’est plus une des meilleures sélections d’Afrique. En poste depuis février dernier, Rigobert Song (35 ans), deux fois vainqueur de la CAN (2000 et 2002), a son un avis sur la question. « On a connu un passage à vide, d’autres équipes sont passées devant nous, mais je crois en cette équipe. Et il faut laisser Denis Lavagne travailler. Ok, il n’a pas un gros CV, et alors ? », demande-t-il, en citant les exemples de Claude Le Roy, Valeri Nepomniachi et Pierre Lechantre. « Ce sont des entraîneurs qui ont eu des résultats alors qu’ils n’avaient pas une grosse expérience. Lavagne a la volonté de réussir, il vit au Cameroun et connaît bien le contexte local. Dans ce pays, on veut des résultats tout de suite. Denis a redonné vie à cette équipe… ». A.B.

N’est-ce pas fatigant de subir sans cesse des procès en légitimité ? Roger Milla, qui depuis a été remercié par la Fécafoot de son poste de président d’honneur, a tout fait pour vous savonner la planche…

Moi, je fais mon travail. Je reste concentré sur mon objectif, à savoir obtenir des résultats. C’est bien là-dessus qu’un entraîneur doit être jugé, non ? Depuis que je suis en poste, cela ne se passe pas si mal que ça : on a remporté la LG Cup au Maroc et battu la Guinée-Bissau chez elle (1-0) en qualifications pour la CAN 2013. Roger Milla aurait aimé que je parte, mais c’est lui qui a été viré.

Qu’en pensent les joueurs ?

Ils ne font guère attention à tout ça. Ils connaissent la maison (rires). Eux-aussi sont concentrés sur le terrain.

Cette ambiance n’a-t-elle pas pesé sur la préparation des trois matches de juin ?

Franchement, non. On a bien travaillé à Metz, et on va finir notre préparation à Yaoundé [les Lions ont rejoint le Cameroun lundi 28 mai pour y accueillir la RDC le 2 juin. Ils s’envoleront le 4 juin pour la Tunisie, où ils affronteront la Libye sur terrain neutre, avant de revenir à Yaoundé pour rencontrer la Guinée-Bissau le 16, NDLR]. On sait très bien que ce mois de juin est quelque part un tournant. Qu’il est décisif. Si nous prenons au minimum quatre points en qualifications pour la Coupe du Monde et que nous nous qualifions pour le troisième tour des éliminatoires de la CAN 2013 face à la Guinée-Bissau, ce sera un bon mois de juin. Car la CAN 2013, c’est le premier de nos objectifs. Il faut se qualifier.

Le Cameroun est-il reparti de zéro ?

On sait très bien que ce mois de juin est décisif.

Non, non. Le groupe a certes connu quelques modifications, mais l’ossature reste la même. Il y a des bases. Il y a beaucoup de qualité dans cet effectif. Il est jeune, puisque la moyenne d’âge est de 23-24 ans. Cela signifie qu’il peut espérer participer à deux Coupes du Monde (2014 et 2018) et trois ou quatre CAN (2013, 2015, 2017, 2019). Et pour l’encadrer il y a des joueurs d’expérience et de caractère, comme Kameni, Mbia, Alex Song ou Nkoulou.

Ou Eto’o… Il se raconte que l’ambiance au sein du groupe serait plus détendue en son absence…

Pour l’instant, il est suspendu jusqu’au mois de septembre. On fait sans lui…

___

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de réali[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120529165916 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120529165916 from 172.16.0.100