Extension Factory Builder
24/05/2012 à 10:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants hostiles à Dioncounda Traoré dans le palais présidentiel à Bamako le 21 mai. Des manifestants hostiles à Dioncounda Traoré dans le palais présidentiel à Bamako le 21 mai. © Baba Ahmed

Le président de la transition malienne, Dioncounda Traoré, est parti mercredi 23 mai en direction de Paris, deux jours après son agression par des pro-putschistes dans le palais présidentiel.

C’est à Paris que le président de la transition malienne, Dioncounda Traoré, s’est rendu suite à son agression lundi 20 mai. Le chef d’État a quitté Bamako mercredi 23 décembre afin de rejoindre la capitale française, officiellement pour « honorer un rendez-vous médical fixé de longue date », selon les propos d’Hamadoun Touré, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement. « Il reviendra au pays dès que son médecin avisera à ce sujet », a-t-il ajouté le ministre sur la télévision publique ORTM.

Ce départ intervient quelques heures à peine après que les partisans du capitaine Amadou Haya Sanogo, le chef des putschistes qui ont mené le coup d’État contre Amadou Toumani Touré (ATT), aient désigné de manière unilatérale le militaire comme « président de la transition ». Cette proclamation a été faite deux jours après que l’actuel président de la transition ait été agressé dans son bureau de Koulouba, siège du complexe présidentiel situé près de la capitale. Il avait été frappé par des manifestants favorables aux putschistes, et brièvement hospitalisé.

« Par un malheureux hasard des évènements », son déplacement a lieu « deux jours après l'attaque perpétrée contre lui », a déploré Hamadoun Touré. Mais pour Boubacar Diarra, un conseiller de Dioncounda Traoré, son départ n'entraîne pas « de vacance du pouvoir ». Avant l'agression, « il était prévu qu'il y aille pour un contrôle », a-t-il précisé.

Depuis mardi, Dioncouda Traoré, jusqu’alors président par intérim, avait été désigné président de la transition, à l’issue d’un accord passé avec le capitaine Sanogo et la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao).

Le "Monument des martyrs" détruit

Mais une « convention » des membres de la Coordination des organisations patriotiques du Mali, (Copam, pro-putsch) a, dans la nuit de mardi à mercredi, décidé « d'instituer président de la transition le capitaine Amadou Sanogo », en l'absence de l'officier. La Copam entend installer son nouveau président dès ce jeudi, a annoncé un de ses responsables, Mohamed Tabouré, lors d'un meeting mercredi après-midi à Bamako. « Nous allons l'investir. Dès demain (jeudi), nous allons monter à Kati », quartier général des putschistes près de Bamako, « pour dire au capitaine de se préparer à s'installer à Koulouba », a expliqué le même responsable, sans plus de précisions.

Quant au capitaine Sanogo, il n'a pas publiquement réagi à la décision des pro-putsch de le nommer chef de la transition.

« Il ne répondra pas. (...) Il y a un président de la transition, il est connu, c'est Dioncounda Traoré », a déclaré mercredi Abdoulaye Kanté, un des dirigeants de l'Alliance pour la démocratie au Mali (Adéma) de Dioncounda Traoré, principale formation politique du front anti-putsch.

Profitant de la confusion qui règne à Bamako, les groupes armés, dominés par les islamistes d’Ansar Eddine et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), continuent d’imposer leur présence dans le Nord du pays, qu’ils occupent depuis près de deux mois. Ils ont notamment détruit mercredi à Tombouctou, le « Monument des Martyrs » de la ville, rendant hommage aux victimes de la lutte contre la dictature du général Moussa Traoré en 1991. Ils avaient également détruit le monument El Farouk, un cheval symbole de Tombouctou, et profané un mausolée.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a annoncé[...]

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers