Extension Factory Builder
23/05/2012 à 15:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'équipe de Palestine en octobre 2007. L'équipe de Palestine en octobre 2007. © Reuters

Ancien gardien de but de l’Espérance Tunis et de Zarzis, Makram Dabboub (39 ans) travaille en Palestine depuis un an et demi. Il appartient aujourd’hui au staff technique de l’équipe nationale d’un pays où il s’est vite intégré.

Il s’est embarqué dans l’aventure palestinienne, sans trop se poser de questions. « Parce qu’entre les Tunisiens et les Palestiniens, il y a une relation particulière, explique Makram Dabboub. Ma femme était un peu inquiète en raison de la situation dans cette partie du monde, mais j’ai décidé d’aller au bout. » C’était il y a un an et demi, alors que Dabboub, ancien international olympique et longtemps gardien de l’Espérance Tunis et de Zarzis, avait tourné le dos à une longue carrière professionnelle. « À Zarzis, à la fin, j’étais joueur et entraîneur des gardiens. Quand j’ai arrêté de jouer, j’ai intégré le staff. »

Cette deuxième vie, Dabboub l’a amorcée dans son pays pour mieux la poursuivre en Palestine, quand son compatriote Mokthar Tlili, alors sélectionneur de l’équipe olympique, lui a proposé de le rejoindre. « C’est une vraie aventure sportive, car ici, il y a presque tout à construire. Le football y est professionnel depuis 2010, les progrès sont évidents, mais le contexte rend parfois les choses compliquées. Il nous arrive de faire une liste de cinquante joueurs avant un match international, car on sait que beaucoup ne pourront pas venir, à cause des problèmes de déplacements entre les villes en Cisjordanie. »

Faire progresser le foot en Palestine

Avec le temps, Dabboub prend le parti d’en rire, en évoquant ces deux semaines passées à attendre dans un hôtel à la frontière jordanienne au retour d’un match en Thaïlande, qualificatif pour les Jeux Olympiques de Londres. «  Les autorités israéliennes ont tout simplement refusé que Tlili et moi rentrions en Palestine. Les joueurs ont pu le faire, mais ils ont dû préparer le match retour avec un autre entraîneur. Avec Tlili, nous ne sommes arrivés que la veille de la rencontre. »

Obligé de quitter la Palestine tous les trois mois pour faire renouveler son visa, Dabboub observe autant qu’il le peut le championnat national, où le professionnalisme n’a pas encore investi toutes les mentalités. « Les joueurs ont encore parfois du mal à faire tous les efforts. Ils ne travaillent pas assez physiquement et tactiquement. Leurs clubs, ne les préparent pas suffisamment pour jouer en sélection. Mais il faut leur laisser un peu de temps. »

Depuis novembre dernier et la nomination du Jordanien Jamal Mahmoud comme sélectionneur des Chevaliers, Dabboub a intégré le staff technique de l’équipe nationale. Encore sous contrat pendant un an, il est plutôt satisfait de son sort, et espère, avant tout, « encore contribuer aux progrès du foot en Palestine… »

___

Alexis Billebault, à Ramallah et Al-Ram

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Jane MANAI Palestini&egra - 30/05/2012 à 02h:05

Il faut le soutenir et alerter la FIFA à chaque difficulté [...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un [...]

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis-Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

Gaza : l'ONU suspend son aide à la reconstruction, faute d'argent

L'ONU a annoncé mardi suspendre son aide financière à des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza, laquelle visait à réparer leurs maisons ou payer leurs loyers. Motif : l'organisation est[...]

Arabie saoudite : Salman Ibn Abdelaziz Al Saoud, la continuité sans le changement

Le roi Abdallah est mort, vive son frère ! Le 25e fils du fondateur du royaume d'Arabie saoudite accède au trône, à l'âge de 79 ans. Trop vieux pour incarner le changement dans un pays[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

SOS islam

Pour les intéressés, le sujet est tabou, mais il est grand temps qu'ils l'abordent de front et sans oeillères. Mis à l'index, méconnu, objet de tous les clichés, le monde[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120523150748 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120523150748 from 172.16.0.100