Extension Factory Builder
23/05/2012 à 15:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'équipe de Palestine en octobre 2007. L'équipe de Palestine en octobre 2007. © Reuters

Ancien gardien de but de l’Espérance Tunis et de Zarzis, Makram Dabboub (39 ans) travaille en Palestine depuis un an et demi. Il appartient aujourd’hui au staff technique de l’équipe nationale d’un pays où il s’est vite intégré.

Il s’est embarqué dans l’aventure palestinienne, sans trop se poser de questions. « Parce qu’entre les Tunisiens et les Palestiniens, il y a une relation particulière, explique Makram Dabboub. Ma femme était un peu inquiète en raison de la situation dans cette partie du monde, mais j’ai décidé d’aller au bout. » C’était il y a un an et demi, alors que Dabboub, ancien international olympique et longtemps gardien de l’Espérance Tunis et de Zarzis, avait tourné le dos à une longue carrière professionnelle. « À Zarzis, à la fin, j’étais joueur et entraîneur des gardiens. Quand j’ai arrêté de jouer, j’ai intégré le staff. »

Cette deuxième vie, Dabboub l’a amorcée dans son pays pour mieux la poursuivre en Palestine, quand son compatriote Mokthar Tlili, alors sélectionneur de l’équipe olympique, lui a proposé de le rejoindre. « C’est une vraie aventure sportive, car ici, il y a presque tout à construire. Le football y est professionnel depuis 2010, les progrès sont évidents, mais le contexte rend parfois les choses compliquées. Il nous arrive de faire une liste de cinquante joueurs avant un match international, car on sait que beaucoup ne pourront pas venir, à cause des problèmes de déplacements entre les villes en Cisjordanie. »

Faire progresser le foot en Palestine

Avec le temps, Dabboub prend le parti d’en rire, en évoquant ces deux semaines passées à attendre dans un hôtel à la frontière jordanienne au retour d’un match en Thaïlande, qualificatif pour les Jeux Olympiques de Londres. «  Les autorités israéliennes ont tout simplement refusé que Tlili et moi rentrions en Palestine. Les joueurs ont pu le faire, mais ils ont dû préparer le match retour avec un autre entraîneur. Avec Tlili, nous ne sommes arrivés que la veille de la rencontre. »

Obligé de quitter la Palestine tous les trois mois pour faire renouveler son visa, Dabboub observe autant qu’il le peut le championnat national, où le professionnalisme n’a pas encore investi toutes les mentalités. « Les joueurs ont encore parfois du mal à faire tous les efforts. Ils ne travaillent pas assez physiquement et tactiquement. Leurs clubs, ne les préparent pas suffisamment pour jouer en sélection. Mais il faut leur laisser un peu de temps. »

Depuis novembre dernier et la nomination du Jordanien Jamal Mahmoud comme sélectionneur des Chevaliers, Dabboub a intégré le staff technique de l’équipe nationale. Encore sous contrat pendant un an, il est plutôt satisfait de son sort, et espère, avant tout, « encore contribuer aux progrès du foot en Palestine… »

___

Alexis Billebault, à Ramallah et Al-Ram

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Jane MANAI Palestini&egra - 30/05/2012 à 02h:05

Il faut le soutenir et alerter la FIFA à chaque difficulté [...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Israël : les fous du Temple

Israël : les fous du Temple

À l'origine des tensions actuelles à Jérusalem, le courant messianique juif ne cesse de gagner du terrain. Et menace d'enterrer toute perspective de paix avec le monde arabe.[...]

Le groupe EI affirme avoir décapité un Américain et 18 soldats syriens

Le groupe ultra-radical Etat islamique (EI) a revendiqué l'exécution par décapitation de l'otage américain Peter Kassig, enlevé en Syrie, et d'au moins 18 soldats syriens, dans une vidéo[...]

Soufisme : islam du coeur, coeur de l'islam

Voie de réalisation spirituelle, le courant mystique de la religion musulmane exprime la quintessence de la Révélation. Aux antipodes du littéralisme rigoriste des salafistes.[...]

La prière des mortes

- Au Nigeria, les quelques lycéennes rescapées des geôles de Boko Haram - parmi les 276 jeunes filles enlevées le 14 avril à Chibok, dans l'est du pays - racontent leur[...]

Palestine : 13 novembre 1974, discours historique de Yasser Arafat à l'ONU

Alors que le monde entier célébrait le 11 novembre les dix ans de la mort de Yasser Arafat, le 13 novembre est une autre date importante de son destin politique. Il y a quarante ans, le leader palestinien[...]

Dix ans après sa mort, les rameaux de Yasser Arafat sont fanés

En acceptant de renoncer à la violence et de reconnaître l'État hébreu, Abou Ammar avait fait naître des espoirs de paix. Dix ans après sa mort, ils se sont presque évanouis.[...]

Israël - Palestine : tensions sur l'esplanade des Mosquées

Troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, est au centre de toutes les tensions.[...]

Allemagne : Raed Saleh, tombeur de murs

Le maire de Berlin, Klaus Wowereit, quittera ses fonctions le 11 décembre. Candidat à sa succession, Raed Saleh, un Palestinien de 37 ans.[...]

La candidature du Libanais Michel Sleiman à l'OIF n'était qu'une rumeur

L'élection du successeur d'Abdou Diouf approche et les rumeurs continuent d'aller bon train. Celle qui avançait une candidature de Michel Sleiman s'est éteinte.[...]

Photographie : rap et résistance en Palestine

Le photographe Pierre Mérimée et le journaliste Jacques Denis sont partis à la rencontre des artistes hip-hop palestiniens. Plus qu'un moyen d'expression, leur musique est un cri de révolte.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers