Extension Factory Builder
23/05/2012 à 15:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'équipe de Palestine en octobre 2007. L'équipe de Palestine en octobre 2007. © Reuters

Ancien gardien de but de l’Espérance Tunis et de Zarzis, Makram Dabboub (39 ans) travaille en Palestine depuis un an et demi. Il appartient aujourd’hui au staff technique de l’équipe nationale d’un pays où il s’est vite intégré.

Il s’est embarqué dans l’aventure palestinienne, sans trop se poser de questions. « Parce qu’entre les Tunisiens et les Palestiniens, il y a une relation particulière, explique Makram Dabboub. Ma femme était un peu inquiète en raison de la situation dans cette partie du monde, mais j’ai décidé d’aller au bout. » C’était il y a un an et demi, alors que Dabboub, ancien international olympique et longtemps gardien de l’Espérance Tunis et de Zarzis, avait tourné le dos à une longue carrière professionnelle. « À Zarzis, à la fin, j’étais joueur et entraîneur des gardiens. Quand j’ai arrêté de jouer, j’ai intégré le staff. »

Cette deuxième vie, Dabboub l’a amorcée dans son pays pour mieux la poursuivre en Palestine, quand son compatriote Mokthar Tlili, alors sélectionneur de l’équipe olympique, lui a proposé de le rejoindre. « C’est une vraie aventure sportive, car ici, il y a presque tout à construire. Le football y est professionnel depuis 2010, les progrès sont évidents, mais le contexte rend parfois les choses compliquées. Il nous arrive de faire une liste de cinquante joueurs avant un match international, car on sait que beaucoup ne pourront pas venir, à cause des problèmes de déplacements entre les villes en Cisjordanie. »

Faire progresser le foot en Palestine

Avec le temps, Dabboub prend le parti d’en rire, en évoquant ces deux semaines passées à attendre dans un hôtel à la frontière jordanienne au retour d’un match en Thaïlande, qualificatif pour les Jeux Olympiques de Londres. «  Les autorités israéliennes ont tout simplement refusé que Tlili et moi rentrions en Palestine. Les joueurs ont pu le faire, mais ils ont dû préparer le match retour avec un autre entraîneur. Avec Tlili, nous ne sommes arrivés que la veille de la rencontre. »

Obligé de quitter la Palestine tous les trois mois pour faire renouveler son visa, Dabboub observe autant qu’il le peut le championnat national, où le professionnalisme n’a pas encore investi toutes les mentalités. « Les joueurs ont encore parfois du mal à faire tous les efforts. Ils ne travaillent pas assez physiquement et tactiquement. Leurs clubs, ne les préparent pas suffisamment pour jouer en sélection. Mais il faut leur laisser un peu de temps. »

Depuis novembre dernier et la nomination du Jordanien Jamal Mahmoud comme sélectionneur des Chevaliers, Dabboub a intégré le staff technique de l’équipe nationale. Encore sous contrat pendant un an, il est plutôt satisfait de son sort, et espère, avant tout, « encore contribuer aux progrès du foot en Palestine… »

___

Alexis Billebault, à Ramallah et Al-Ram

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Jane MANAI Palestini&egra - 30/05/2012 à 02h:05

Il faut le soutenir et alerter la FIFA à chaque difficulté [...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Questions simples sur l'Orient compliqué

La pensée unique a toujours accompagné la bataille, comme un poisson parasite sur le dos d'une baleine. Dans le contexte actuel de guerre ouverte entre l'Occident et l'hydre jihadiste, les interrogations - [...]

Une histoire du jihad, l'épisode afghan et la théorie du "jihad total" (#2)

Dans une série d'articles consacrés à l'histoire du jihad, Laurent Touchard revient, pour son deuxième billet, sur l'épisode afghan et la naissance du concept de "jihad total".[...]

L'impossible "État palestinien"

C'est le Moyen-Orient qui sollicite, une fois de plus, notre attention cette semaine. Non pas parce qu'il est le théâtre de conflits armés d'un nouveau genre ou d'atroces guerres civiles. Ni à[...]

Accusée d'adultère, une Syrienne est lapidée par son père et des jihadistes

Une Syrienne a été lapidée par son père et des jihadistes de l'organisation de l'État islamique dans le centre de la Syrie, selon une vidéo publiée mardi sur Youtube. Elle[...]

Forces irakiennes : l'armée des ombres

Désorganisées, mal formées, livrées à elles-mêmes, les forces de sécurité nationales irakiennes essuient déroute sur déroute face aux jihadistes de [...]

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

L'armée américaine a annoncé dimanche soir avoir largué pour la première fois des armes aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané, assiégée[...]

L'Occident et "les autres"

La croissance économique y est désormais plus faible que dans le reste du monde et il peine à sortir de la crise qui l'a frappé en 2008. Mais il continue de tenir le volant et de diriger la[...]

Kurdistan Irakien : Daesh, l'ennemi utile

Partenaire privilégié des Occidentaux dans leur guerre contre l'État islamique, le gouvernement autonome kurde n'en manoeuvre pas moins habilement pour tirer son épingle du jeu. Reportage.[...]

Finance : Dubaï est de retour !

Cinq ans après avoir frôlé la faillite, le petit émirat enchaîne les opérations boursières. Son ambition : devenir une passerelle vers l'Afrique et les pays émergents.[...]

Gaza : la communauté internationale paiera mais exige des négociations de paix

La communauté internationale a commencé à promettre dimanche au Caire des millions de dollars pour reconstruire Gaza mais, au diapason des États-Unis, elle exige des Israéliens et des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers