Extension Factory Builder
22/05/2012 à 09:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants hostiles à Dioncounda Traoré dans le palais présidentiel à Bamako le 21 mai. Des manifestants hostiles à Dioncounda Traoré dans le palais présidentiel à Bamako le 21 mai. © Baba Ahmed

Le président intérimaire Dioncounda Traoré a été légèrement blessé lundi 21 mai, dans son bureau, par des manifestants. Il est sorti de l’hôpital de Bamako dans la soirée pour rejoindre un lieu sécurisé. Les condamnations de l’agression se sont succédé dans la soirée. Récit d’une poussée de violence.

À peine signé, l'accord entre la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et le Comité national pour le redressement de la démocratie et pour le rétablissement de l'État (CNRDRE), a provoqué une brusque montée de fièvre, lundi 21 mai dans l’après-midi.

En donnant au président intérimaire, Dioncounda Traoré, le mandat de diriger le pays pendant une période de transition de 12 mois, l’accord a provoqué l’ire d’une partie des habitants de la capitale, Bamako. Une marche de plusieurs dizaines de personnes s’est ainsi dirigée vers le palais présidentiel, où elles ont été reçues. Les manifestants ont ensuite fait éclater leur colère en se dirigeant vers le bureau de Dioncounda Traoré, qui s’y trouvait, et l’ont agressé. Le président intérimaire a été légèrement blessé, puis évacué rapidement vers l’hôpital, qu’il a quitté plus tard dans la soirée.

Le forfait a mis en émoi toute la population de la capitale malienne. « Qu'on n’aime ou pas le personnage, déplore un diplomate à la retraite, s'en prendre physiquement au chef de l'État, fût-il intérimaire ou transitoire, c'est comme si des Maliens brûlaient leur drapeau. »

Des manifestants pénètrent dans le palais présidentiel
à Bamako, lundi 21 mai.
(Photo : Baba Ahmed)

Les condamnations de l’agression ont afflué dans la soirée. De la part du Premier ministre, Cheik Modibo Diarra, d’abord : « Ce qui s’est passé aujourd’hui se passe dans un pays sans loi. Ce n’est pas digne du nôtre. J’appelle les populations, notamment les jeunes, à mettre fin aux marches. » L’ex-junte a également diffusé un communiqué où elle prend largement ses distances avec les agresseurs. Depuis la signature de l’accord qui règit la transition, les militaires sont retournés dans la caserne de Kati et leur présence s’affaiblit dans la capitale.

Un climat délétère

Le dimanche 20 mai, juste après la signature de l’accord, la situation restait pourtant floue et tendue dans la capitale malienne. Les adversaires du maintien de Dioncounda Traoré aux affaires (dont, principalement, l’ex-junte) avaient appelé leurs troupes à une marche pour rejoindre les « sit-inneurs de la Place de l'Indépendance ». « C'est notre place Tahrir à nous, crie un protestataire, et nous ne bougerons pas d'ici avant d'obtenir officiellement le retrait de Dioncounda. » Au-delà de la véhémence du propos et de la détermination affichée, le mouvement semblait cependant marginal. Peu de mobilisation, quelques dizaines de sit-inneurs écoutant des discours des leaders du M22 (un conglomérat de petites formations politiques et d'associations de la société civile)… Les intervenants répétent inlassablement des slogans haineux à l'endroit de « l'indu président de la transition », insultent les chefs de la Cedeao, s'en prenent avec virulence à Alassane Ouattara érigé en principal responsable des malheurs du Mali…

Les manifestants aux abords de Koulouba affichent des slogans
fustigeant le président intérimaire et la Cedeao
. (Photo : Baba Ahmed)

Mais la place de l'Indépendance n'avait rien d'une place Tahrir et les protestataires ne semblaient pas présenter une quelconque menace. Trop peu nombreux, mal organisés ou pas du tout, peu représentatifs... Pourtant, les rapports de la sécurité d'État que reçoit le capitaine Amadou Haya Sanogo, chef de l’ex-junte, sont formels : le scénario d'une flambée de violence n'est pas écarté. Après l'annonce de la signature de l'accord, des voitures sillonnent les quartiers populaires et, à l'aide de mégaphones, leurs conducteurs appellent les gens à marcher le lendemain. Si les putschistes sont épargnés de la vindicte, certains voix se font menaçantes : « Si le capitaine (en référence au chef de la junte, ndlr) nous trahit, nous le récuserons comme nous récusons aujourd'hui Dioncounda », peut-on entendre.

Peur à la Cité administrative

Le lendemain, tous les accès à la place de l'indépendance sont fermés par les manifestants. Le nombre de manifestants grossit dès les premières lueurs du jour. Un des trois ponts de Bamako est complètement bloqué. La Cité administrative, siège du gouvernement, est investie dès 9 heures du matin. Le Premier ministre, Cheik Modibo Diarra, s'y trouve. Il n'est pas la cible des slogans des manifestants qui, s'ils ne cassent rien, terrorisent déjà les employés du gouvernement.

C’est la panique générale. Après le siège du gouvernement, incarnation du centre du pouvoir, la foule décide de marcher sur Koulouba. Curieusement, les forces de l'ordre accompagnent le mouvement mais ne font rien pour l'arrêter. Les protestataires parviennent dans l'enceinte même du palais présidentiel. Dioncounda décide de recevoir une délégation de manifestants, qui s’en prennent rapidement physiquement au chef de l’État par intérim.

Le président est évacué par sa garde rapprochée. En deux temps trois mouvements, la nouvelle fait le tour de la ville : « On a frappé le président de la République ! »

On évoque de nombreux blessés et deux, trois ou sept décès, selon les sources. Aucune source médicale ne confirme la mort de manifestants. Le Vingt heures de l'ORTM (télévision publique malienne) ouvre son édition avec la visite d'un ministre à Ségou, avant, finalement, de donner la parole au Premier ministre, Cheik Modibo Diarra…

Dans la soirée, Bamako était calme mais les rues bien vides.


 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali - Moussa Mara : 'La justice a de la mémoire'

Mali - Moussa Mara : "La justice a de la mémoire"

Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s'est ex[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

Mali : accrochages entre l'armée française et un "groupe armé terroriste de type Aqmi"

L'armée française a affronté dans la nuit de mardi à mercredi des combattants d'Aqmi, dans la vallée de l'Ametetai, au nord du Mali.[...]

Mali : MNLA, MAA et HCUA créent une coordination militaire commune

Le 28 octobre, les groupes armés de la coordination des mouvements de l'Azawad ont annoncé la création d'un état-major commun. Objectif prétendu : sécuriser les régions du Nord sous[...]

Mali : Pédro Kouyaté... métro, tempo, brio !

Après avoir exploré le monde et la tradition mandingue avec les plus grands, Pédro Kouyaté s'est posé dans le tube parisien. Entre deux concerts, le Malien envoûte les passants.[...]

Terrorisme : la Minusma a-t-elle les moyens de sécuriser le Nord-Mali ?

Pour le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, "le nord du Mali est fragilisé parce que la Minusma n'a pas été au rendez-vous au moment où il le fallait".[...]

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Le Mali tente de juguler toute propagation du virus Ebola après l'annonce d'un premier cas dans le pays, tandis que les États-Unis ont placé une personne en quarantaine d'office pour la première fois.[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers