Extension Factory Builder
21/05/2012 à 17:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Libyen a été inculpé pour falsification de document de voyage. Le Libyen a été inculpé pour falsification de document de voyage. © Dario Lopez-Mills/Sipa

Le chef des renseignements libyens du régime Kadhafi, Abdallah Senoussi, a été inculpé et incarcéré dans la capitale mauritanienne, dans la nuit du 20 au 21 mai, selon une source judiciaire. Il avait été arrêté à Nouakchott mi-mars, et était depuis lors en garde à vue.

C’est en Mauritanie que se déroulera le premier procès du Libyen Abdallah Senoussi, ancien pilier du régime Kadhafi. Arrêté le 16 mars à l’aéroport de Nouakchott, au terme de plus de sept mois de cavale (lire ici le récit de la fuite de Senoussi), il était depuis lors placé en garde à vue.

Dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 mai, Senoussi a finalement été inculpé puis incarcéré à Nouakchott, a affirmé une source judiciaire. Le motif ? Falsification de documents de voyage et entrée illégale dans le pays.

L’ancien chef des renseignements libyens « a été inculpé de falsification de document de voyage, donc d'usage de faux, et de son utilisation pour tromper les autorités publiques mauritaniennes », a précisé la source sous couvert d'anonymat.

« Il aussi été mis en examen pour entrée illégale en Mauritanie par un juge d'instruction dans la nuit de dimanche à lundi, puis conduit en prison, dans une cellule qui lui a été spécialement préparée avant son jugement dont la date reste à déterminer », a-t-elle ajouté. Senoussi aurait, selon cette source, présenté dans un premier temps au procureur de Nouakchott, qui l'a renvoyé devant le juge d'instruction.

Plusieurs questions restent en suspens, et notamment celle de la durée de la garde à vue du Libyen. Selon Brahim Ould Ebetty, avocat du barreau mauritanien, la falsification de passeport est un délit condamné par la loi mauritanienne. Pour autant, ce chef d'inculpation tranche avec la durée de garde à vue normale, de 48 heures à trois jours. Celle de Senoussi  a dépassé les 40 jours prévus pour les accusations en matière de terrorisme.

Extradition ?

Reste également à savoir si le Libyen sera extradé par les autorités mauritaniennes. La Libye en a fait la demande, tout comme la France, qui souhaite le juger pour son rôle dans l'attentat contre un avion d'UTA en 1989. La Cour pénale internationale a également émis un mandat d’arrêt à son encontre, le 27 juin 2011, l'accusant d'avoir, par l'intermédiaire de l'appareil d'État libyen et des forces de sécurité libyennes, commis des meurtres et des persécutions de civils constitutifs de crimes contre l'humanité dès le début de la révolte contre le régime de Kadhafi.

Le 21 mars, la Mauritanie avait démenti vouloir extrader le beau-frère de l'ancien Guide de la révolution. Les autorités avaient annoncé n’avoir pris aucun engagement en ce sens, alors que le vice-Premier ministre libyen, Moustapha Abouchagour, avait affirmé la veille sur son compte Twitter que la demande libyenne avait été acceptée par les autorités compétentes mauritaniennes. « J'ai rencontré le président de la République mauritanienne et il a accepté l'extradition de Senoussi vers la Libye », avait-il indiqué à l'issue d'une rencontre avec Mohamed Ould Abdelaziz à Nouakchott.

La Libye et la Mauritanie ne sont soumises à aucun accord bilatéral d'extradition, mais à une simple convention d'assistance judiciaire liant les pays membres de la Ligue arabe. Celle-ci a été signée à Ryad en 1983 et ratifiée par Nouakchott en 1985 et Tripoli en 1988.

(Avec AFP)



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Des islamistes radicaux se sont emparés mardi des deux champs pétrolifères d'Al-Bahi et Al-Mabrouk, situés dans le centre du pays. Ils menacent désormais celui d'Al-Dahra.[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Libye : un nouveau foyer jihadiste qui inquiète l'Europe et les pays voisins

Aux portes de l'Europe, le nouveau foyer jihadiste qui se développe en Libye alimente les pires craintes du Vieux continent mais inquiète aussi les voisins immédiats du pays, qui craignent un renforcement de[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120521163446 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120521163446 from 172.16.0.100