Extension Factory Builder
21/05/2012 à 17:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Libyen a été inculpé pour falsification de document de voyage. Le Libyen a été inculpé pour falsification de document de voyage. © Dario Lopez-Mills/Sipa

Le chef des renseignements libyens du régime Kadhafi, Abdallah Senoussi, a été inculpé et incarcéré dans la capitale mauritanienne, dans la nuit du 20 au 21 mai, selon une source judiciaire. Il avait été arrêté à Nouakchott mi-mars, et était depuis lors en garde à vue.

C’est en Mauritanie que se déroulera le premier procès du Libyen Abdallah Senoussi, ancien pilier du régime Kadhafi. Arrêté le 16 mars à l’aéroport de Nouakchott, au terme de plus de sept mois de cavale (lire ici le récit de la fuite de Senoussi), il était depuis lors placé en garde à vue.

Dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 mai, Senoussi a finalement été inculpé puis incarcéré à Nouakchott, a affirmé une source judiciaire. Le motif ? Falsification de documents de voyage et entrée illégale dans le pays.

L’ancien chef des renseignements libyens « a été inculpé de falsification de document de voyage, donc d'usage de faux, et de son utilisation pour tromper les autorités publiques mauritaniennes », a précisé la source sous couvert d'anonymat.

« Il aussi été mis en examen pour entrée illégale en Mauritanie par un juge d'instruction dans la nuit de dimanche à lundi, puis conduit en prison, dans une cellule qui lui a été spécialement préparée avant son jugement dont la date reste à déterminer », a-t-elle ajouté. Senoussi aurait, selon cette source, présenté dans un premier temps au procureur de Nouakchott, qui l'a renvoyé devant le juge d'instruction.

Plusieurs questions restent en suspens, et notamment celle de la durée de la garde à vue du Libyen. Selon Brahim Ould Ebetty, avocat du barreau mauritanien, la falsification de passeport est un délit condamné par la loi mauritanienne. Pour autant, ce chef d'inculpation tranche avec la durée de garde à vue normale, de 48 heures à trois jours. Celle de Senoussi  a dépassé les 40 jours prévus pour les accusations en matière de terrorisme.

Extradition ?

Reste également à savoir si le Libyen sera extradé par les autorités mauritaniennes. La Libye en a fait la demande, tout comme la France, qui souhaite le juger pour son rôle dans l'attentat contre un avion d'UTA en 1989. La Cour pénale internationale a également émis un mandat d’arrêt à son encontre, le 27 juin 2011, l'accusant d'avoir, par l'intermédiaire de l'appareil d'État libyen et des forces de sécurité libyennes, commis des meurtres et des persécutions de civils constitutifs de crimes contre l'humanité dès le début de la révolte contre le régime de Kadhafi.

Le 21 mars, la Mauritanie avait démenti vouloir extrader le beau-frère de l'ancien Guide de la révolution. Les autorités avaient annoncé n’avoir pris aucun engagement en ce sens, alors que le vice-Premier ministre libyen, Moustapha Abouchagour, avait affirmé la veille sur son compte Twitter que la demande libyenne avait été acceptée par les autorités compétentes mauritaniennes. « J'ai rencontré le président de la République mauritanienne et il a accepté l'extradition de Senoussi vers la Libye », avait-il indiqué à l'issue d'une rencontre avec Mohamed Ould Abdelaziz à Nouakchott.

La Libye et la Mauritanie ne sont soumises à aucun accord bilatéral d'extradition, mais à une simple convention d'assistance judiciaire liant les pays membres de la Ligue arabe. Celle-ci a été signée à Ryad en 1983 et ratifiée par Nouakchott en 1985 et Tripoli en 1988.

(Avec AFP)



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : violents combats entre milices rivales à Benghazi et à Tripoli

Libye : violents combats entre milices rivales à Benghazi et à Tripoli

À Benghazi et à Tripoli, autour de l'aéroport, les combats se poursuivaient mercredi, alors que l'entrée en fonction du nouveau Parlement (à Benghazi) a été fixée au 4 ao&[...]

Libye : les islamistes minoritaires au Parlement

Les résultats définitifs des législatives libyennes ont été publiés lundi. Si les islamistes semblent minoritaires au sein du futur Parlement, ils pourraient toutefois se renforcer[...]

Libye : 47 morts en une semaine de combats à l'aéroport de Tripoli

En une semaine, plus de 47 personnes ont été tuées dans les affrontements entre milices rivales autour de l'aéroport de Tripoli, la capitale libyenne. Le pays se retrouve au bord d'une nouvelle guerre[...]

Libye : violents combats entre milices rivales autour de l'aéroport de Tripoli

De violents combats faisaient rage dimanche autour de l'aéroport de Tripoli, dont des milices rivales se disputent le contrôle depuis une semaine, sur fond de lutte d'influence qui risque de plonger la Libye dans[...]

Libye : violents combats à l'aéroport de Tripoli

De violents combats aux armes lourdes opposaient dimanche des milices rivales qui s'affrontent depuis une semaine pour le contrôle de l'aéroport de Tripoli, a indiqué à l'AFP un responsable de la[...]

Libye : reprise des combats à l'aéroport de Tripoli malgré l'annonce d'un cessez-le-feu

Des combats entre milices ont repris vendredi autour du site stratégique de l'aéroport de Tripoli, seulement quelques heures après l'annonce d'un cessez-le-feu.[...]

Libye : les milices signent un accord de cessez-le-feu à l'aéroport de Tripoli

Un accord de cessez-le-feu a été signé dans la nuit de jeudi à vendredi entre les milices qui s'affrontent depuis dimanche pour le contrôle de l'aéroport international de Tripoli, a[...]

Libye : cinq jours d'affrontement à Tripoli, l'aéroport endommagé

L'aéroport international de Tripoli est depuis dimanche le théatre d'affrontements entre groupes armés. Jeudi, le terminal a été très endommagé par des roquettes.[...]

Libye : Béchir Saleh, sponsor des islamistes ?

Des enquêteurs privés ont remis un rapport aux autorités libyennes selon lequel l'ancien directeur de cabinet de Moummar Kadhafi, Béchir Saleh, mènerait des opérations de[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers