Extension Factory Builder
21/05/2012 à 17:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Libyen a été inculpé pour falsification de document de voyage. Le Libyen a été inculpé pour falsification de document de voyage. © Dario Lopez-Mills/Sipa

Le chef des renseignements libyens du régime Kadhafi, Abdallah Senoussi, a été inculpé et incarcéré dans la capitale mauritanienne, dans la nuit du 20 au 21 mai, selon une source judiciaire. Il avait été arrêté à Nouakchott mi-mars, et était depuis lors en garde à vue.

C’est en Mauritanie que se déroulera le premier procès du Libyen Abdallah Senoussi, ancien pilier du régime Kadhafi. Arrêté le 16 mars à l’aéroport de Nouakchott, au terme de plus de sept mois de cavale (lire ici le récit de la fuite de Senoussi), il était depuis lors placé en garde à vue.

Dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 mai, Senoussi a finalement été inculpé puis incarcéré à Nouakchott, a affirmé une source judiciaire. Le motif ? Falsification de documents de voyage et entrée illégale dans le pays.

L’ancien chef des renseignements libyens « a été inculpé de falsification de document de voyage, donc d'usage de faux, et de son utilisation pour tromper les autorités publiques mauritaniennes », a précisé la source sous couvert d'anonymat.

« Il aussi été mis en examen pour entrée illégale en Mauritanie par un juge d'instruction dans la nuit de dimanche à lundi, puis conduit en prison, dans une cellule qui lui a été spécialement préparée avant son jugement dont la date reste à déterminer », a-t-elle ajouté. Senoussi aurait, selon cette source, présenté dans un premier temps au procureur de Nouakchott, qui l'a renvoyé devant le juge d'instruction.

Plusieurs questions restent en suspens, et notamment celle de la durée de la garde à vue du Libyen. Selon Brahim Ould Ebetty, avocat du barreau mauritanien, la falsification de passeport est un délit condamné par la loi mauritanienne. Pour autant, ce chef d'inculpation tranche avec la durée de garde à vue normale, de 48 heures à trois jours. Celle de Senoussi  a dépassé les 40 jours prévus pour les accusations en matière de terrorisme.

Extradition ?

Reste également à savoir si le Libyen sera extradé par les autorités mauritaniennes. La Libye en a fait la demande, tout comme la France, qui souhaite le juger pour son rôle dans l'attentat contre un avion d'UTA en 1989. La Cour pénale internationale a également émis un mandat d’arrêt à son encontre, le 27 juin 2011, l'accusant d'avoir, par l'intermédiaire de l'appareil d'État libyen et des forces de sécurité libyennes, commis des meurtres et des persécutions de civils constitutifs de crimes contre l'humanité dès le début de la révolte contre le régime de Kadhafi.

Le 21 mars, la Mauritanie avait démenti vouloir extrader le beau-frère de l'ancien Guide de la révolution. Les autorités avaient annoncé n’avoir pris aucun engagement en ce sens, alors que le vice-Premier ministre libyen, Moustapha Abouchagour, avait affirmé la veille sur son compte Twitter que la demande libyenne avait été acceptée par les autorités compétentes mauritaniennes. « J'ai rencontré le président de la République mauritanienne et il a accepté l'extradition de Senoussi vers la Libye », avait-il indiqué à l'issue d'une rencontre avec Mohamed Ould Abdelaziz à Nouakchott.

La Libye et la Mauritanie ne sont soumises à aucun accord bilatéral d'extradition, mais à une simple convention d'assistance judiciaire liant les pays membres de la Ligue arabe. Celle-ci a été signée à Ryad en 1983 et ratifiée par Nouakchott en 1985 et Tripoli en 1988.

(Avec AFP)



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Peut-être a-t-on crié victoire un peu vite : il ne suffit pas de couper quelques têtes pour éradiquer la menace jihadiste. Soldats français et Casques bleus l'apprennent à leurs[...]

Libye : le médiateur de l'ONU appelle à arrêter les combats

L'émissaire onusien pour la Libye a appelé vendredi soir à l'arrêt des combats qui ont opposé durant la journée des forces de la coalition Fajr Libya à celles du gouvernement[...]

Tunisie : les terroristes du musée du Bardo ont été entraînés en Libye

Selon le secrétaire d'État tunisien chargé des affaires sécuritaires, les deux auteurs de l'attentat du musée du Bardo à Tunis, qui a coûté la vie à 21 personnes[...]

Libye : douze miliciens tués par des combattants de l'EI dans la région de Syrte

Au moins douze miliciens antigouvernementaux ont été tués mercredi près de Syrte en Libye dans des affrontements avec des jihadistes du groupe État islamique (EI), ont rapporté une source[...]

Bernardino León : Veni vidi Libye...

L'Espagnol dirige les négociations de la dernière chance, à Alger, entre les factions libyennes. Une mission onusienne qui n'a rien d'une sinécure...[...]

Libye : combats entre jihadistes de l'État islamique et miliciens à Syrte

Des combats ont opposé samedi des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et des miliciens antigouvernementaux à Syrte, dans le centre de la Libye, pays plongé dans le chaos, selon des responsables.[...]

Libye : l'État islamique enlève neuf étrangers dans le sud du pays

Neuf étrangers dont un Ghanéen ont été enlevés vendredi lors d'une attaque contre un champ pétrolier dans le sud de la Libye. L'annonce a été faite ce lundi par les[...]

Libye : deux Parlements, une crise et deux médiateurs... le Maroc et l'Algérie

Une réunion de dialogue va s'ouvrir mardi à Alger entre des parties au conflit libyen, a indiqué dimanche Ramtane Lamamra, le ministre algérien des Affaires étrangères. Elle[...]

Dialogue interlibyen au Maroc : les camps rivaux et l'ONU confiants

Les représentants des deux Parlements rivaux, qui tiennent des discussions indirectes au Maroc, ainsi que le médiateur de l'ONU ont affiché leur confiance vendredi quant à la possibilité d'un[...]

France : Claude Guéant placé en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de Sarkozy

Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur et fidèle lieutenant de Nicolas Sarkozy, a été placé en garde à vue vendredi matin dans l'enquête sur les accusations de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120521163446 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120521163446 from 172.16.0.100