Extension Factory Builder
19/05/2012 à 15:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Scène du dernier film du réalisateur marocain Nabil Ayouch, 'Les chevaux de Dieu'. Scène du dernier film du réalisateur marocain Nabil Ayouch, "Les chevaux de Dieu". © DR

Avec "Les Chevaux de Dieu", présenté au Festival de Cannes dans la catégorie "Un certain regard", Nabil Ayouch se penche sur l’enrôlement par les mouvements islamistes radicaux des jeunes des quartiers défavorisés.

Ce sont les attentats de Casablanca du 16 mai 2003 qui ont largement inspiré « les Chevaux de Dieu », dernier film du célèbre réalisateur marocain, Nabil Ayouch. Librement adapté des Étoiles de Sidi Moumen, un roman de Mahi Binebine paru en 2010, le film relate l’endoctrinement religieux de Yachine et Hamid, deux frères du bidonville de Sidi Moumen, par un imam extrémiste, qui leur annonce qu’ils ont été choisis pour devenir des martyrs.

Le quotidien d’un kamikaze

Dans son film, Nabil Ayouch souhaitait raconter le quotidien de ces jeunes kamikazes, leur environnement, leurs parents, « et tous les microtraumatismes de la vie qui font qu’à un moment ou un autre cela se transforme, quand ils grandissent, en ressentiment désespéré, insupportable », explique le réalisateur.

Il affirme avoir mené un travail quasi-anthropologique dans le quartier de Sidi Moumen. Il est allé régulièrement dans le bidonville pour parler à ses habitants et aux associations qui s’y investissaient. Une démarche qui lui a permis de comprendre que « les victimes étaient des deux côtés. »

Extrait des Chevaux de dieu, de Nabil Ayouch

Et si le plus célèbre des réalisateurs marocains s’est autant intéressé aux attentats de Casablanca, c’est parce qu’il connaissait bien Sidi Moumen, d’où étaient originaires les jeunes kamikazes. Il y avait tourné quelques scènes d’un film précédant.

« Les habitants de ce quartier étaient dans mon souvenir très pacifistes, très ouverts, alors, lorsqu’il s’est passé les attentats de 2003, je n’ai pas compris. Quatorze gamins de Sidi Moumen se sont fait sauter. On se dit : “Non, ce n’est pas possible !” », ajoute Nabil Ayouch.

De père musulman et de mère juive, Ayouch s’était déjà intéressé aux questions de religions, avec son premier documentaire sorti en 2011, My Land. Il y traitait du conflit israélo-palestinien et de la manière dont il impactait les rapports entre juifs et musulmans.

Le réalisateur de 43 ans, qui a grandi à Sarcelles, a représenté à deux reprises le Maroc au Festival de Cannes : en 1997, avec son premier film Mektoub, et une seconde fois en 2000, avec Ali Zaoua.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

La décision est tombée comme un couperet. Le roi du Maroc vient de désavouer le ministre de la Jeunesse et des Sports et demande l'ouverture d'une enquête approfondie sur le scandale de la pelouse du [...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président[...]

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc a confirmé à "Jeune Afrique" avoir envoyé plusieurs F-16 avec leurs pilotes lutter contre l'État islamique en Irak.[...]

Tunisie - Cinéma : la guerre de l'Étoile

Parmi les quinze longs-métrages en compétition au Festival international du film de Marrakech, plusieurs belles surprises. Comme "L'Orchestre des aveugles", de Mohamed Mouftakir.[...]

Maroc : la plus grande ferme éolienne d'Afrique entre en service

 L'exploitation commerciale du parc éolien de Tarfaya, au Maroc, a démarré. D'une capacité globale de 300 mégawatts, cette ferme éolienne peut produire environ 1 000 Gwh[...]

Marocains et Sénégalais, frères spirituels

Témoins des solides liens cultuels et commerciaux entre le royaume chérifien et le Sénégal, des milliers de Marocains vivent à Dakar. Et ils y sont bien dans leurs babouches.[...]

Les pays africains les plus "risqués" pour les entreprises

 Le cabinet de conseil Control Risks présente l'édition 2015 de sa carte annuelle des risques sécuritaires et économiques à travers le monde. Intitulée "le nouveau[...]

Burkina : Blaise Compaoré, jours tranquilles à Casablanca

C'est dans une vaste villa mise à leur disposition par un ami du couple et située non loin de Casablanca que, selon nos informations, l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré et son[...]

Maroc : après la disparition d'Ahmed Zaïdi, naufrage ou renaissance de l'USFP ?

La disparition tragique du député marocain Ahmed Zaïdi a conforté ses camarades dans leur décision de quitter l'Union socialiste des forces populaires (USFP). [...]

Le marocain Best Financière entre au capital de l'ivoirien CDCI

Co-leader de la grande distribution en Côte d'Ivoire avec 127 magasins, CDCI accueille à son tour de table son alter-ego marocain Best Financière ainsi que le capital-investisseur Amethis. De quoi doper sa[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers