Extension Factory Builder
18/05/2012 à 12:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'oeuvre de Brett Murray représentant Jacob Zuma. L'oeuvre de Brett Murray représentant Jacob Zuma. © DR

Le ton monte en Afrique du Sud entre le Congrès national africain (ANC) et la Goodman Gallery de Johannesburg. Le parti au pouvoir s’est insurgé contre une œuvre de l'artiste Brett Murray qui y est exposée. Elle représente le chef de l'État, Jacob Zuma, dans une posture à la Lénine et le pénis exhibé. L’ANC a décidé de porter l'affaire devant les tribunaux

L’ANC - comme tout parti au pouvoir - tient à ce que soit respectée l’image de son président, surtout quand il est chef de l'État. Jeudi 17 mai, le parti au pouvoir en Afrique du Sud a exprimé son indignation devant une œuvre de l’artiste Brett Murray exposée à la Goodman Gallery de Johannesburg. Cette peinture représente Jacob Zuma dans la posture de Lénine et, c'est ce qui fait scandale évidemment, les parties génitales hors du pantalon…

« L’ANC est extrêmement gêné et outragé par la manière indécente avec laquelle Brett Murray et la Goodman Gallery s’attaquent à la personne du camarade président Jacob Zuma », a déclaré le porte-parole du parti, Jackson Mthembu. « Nous avons demandé à nos avocats de saisir le tribunal afin que Brett Murray et la Goodman Gallery retirent le portrait de l’exposition comme de leur site Internet », a-t-il ajouté.

"Laisser l’art s’exprimer"

Brett Murray n’a semble-t-il pas fait grand cas de la demande de l’ANC puisqu’il a, par l’intermédiaire de la Goodman Gallery, simplement souhaité laisser l’art « s’exprimer de lui-même ». Et l’ « art » a effectivement commencé à faire parler de lui. L’œuvre en question a été reproduite dans le journal Citypress qui en a publié une reproduction dans son édition papier et sur son site Internet,  ce qui lui a valu aussitôt les foudres de l’ANC. Sans grand succès toutefois puisque le directeur de rédaction de Citypress, Fikile Ntsikelelo-Moya, a pour le moment refusé de supprimer l’image sur simple demande du parti. « Nous nous conformerons à la décision du tribunal », a-t-il précisé.

« La soi-disant œuvre d’art de Murray est une atteinte à l’image et à la dignité de Jacob Zuma, président de l’ANC et président de la République », a également déclaré Jackson Mthembu, précisant que son parti croyait en la liberté de la presse et en la liberté d’expression. « Mais ce portrait vulgaire est un abus de la liberté d’expression artistique et une violation flagrante de notre Constitution. »

Le parti du président Zuma a également déposé plainte au sujet d’une seconde œuvre de Brett Murray utilisant le logo de l’ANC, barré de la mention « FOR SALE » (« à vendre »). « Ces deux portraits sont clairement des manipulations destinées à discréditer et à dénigrer les symboles et les représentations de l’ANC. » En attendant la décision du tribunal qui décidera du sort de l’œuvre de Brett Murray, l’ANC vient sans doute d’offrir à Jacob Zuma un coup de projecteur sur une zone qu’il aurait préféré garder intime.

"Salut au voleur"

Brett Murray était déjà, avant cette polémique, l'un des artistes les plus reconnus d'Afrique du Sud. Surnommé « le sombre prince du pop art sud-africain » par la critique Brenda Atkinson, il est passé maître dans la récupération d'images médiatiques auxquelles il ajoute quelques détails subversifs. « A travers des réflexions tragiques et satiriques sur l'Afrique du Sud, j'espère changer les perspectives et les idées du public, aussi arrogant et prétentieux que cela puisse paraître », explique Murray.

L'artiste a cette fois choisi de porter sa réflexion sur l'ANC. Son exposition ne compte pas moins d'une soixantaine d’oeuvres dont la plupart détournent les symboles du parti, membre de l'Internationale socialiste. Intitulé « Salut au voleur », l'ouvrage est une allusion directe aux affaires de corruption qui touchent l'ANC. Quant au choix du pénis de Jacob Zuma, il n'est pas sans rappeler la grande polémique qui avait suivi l'accusation de viol à l'encontre de l'actuel président, en 2005, alors qu'il n'était pas encore à la tête de l'État. Sans présager de la réussite artistique de l'exposition, Brett Murray a en tout cas déjà réussi un joli coup médiatique.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Sandton, au paradis des nantis...

Afrique du Sud : Sandton, au paradis des nantis...

Bienvenue à Sandton, banlieue huppée de Johannesburg. Les prix de l'immobilier y sont les plus élevés d'Afrique, et les boutiques y proposent les marques les plus chères. Pauvres s'absten[...]

Afrique du Sud : Carin Smuts, guérir la société à travers l'architecture

L'architecte sud-africaine Carin Smuts, adepte des solutions "locales", conçoît des projets dont la finalité dépasse la simple construction. Il y est question d'humanisme, de réinsertion[...]

Afrique du Sud : Joburg Art Fair, la création en toute liberté

La foire d'art contemporain de Johannesburg, la Joburg Art Fair, s'est ouverte jeudi pour trois journées d'expositions. L'occasion pour les artistes africains de révéler aux collectionneurs le potentiel de la[...]

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

L'archevêque sud-africain Desmond Tutu, Prix Nobel de la Paix en 1984, appuie sa plume là où ça fait mal. Pourfendeur de la guerre à Gaza, il a signé une tribune dans le quotidien[...]

Ebola : l'Afrique du Sud ferme ses frontières avec la Guinée, le Sierra Leone et le Liberia

Les pays africains prennent progressivement des mesures contre l'épidémie d'Ebola en cours en Afrique de l'Ouest. Jeudi, l'Afrique du Sud a ainsi déclaré qu'elle fermait ses frontières avec la[...]

BRICS : tous pour un, mais lequel ?

S'estimant mal représentés dans les institutions de Bretton Woods, le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud ont créé leur propre banque de développement. Mais[...]

Afrique du Sud : deux ans après, hommage aux mineurs tués à Marikana

Plusieurs milliers de mineurs sud-africains se sont retrouvés à la mine de platine de Marikana en hommage aux 34 grévistes qui y ont été abattus par la police il y a deux ans. Le massacre du 16[...]

Afrique du Sud : deux ans après, les veuves de Marikana réclament toujours justice

Deux ans après la mort de 34 grévistes abattus par la police sud-africaine à la mine de platine de Marikana, dans le nord, les veuves des victimes attendent toujours des réponses: comment, et[...]

Procès Pistorius : le verdict attendu le 11 septembre

Après la plaidoirie vendredi de la défense qui a été précédée la veille par le réquisitoire du procureur, le tribunal de Pretoria a annoncé qu'il rendra le 11[...]

Un premier avion 100 % africain au décollage

Le premier avion entièrement africain a pris son envol, le 13 août en Afrique du Sud. L'appareil, de type militaire, sera consacré à la surveillance aérienne et son prix de vente devrait atteindre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex