Extension Factory Builder
18/05/2012 à 12:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'oeuvre de Brett Murray représentant Jacob Zuma. L'oeuvre de Brett Murray représentant Jacob Zuma. © DR

Le ton monte en Afrique du Sud entre le Congrès national africain (ANC) et la Goodman Gallery de Johannesburg. Le parti au pouvoir s’est insurgé contre une œuvre de l'artiste Brett Murray qui y est exposée. Elle représente le chef de l'État, Jacob Zuma, dans une posture à la Lénine et le pénis exhibé. L’ANC a décidé de porter l'affaire devant les tribunaux

L’ANC - comme tout parti au pouvoir - tient à ce que soit respectée l’image de son président, surtout quand il est chef de l'État. Jeudi 17 mai, le parti au pouvoir en Afrique du Sud a exprimé son indignation devant une œuvre de l’artiste Brett Murray exposée à la Goodman Gallery de Johannesburg. Cette peinture représente Jacob Zuma dans la posture de Lénine et, c'est ce qui fait scandale évidemment, les parties génitales hors du pantalon…

« L’ANC est extrêmement gêné et outragé par la manière indécente avec laquelle Brett Murray et la Goodman Gallery s’attaquent à la personne du camarade président Jacob Zuma », a déclaré le porte-parole du parti, Jackson Mthembu. « Nous avons demandé à nos avocats de saisir le tribunal afin que Brett Murray et la Goodman Gallery retirent le portrait de l’exposition comme de leur site Internet », a-t-il ajouté.

"Laisser l’art s’exprimer"

Brett Murray n’a semble-t-il pas fait grand cas de la demande de l’ANC puisqu’il a, par l’intermédiaire de la Goodman Gallery, simplement souhaité laisser l’art « s’exprimer de lui-même ». Et l’ « art » a effectivement commencé à faire parler de lui. L’œuvre en question a été reproduite dans le journal Citypress qui en a publié une reproduction dans son édition papier et sur son site Internet,  ce qui lui a valu aussitôt les foudres de l’ANC. Sans grand succès toutefois puisque le directeur de rédaction de Citypress, Fikile Ntsikelelo-Moya, a pour le moment refusé de supprimer l’image sur simple demande du parti. « Nous nous conformerons à la décision du tribunal », a-t-il précisé.

« La soi-disant œuvre d’art de Murray est une atteinte à l’image et à la dignité de Jacob Zuma, président de l’ANC et président de la République », a également déclaré Jackson Mthembu, précisant que son parti croyait en la liberté de la presse et en la liberté d’expression. « Mais ce portrait vulgaire est un abus de la liberté d’expression artistique et une violation flagrante de notre Constitution. »

Le parti du président Zuma a également déposé plainte au sujet d’une seconde œuvre de Brett Murray utilisant le logo de l’ANC, barré de la mention « FOR SALE » (« à vendre »). « Ces deux portraits sont clairement des manipulations destinées à discréditer et à dénigrer les symboles et les représentations de l’ANC. » En attendant la décision du tribunal qui décidera du sort de l’œuvre de Brett Murray, l’ANC vient sans doute d’offrir à Jacob Zuma un coup de projecteur sur une zone qu’il aurait préféré garder intime.

"Salut au voleur"

Brett Murray était déjà, avant cette polémique, l'un des artistes les plus reconnus d'Afrique du Sud. Surnommé « le sombre prince du pop art sud-africain » par la critique Brenda Atkinson, il est passé maître dans la récupération d'images médiatiques auxquelles il ajoute quelques détails subversifs. « A travers des réflexions tragiques et satiriques sur l'Afrique du Sud, j'espère changer les perspectives et les idées du public, aussi arrogant et prétentieux que cela puisse paraître », explique Murray.

L'artiste a cette fois choisi de porter sa réflexion sur l'ANC. Son exposition ne compte pas moins d'une soixantaine d’oeuvres dont la plupart détournent les symboles du parti, membre de l'Internationale socialiste. Intitulé « Salut au voleur », l'ouvrage est une allusion directe aux affaires de corruption qui touchent l'ANC. Quant au choix du pénis de Jacob Zuma, il n'est pas sans rappeler la grande polémique qui avait suivi l'accusation de viol à l'encontre de l'actuel président, en 2005, alors qu'il n'était pas encore à la tête de l'État. Sans présager de la réussite artistique de l'exposition, Brett Murray a en tout cas déjà réussi un joli coup médiatique.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Les députés sud-africains ont décidé de ne pas siéger la semaine prochaine pour faire campagne contre la xénophobie dans leurs circonscriptions après les violences ayant fait au m[...]

Tour de France : MTN-Qhubeka s'échauffe pour la Grande Boucle

Ils y sont arrivés. MTN-Qhubeka est la première équipe cycliste africaine à avoir été invitée au Tour de France (du 4 au 26 juillet 2015). Pourtant, le pari n’était[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Afrique du Sud : l'armée déployée à Johannesburg pour prévenir de nouvelles violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a annoncé mardi le déploiement imminent de l’armée pour maintenir l’ordre dans le township d'Alexandra à Johannesburg et assister la police dans la lutte contre[...]

Afrique du Sud : quand le roi de la nation zouloue dérape...

En sommant les étrangers de "quitter le pays", Goodwill Zwelithini, le roi de la nation zouloue, a mis le feu aux poudres. Depuis, il a démenti ses propos. Trop tard...[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : au secours, l'apartheid revient !

Les violences survenues à Durban ne sont pas un fait isolé. Cela fait des années que les migrants africains sont pris pour cible. Et que, sur fond de difficultés économiques, le poison de[...]

Afrique du Sud : le gouvernement promet de punir les auteurs des violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a promis dimanche de punir les auteurs des violences xénophobes qui ont fait au moins sept morts depuis début avril, alors que le Malawi et le Zimbabwe s'apprêtaient à[...]

Afrique du Sud : le président Zuma invite les immigrés à rester

Après une nouvelle nuit de pillages à Johannesburg, le président Jacob Zuma a annulé un voyage en Indonésie et s'est rendu samedi auprès de victimes de violences xénophobes, afin[...]

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Le président sud-africain Jacob Zuma a annulé samedi un voyage à l'étranger après une nouvelle nuit de violences xénophobes perpétrées par des casseurs et pilleurs, qui[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120518125213 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120518125213 from 172.16.0.100