Extension Factory Builder
17/05/2012 à 16:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Frederik de Klerk a reçu le prix Nobel de la paix en 1993. Frederik de Klerk a reçu le prix Nobel de la paix en 1993. © AFP

L'ancien président sud-africain, Frederik de Klerk, a tenté d’éteindre, dans un communiqué publié mercredi 16 mai, la polémique née de son refus de s’excuser pour la politique des bantoustans, territoires assignés aux Noirs durant l’apartheid. Pour l’ancien président, il s’agit d’un malentendu.

« Je n'ai plus une once de conviction ou d'attachement au développement séparé. Quelles qu'en aient été les intentions, cela fait des années que j'ai conclu que c'est un échec et que cela a causé une injustice manifeste », a déclaré Frederik de Klerk, dans un communiqué diffusé mercredi 16 mai. Il a ajouté que ces déclarations avaient été « mal comprises et mal interprétées ».

L’ancien président sud-africain avait indigné, le 10 mai sur CNN, une partie de l’opinion en expliquant que l’idée des Bantoustans était à l’origine issue d’une aspiration démocratique des populations noires de voir naître leur propre État sur une base ethnique, culturelle et linguistique « comme les Tchèques et les Slovaques aujourd’hui », et qu’il n’arrivait pas à s’excuser pour ça.

L'apartheid "reste moralement condamnable"

L'interview, au cours de laquelle il avait par ailleurs estimé que l'apartheid  était « moralement condamnable , avait déclenché de nombreuses réactions sur les radios, sites internet ou réseaux sociaux, pour attaquer ou défendre l'ancien président, qui a reçu le prix Nobel de la paix en 1993 avec Nelson Mandela.

États-fantoches qui n’ont jamais été reconnus internationalement, les dix bantoustans furent délimités dans les années 1950, parallèlement à une loi réservant les villes aux Blancs et en expulsant les autres, Noirs, métis, Indiens. Ils ont été abolis en 1993.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : le procès Pistorius reprendra le 5 mai

Afrique du Sud : le procès Pistorius reprendra le 5 mai

Le procès d'Oscar Pistorius a été suspendu mercredi. Il reprendra le 5 mai.[...]

Procès Pistorius : fin du contre-interrogatoire musclé du procureur

Le contre-interrogatoire de l'accusation, débuté le 9 avril, a pris fin mardi par une certitude du procureur sud-africain Gerrie Nel : Oscar Pistorius a tué délibérément sa compagne,[...]

Afrique du Sud : Pistorius, entre contradictions et omissions

Suspendu tout le weekend, le contre-interrogatoire musclé d'Oscar Pistorius par le procureur Gerrie Nel a repris lundi au tribunal de Pretoria. Un nouveau round de questions auxquelles l'athlète accusé du[...]

Afrique du Sud : ANC et opposition en viennent à nouveau aux mains avant les élections

Des sympathisants de l'ANC au pouvoir et du premier parti d'opposition sud-africain, l'Alliance démocratique (DA), en sont à nouveau venus aux mains, samedi à Soweto, à moins d'un mois des [...]

Procès Pistorius : "Vous saviez qui était derrière la porte", affirme le procureur

Le procureur Gerrie Nel a accusé vendredi Oscar Pistorius d'avoir délibérément assassiné sa petite amie Reeva Steenkamp le 14 février 2013, ne croyant pas un mot de sa version des faits,[...]

Afrique du Sud : Pistorius a tué délibérément sa compagne, selon le procureur

Lors de son contre-interrogatoire, le procureur Gerrie Nel a remis en cause vendredi la version des faits d'Oscar Pistorius, accusant le champion paralympique sud-africain d'avoir délibérément[...]

Procès pistorius : le procureur Nel dépeint un être égoïste

Au deuxième jour de son contre-interrogatoire, Oscar Pistorius a dû faire face au procureur Gerrie Nel. Ce dernier a dépeint, jeudi, l'ancien champion paralympique comme un être égoïste[...]

Sommet UE-Afrique : ils ont soutenu Grace Mugabe et ne sont pas venus

En réponse au refus des autorités belges de délivrer un visa à Grace Mugabe, quatre chef d'État d'Afrique australe n'ont pas fait le déplacement à Bruxelles pour le sommet[...]

Sommet UE - Afrique : l'important, c'est d'y participer !

Accords de partenariat économique, compétence de la CPI, droits des homosexuels... Africains et Européens ne sont pas d'accord sur tout, loin s'en faut. Mais ils se sont parlés avec franchise.[...]

Procès Pistorius : l'accusé maintient sa version mais admet avoir "fait une erreur"

Oscar Pistorius a maintenu, mercredi, sa version des faits, en niant avoir tué sciemment sa petite amie, Reeva Steenkamp. L'ex-athlète sud-africain a cependant admis avoir "fait une erreur".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers