Extension Factory Builder
16/05/2012 à 17:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Patrice Neveu, sélectionneur de l'équipe de football de Mauritanie. Patrice Neveu, sélectionneur de l'équipe de football de Mauritanie. © AFP

Conviés au tournoi international de football de la Nakba en Palestine, organisé à l’occasion de la commémoration de l’exode forcé des Palestiniens en 1948, les Mauritaniens ont vécu un voyage éprouvant. Avec quatre joueurs bloqués à la frontière jordanienne.

Mardi 15 mai au soir, à Al-Bireh, dans la banlieue de Ramallah, la Mauritanie a perdu (1-3) face au Kurdistan irakien, une sélection qui n’est pas affiliée à la FIFA, lors de son premier match du tournoi de la Nakba, qui se déroule du 14 au 23 mai. Dans d’autres circonstances, cette défaite contre une équipe qui n’affronte que des provinces italiennes, françaises ou d’Europe du nord lors de compétitions improbables, aurait fait un peu désordre.

Mais les circonstances préalables expliquent très largement ce résultat. « Nous sommes arrivés dans la nuit du lundi 13 au mardi 14 avril à notre hôtel de Naplouse, en laissant quatre joueurs bloqués en Jordanie. Et quelques heures plus tard, il a fallu faire une heure trente de bus pour aller à Al-Bireh », explique, dans un rire nerveux, Patrice Neveu, le sélectionneur français de la Mauritanie. « Déjà, six joueurs sont restés à Nouakchott, à cause de problèmes de visas », reprend Ahmed Ould Abderrhamane, le président de la Fédération Mauritanienne de Football (FMF).

"Toujours bloqués en Jordanie"

« La délégation a quitté Nouakchott samedi, a fait escale à Casablanca, puis Istanbul et enfin Amman, en Jordanie. Là, quatre joueurs ont été interdits de passer la frontière par les Israéliens, sous prétexte que leur passeport avait moins de six mois de validité. Malgré les efforts de l’ambassade palestinienne, ils sont toujours bloqués en Jordanie », poursuit le dirigeant mauritanien, qui a installé ses joueurs dans un hôtel local avant de rejoindre Ramallah.

En Cisjordanie, Patrice Neveu doit se débrouiller pour finir le tournoi avec seize joueurs, gardiens de but inclus. Les Mourabitounes rejoueront jeudi soir face à l’équipe olympique indonésienne. Avec la perspective de voir leur séjour prendre fin, soixante-douze heures après leur arrivée…

___

Alexis Billebault, à Al-Bireh
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
mehdi assem - 16/05/2012 à 18h:05

Palestine de 1948 islam domine le monde immédiatement ou la fin du monde[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, tente de convaincre François Hollande et certains des alliés régionaux de la France de la nécessité d'une intervention direct[...]

Algérie : Rachid Nekkaz contre le FLN

L'homme d'affaires algérien Rachid Nekkaz passe pour un original, voire un provocateur. Son dernier "coup" ? Jouer les justiciers en portant plainte contre le patron du FLN.[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Maroc : Rachid El Hahi, 41 ans, l'action politique

Derrière le peintre, il y a le militant politique, celui qui, en 1991, comptait déjà parmi les signataires de la charte d'Agadir, premier document recensant les principales revendications amazighs et[...]

Maroc : Brahim Oummad, 31 ans, le développement durable

Sur le mont Alban, à 1 600 mètres d'altitude, les jeunes d'Imider ont improvisé un petit campement où ils organisent souvent des sit-in pour protester contre la politique d'exclusion[...]

Maroc : Khadija Arouhal, 35 ans, poète

En 1994, alors qu'elle était encore collégienne, elle écrit un poème en tifinagh - l'alphabet amazigh, qu'elle a appris toute seule - et l'épingle sur le panneau d'affichage de son[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex