Extension Factory Builder
16/05/2012 à 18:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Meriem Bensalah Chaqroun devrait prendre la tête de la CGEM le 16 mai 2012. Meriem Bensalah Chaqroun devrait prendre la tête de la CGEM le 16 mai 2012. © CGEM

L’énergique patronne des Eaux minérales d’Oulmès, Meriem Bensalah Chaqroun, a été élue mercredi 16 mai à la tête de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Elle était l’unique candidate à la succession de Mohamed Horani.

Mis à jour à 20h00

Les patrons marocains se sont choisis... une patronne. Meriem Bensalah Chaqroun, administratrice-directrice générale des Eaux minérales d’Oulmès, a été élue le16 mai à la présidence de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Conformément aux usages de la principale organisation patronale marocaine, les deux autres prétendants s'étaient retirés de la course pour qu’il n’y ait qu’une seule candidature. Le sortant, Mohamed Horani, président du groupe de monétique Hightech Payment Systems (HPS), et Abdelilah Hifdi, qui chapeaute la Fédération nationale des transports routiers, avaient appelé à voter pour elle.

À 49 ans, la fille d’Abdelkader Bensalah, figure de la lutte pour l’indépendance et fondateur du conglomérat Holmarcom, s’est imposée depuis longtemps. Titulaire d’un MBA de l’université de Dallas, elle a intégré dès 1990 le groupe familial au sein des Eaux minérales d’Oulmès. Sous sa houlette, le chiffre d’affaires de la filiale, détentrice de la célèbre marque Sidi Ali, est passé de 600 millions à plus de 1 milliard de dirhams (89,6 millions d’euros). Une progression qui s’est faite en bonne entente avec son frère Mohamed Bensalah, arrivé à la tête d’Holmarcom en 1993. La candidate à la présidence de la CGEM s’est par ailleurs fait connaître pour ses talents d’organisatrice lors de grandes manifestations telles que la Journée de la terre en 2010 à Rabat ou le Festival de Casablanca.

Même en l’absence d’adversaire, l’énergique patronne des Eaux minérales d’Oulmès s’est lancée dans une tournée des régions afin d’expliquer son programme pour la CGEM, en compagnie de Salah Eddine Kadmiri, candidat à la vice-présidence. Patron de Schiele, une PME du secteur de l’électronique, ce dernier dirige aussi la commission PME de l’organisation, ce qui en fait un allié précieux pour Bensalah.

"Émergence industrielle"

Depuis le 4 mai, le tandem a déjà rencontré les chefs d’entreprise de Fès, Meknès, Tanger, Agadir et Laayoune. Leur programme met en avant la nécessité d’ouvrir la CGEM aux jeunes entrepreneurs et d’impliquer davantage l’organisation patronale dans le plan gouvernemental « émergence industrielle » et les politiques de soutien à l’export, notamment vers l’Afrique subsaharienne. Il reprend aussi les thèmes – plus traditionnels pour la CGEM – d’une fiscalité plus faible pour les PME et d’une flexibilité accrue du droit du travail.

Cette mère de trois enfants passionnée de moto, qui a toujours su concilier vie professionnelle et vie personnelle, est la première femme à accéder à la présidence de la CGEM.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme [...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex