Extension Factory Builder
16/05/2012 à 18:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Meriem Bensalah Chaqroun devrait prendre la tête de la CGEM le 16 mai 2012. Meriem Bensalah Chaqroun devrait prendre la tête de la CGEM le 16 mai 2012. © CGEM

L’énergique patronne des Eaux minérales d’Oulmès, Meriem Bensalah Chaqroun, a été élue mercredi 16 mai à la tête de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Elle était l’unique candidate à la succession de Mohamed Horani.

Mis à jour à 20h00

Les patrons marocains se sont choisis... une patronne. Meriem Bensalah Chaqroun, administratrice-directrice générale des Eaux minérales d’Oulmès, a été élue le16 mai à la présidence de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Conformément aux usages de la principale organisation patronale marocaine, les deux autres prétendants s'étaient retirés de la course pour qu’il n’y ait qu’une seule candidature. Le sortant, Mohamed Horani, président du groupe de monétique Hightech Payment Systems (HPS), et Abdelilah Hifdi, qui chapeaute la Fédération nationale des transports routiers, avaient appelé à voter pour elle.

À 49 ans, la fille d’Abdelkader Bensalah, figure de la lutte pour l’indépendance et fondateur du conglomérat Holmarcom, s’est imposée depuis longtemps. Titulaire d’un MBA de l’université de Dallas, elle a intégré dès 1990 le groupe familial au sein des Eaux minérales d’Oulmès. Sous sa houlette, le chiffre d’affaires de la filiale, détentrice de la célèbre marque Sidi Ali, est passé de 600 millions à plus de 1 milliard de dirhams (89,6 millions d’euros). Une progression qui s’est faite en bonne entente avec son frère Mohamed Bensalah, arrivé à la tête d’Holmarcom en 1993. La candidate à la présidence de la CGEM s’est par ailleurs fait connaître pour ses talents d’organisatrice lors de grandes manifestations telles que la Journée de la terre en 2010 à Rabat ou le Festival de Casablanca.

Même en l’absence d’adversaire, l’énergique patronne des Eaux minérales d’Oulmès s’est lancée dans une tournée des régions afin d’expliquer son programme pour la CGEM, en compagnie de Salah Eddine Kadmiri, candidat à la vice-présidence. Patron de Schiele, une PME du secteur de l’électronique, ce dernier dirige aussi la commission PME de l’organisation, ce qui en fait un allié précieux pour Bensalah.

"Émergence industrielle"

Depuis le 4 mai, le tandem a déjà rencontré les chefs d’entreprise de Fès, Meknès, Tanger, Agadir et Laayoune. Leur programme met en avant la nécessité d’ouvrir la CGEM aux jeunes entrepreneurs et d’impliquer davantage l’organisation patronale dans le plan gouvernemental « émergence industrielle » et les politiques de soutien à l’export, notamment vers l’Afrique subsaharienne. Il reprend aussi les thèmes – plus traditionnels pour la CGEM – d’une fiscalité plus faible pour les PME et d’une flexibilité accrue du droit du travail.

Cette mère de trois enfants passionnée de moto, qui a toujours su concilier vie professionnelle et vie personnelle, est la première femme à accéder à la présidence de la CGEM.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il consei[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex