Extension Factory Builder
15/05/2012 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des rebelles maliens islamistes, le 24 avril 2012 près de Tombouctou. Des rebelles maliens islamistes, le 24 avril 2012 près de Tombouctou. © AFP

Après de violentes manifestations survenues le lundi 14 mai à Gao, dans le nord du Mali, le calme était revenu mardi 15 mai. Plusieurs personnes ont été blessées par la répression des groupes armés qui ont pris le contrôle de la ville début avril.

« Le calme est revenu, mais c'est un calme précaire ». C’est ce qu’a déclaré mardi Abdoulaye Babalaye, un informaticien de la ville de Gao, dans le Nord du Mali, suite aux manifestations qui ont se sont déroulées la veille.

Au moins cinq personnes ont été blessées lundi 14 mai, dont l’une par balle, alors que la population était sortie dans la rue pour s’opposer aux groupes armés qui ont pris le contrôle de la ville début avril, parmi lesquels les islamistes d’Ansar Eddine et les Touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA). Les manifestants, dont de nombreux jeunes, ont brûlé des pneus, en guise de contestation contre l'interdiction qui leur est faite par les islamistes de jouer au football ou de regarder la télévision, avant que les groupes armés ne ripostent à balles réelles.

« Il n'y a plus de manifestations, on sent quand même la tension. Les populations attendent la plus petite provocation pour descendre dans les rues », a expliqué Abdoulaye Babalaye. « On sent aussi une tension entre Ansar Dine et le MNLA », a-t-il ajouté.

Pratiques "haram"

Selon les témoignages recueillis par Radio France Internationale, la grogne de la jeunesse était montée d'un cran ces derniers jours. La population devenait de plus en plus exaspérée face à des hommes en armes, qui, depuis plusieurs soirs, sillonnaient la ville de Gao et distribuaient les coups de cravaches contre des jeunes trouvés avec une cigarette à la bouche, ou bien avec un poste radio entre les mains. Des pratiques jugées « haram », contraires à l’islam, par les extrémistes religieux.

Selon plusieurs ONG, de nombreuses atteintes aux droits de l'homme ont été commises dans les régions du nord du Mali, également confrontées à des pénuries alimentaires aggravées par la sécheresse. Selon une source proche du Haut conseil islamique du Mali, un convoi chargé de vivres parti de Bamako est arrivé mardi à Gao. Une partie du chargement est destinée à la ville de Tombouctou, elle aussi tombée sous la coupe de groupes armés le mois dernier.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : l'ONU appelle les groupes rebelles à parapher l'accord d'Alger

Mali : l'ONU appelle les groupes rebelles à parapher l'accord d'Alger

Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé mercredi les groupes armés du nord du Mali à signer l'accord de paix conclu dimanche à Alger. Cet accord encore inachevé a ét&eacu[...]

Mali : le Gatia, drôle de milice

Le Groupe autodéfense touareg imghad et alliés (Gatia) est devenu incontournable dans le Nord-Mali, mais son statut n'est pas clair. La présence de soldats dans une Mission de formation de l'UE prouverait[...]

Mali : les ravisseurs de Lazarevic, libres comme l'air...

Alors que le président Ibrahim Boubacar Keïta promettait de les traquer, après les avoir libérés, les auteurs de l'enlèvement de Serge Lazarevic et Philippe Verdon se promènent au vu[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le 5e et dernier round des négociations intermaliennes de paix engagées en juillet à Alger se sont soldées dimanche par un accord inachevé, paraphé par le gouvernement mais pas par[...]

Un accord de paix au Mali signé avec une partie des groupes armés

Le gouvernement malien a signé dimanche à Alger avec une partie des groupes armés du nord du pays un "accord de paix et de réconciliation" pour mettre fin aux violences.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Mali : procès en vue pour Sanogo

Attendu depuis des mois, le procès d'Amadou Haya Sanogo et de plusieurs autres membres de l'ex-junte malienne pourrait se tenir prochainement. "Peut-être en juin", estime une source judiciaire[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120515145119 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120515145119 from 172.16.0.100