Extension Factory Builder
15/05/2012 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des rebelles maliens islamistes, le 24 avril 2012 près de Tombouctou. Des rebelles maliens islamistes, le 24 avril 2012 près de Tombouctou. © AFP

Après de violentes manifestations survenues le lundi 14 mai à Gao, dans le nord du Mali, le calme était revenu mardi 15 mai. Plusieurs personnes ont été blessées par la répression des groupes armés qui ont pris le contrôle de la ville début avril.

« Le calme est revenu, mais c'est un calme précaire ». C’est ce qu’a déclaré mardi Abdoulaye Babalaye, un informaticien de la ville de Gao, dans le Nord du Mali, suite aux manifestations qui ont se sont déroulées la veille.

Au moins cinq personnes ont été blessées lundi 14 mai, dont l’une par balle, alors que la population était sortie dans la rue pour s’opposer aux groupes armés qui ont pris le contrôle de la ville début avril, parmi lesquels les islamistes d’Ansar Eddine et les Touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA). Les manifestants, dont de nombreux jeunes, ont brûlé des pneus, en guise de contestation contre l'interdiction qui leur est faite par les islamistes de jouer au football ou de regarder la télévision, avant que les groupes armés ne ripostent à balles réelles.

« Il n'y a plus de manifestations, on sent quand même la tension. Les populations attendent la plus petite provocation pour descendre dans les rues », a expliqué Abdoulaye Babalaye. « On sent aussi une tension entre Ansar Dine et le MNLA », a-t-il ajouté.

Pratiques "haram"

Selon les témoignages recueillis par Radio France Internationale, la grogne de la jeunesse était montée d'un cran ces derniers jours. La population devenait de plus en plus exaspérée face à des hommes en armes, qui, depuis plusieurs soirs, sillonnaient la ville de Gao et distribuaient les coups de cravaches contre des jeunes trouvés avec une cigarette à la bouche, ou bien avec un poste radio entre les mains. Des pratiques jugées « haram », contraires à l’islam, par les extrémistes religieux.

Selon plusieurs ONG, de nombreuses atteintes aux droits de l'homme ont été commises dans les régions du nord du Mali, également confrontées à des pénuries alimentaires aggravées par la sécheresse. Selon une source proche du Haut conseil islamique du Mali, un convoi chargé de vivres parti de Bamako est arrivé mardi à Gao. Une partie du chargement est destinée à la ville de Tombouctou, elle aussi tombée sous la coupe de groupes armés le mois dernier.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti merc[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick[...]

Exclusif - Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : demande d'entraide judiciaire de la France au Mali

Rebondissement dans l'enquête sur le financement présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007. Soupçonnant certains hommes d'affaires maliens d'être[...]

Mali - OIF : Dioncounda Traoré, le lièvre de Bamako

Après des mois d'hésitations, l'ancien chef de l'État malien se lance enfin dans la course pour succéder à Abdou Diouf à la tête de l'OIF. Le soutien du président IBK[...]

Nord du Mali : deux soldats burkinabè tués, quatre blessés dans un attentat suicide

Deux soldats burkinabè de la force de l'ONU au Mali ont été tués samedi et quatre blessés dans un attentat-suicide à Ber, dans le nord du Mali, a-t-on appris de source sécuritaire[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Mali : trois jihadistes, dont un proche de l'émir d'Aqmi au Sahel, arrêtés par l'armée française

Trois présumés jihadistes, dont un proche de Djamel Okacha, ont été arrêtés par l'armée française le 10 août près de Tombouctou.[...]

Mali : Karim Keïta, ascenseur pour un novice

Le fils du président malien, Karim Keïta, déjà président de la Commission de la Défense de l'Assemblée, multiplie les interventions à l'étranger. Une manière de[...]

Mali - Yero Ould Daha : "Le Mujao nous protégeait du MNLA"

Yero Ould Daha, ancien cadre du Mujao à Gao, a rejoint le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), groupe armé opposé au MNLA qui participe aux négociations d'Alger en vue d'un accord de paix.[...]

Le Mali relâche un ex-responsable jihadiste arrêté par les militaires français

Un ancien responsable du Mujao, un groupe islamiste armé, arrêté la semaine dernière à Gao, dans le nord du Mali, par les militaires français de l'opération Barkhane, a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers