Extension Factory Builder
15/05/2012 à 09:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Claude Le Roy, sélectionneur de la RDC. Claude Le Roy, sélectionneur de la RDC. © AFP

Claude Le Roy, sélectionneur de l'équipe nationale de RDC, milite pour une professionnalisation à l'africaine des clubs de football africains. Celle-ci devrait s'inspirer, selon le Français, du mode de fonctionnement du club star du pays, le TP Mazembe.

Claude Le Roy, la RDC s’est dotée cette année d’un championnat professionnel à quatorze équipes. Part-il sur de bonnes bases ?

Bien sûr. La Linafoot (Ligue Nationale de Football) a eu raison de tenter cette expérience. La RDC avait besoin d’un championnat structuré et lisible. Le projet est viable, malgré l’immensité du territoire du pays, avec tout ce que cela suppose comme difficultés pour se déplacer. Maintenant, ce championnat va avoir besoin de ressources. En RDC, il y a un potentiel public énorme. C’est aussi le cas pour les sponsors. J’ai mis en contact un gros sponsor avec la Linafoot. J’espère que cela va aboutir prochainement.

EN RDC, il y a le TP Mazembe et les autres…

Le TP Mazembe est un exemple à suivre, non seulement pour les clubs de la RDC, mais aussi pour les autres en Afrique. Certes, Moïse Katumbi a des moyens. Mais c’est aussi un visionnaire et un bâtisseur. Il n’est pas dans la culture de l’urgence. Il ne va pas virer son entraîneur au bout de trois mauvais résultats. Il structure son club, à tous les niveaux : administratif, médical, technique, au niveau des équipements. Il a construit un nouveau stade ( qui sera inauguré cet été, NDLR) sur fonds propres.

Pourquoi cet exemple n’est-il pas davantage suivi ?

C’est une question de volonté. Il y a dans ce pays des clubs comme l’AS Vita Club, Motema Pembe, tous les deux à Kinshasa, qui sont des noms qui comptent en Afrique. Avec leur potentiel, ils pourraient faire partie des meilleurs du continent africain. À l’AS Vita Club, Denis Goavec, l’entraîneur français qui était là depuis trois mois, a été limogé à la suite d’une élimination en Ligue des Champions. Mais aussi parce qu’il avait critiqué le stage effectué au Brésil, où, pendant plus d’un mois, il n’a pas pu entraîner son équipe, parce que ce sont des brésiliens qui le faisaient ! Est-ce normal ? Je me bats pour que les clubs soient plus professionnels. S’ils le sont, la sélection nationale en profite.

Mais les footballeurs africains chercheront malgré tout toujours à partir en Europe…

Pas forcément. Si on développe un professionnalisme à l’africaine, en tenant certes  compte des difficultés du continent, de ses réalités, on incitera les joueurs africains à rester. S’ils ont de bonnes conditions de travail, des salaires intéressants, ils ne voudront pas tous s’expatrier.

Vous avez initié un programme de détection et de formation. Quel est le premier ressenti ?

Ce programme concerne les moins de 20 ans et les moins de 17 ans. Nous tentons de dénicher les talents dans toutes les provinces. On se déplace avec Sébastien Migné, mon adjoint, et on demande aux éducateurs locaux de nous signaler les meilleurs, qui participent à des regroupements à Kinshasa. Avec le Nigeria, la RDC est le pays qui dispose du meilleur réservoir de jeunes. Il faut créer un environnement d’excellence partout. Les moyens commencent à être mis, mais l’aide de l’État est indispensable.

___

Propos recueillis par Alexis Billebault
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

'Mbata ya bakolo' : au Congo, la vie sans les 'Zaïrois' de RDC

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans le[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

RDC : Lambert Mende répond à Linda Thomas-Greenfield

Lambert Mende Omalanga est ministre des Médias et porte-parole du gouvernement de la RDC.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers