Extension Factory Builder
11/05/2012 à 18:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un flacon et des comprimés de Truvada. Un flacon et des comprimés de Truvada. © Justin Sullivan/Getty Images/AFP

Des experts ont recommandé, jeudi 10 mai, la mise sur le marché d’un traitement préventif contre le Sida, malgré les craintes de certaines associations. Ces dernières redoutent que la mise en vente d'un tel médicament implique des comportements sexuels plus risqués.

Par une large majorité, un comité d’experts a recommandé, jeudi 10 mai, à l’Agence américaine des médicaments (FDA), la commercialisation du Truvada, premier traitement préventif contre le sida produit par le laboratoire américain Gilead Sciences. La FDA n’est pas tenue de suivre les recommandations de ce comité, mais elle les entérine le plus souvent. La décision devrait être prise d’ici le 15 juin.

Le vote des experts concernait trois sous-questions. Par 19 voix contre 3, les 22 experts ont recommandé l’autorisation du traitement préventif pour les hommes homosexuels séronégatifs.

Par 19 voix contre 2 et une abstention, ils se sont prononcés pour la vente du Truvada aux couples hétérosexuels dont l’un des partenaires serait séropositif.

Enfin, par 12 voix contre 8 et 2 abstentions, ils ont validé la commercialisation aux « autres individus risquant d’être infectés en raison de leurs activités sexuelles. »

L’efficacité préventive du Truvada a été mise en évidence par les résultats d’un vaste essai clinique, mené de juillet 2007 à décembre 2009 dans six pays, dont le Brésil, l’Afrique du sud et les États-Unis, et financé en grande partie par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH). Il avait alors réduit de 44% le risque d’infection chez les hommes homosexuels, qui utilisaient aussi des préservatifs.

Une seconde étude clinique a montré que le Truvada diminuait de 75% le risque d’infection en ce qui concerne les couples hétérosexuels, dont un des partenaires étaient atteint de la maladie.

Le Truvada, combinaison de deux antirétroviraux, est déjà prescrit pour des personnes infectées par le VIH, le virus de l’immunodéficience humaine responsable du sida. Le coût du médicament varie entre 12 000 et 14 000 dollars par an.

Avis partagés

Le vote est venu clore une longue journée de présentations et de délibérations. Une quarantaine de personnes, dont des médecins et des infirmières soignant des séropositifs, des représentants d’organismes privés engagés dans la lutte contre le sida, et des personnes infectées par le VIH étaient venues témoigner devant le comité.

Une majorité s’est déclarée hostile à la commercialisation du Truvada.

« Je suis préoccupée par le danger de voir se développer une résistance au Truvada », qui est déjà utilisé pour traiter les séropositifs, a ainsi affirmé Roxanne Cox-Iyamu, médecin en charge de personnes infectées par le VIH.

Karen Haughey, infirmière, a de son côté affirmé que le traitement ne marcherait pas car il n’est pas de la nature humaine « de faire 100% de qui est recommandé. » Elle faisait référence au fait que les comprimés Truvada, pour être efficace, devaient être pris quotidiennement.

« Nous avons besoin d’un tel traitement car aux Etats-Unis, nous avons encore 50 000 nouveaux cas d’infection chaque année, surtout parmi les hommes homosexuels et nous n’avons pas eu beaucoup de succès ces dernières années pour réduire ce nombre » a cependant souligné, avant le vote, le docteur Anthony Fauci, directeur de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID).

« De ce fait, tout médicament préventif est important » a précisé Fauci, dans un entretien avec l’AFP, insistant sur le fait que le Truvada « ne devait pas être utilisé pour se substituer aux autres méthodes de prévention existantes, dont le préservatif.

Une étude américaine, publiée en avril, a montré que la prescription d’antirétroviraux à titre préventif à des hommes homosexuels risquant fortement de contracter le virus de sida (c'est-à-dire ayant plus de cinq partenaires par an) serait économiquement rentable et réduirait la propagation de l’infection.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de retr[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

François Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar al-Assad pour lutter[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex