Extension Factory Builder
11/05/2012 à 16:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En 2020, environ 70 millions d'enfants devraient souffrir de malnutrition en Afrique. En 2020, environ 70 millions d'enfants devraient souffrir de malnutrition en Afrique. © AFP

Les pires pays au monde pour devenir mère sont africains. C’est la conclusion, accablante, du rapport de l’ONG américaine Save the children : dans les dix dernières places du classement, huit proviennent du continent. En cause notamment, les crises alimentaires chroniques au Sahel et la situation en RDC.  En 2020, plus de 35% des enfants africains devraient souffrir de malnutrition, soit à peine moins qu’en 1990.

Les chiffres ne sont guère étonnants. Mais ils restent tout de même très significatifs : l’ONG Save the children a publié son classement annuel des meilleurs pays dans lesquels il fait bon être mère, et les dernières places sont quasi-exclusivement africaines. Sur 165 états, le Niger se classe dernier, la Guinée-Bissau 162ème, le Mali 161ème, l’Érythrée 160ème, le Tchad 159ème, le Soudan du Sud, le Soudan et la RDC se partagent la 156ème place…

« La situation des mères dans le monde en 2012 montre clairement que la crise de malnutrition chronique qui frappe de nombreux pays a des effets dévastateurs sur elles-mêmes et leurs enfants », explique Brendan Cox, un des responsables de Save the Children dans un communiqué, prenant notamment l’exemple du Sahel. La région est en effet touchée par une grave crise alimentaire qui, selon les Nations unies, pourrait toucher plus de 23 millions de personnes au Niger, au Tchad, au Mali, au Burkina Faso, en Mauritanie et au Sénégal, frappés par de mauvaises récoltes l'an dernier.

"Causes culturelles"

Souvent, notamment au Sahel, les régions les plus touchées ne sont pas forcément les plus pauvres. Au Mali, c'est la région de Ségou, une des plus riches du pays, au bord du fleuve Niger, qui est la plus concernée par la malnutrition des enfants de 0 à 5 ans. « Les causes de la malnutrition sont certes structurelles, mais bien souvent culturelles », analyse ainsi Caroline Bah, de l'ONG Afrique verte, qui travaille à améliorer la sécurité alimentaire au Sahel depuis vingt ans.

Pour elle, la nutrition est également affaire d'éducation. « En Afrique, les populations ne sont pas inondées d'informations comme nous le sommes depuis cinquante ans sur ce qu'il faut faire ou ne pas faire en matière d'alimentation », explique-t-elle. « Le problème vient avant tout de l'eau, souvent non potable. Nous conseillons donc aux mères de nourrir exclusivement leur enfant avec le lait maternel pendant les six premiers mois. Mais la plupart du temps, ces conseils ne sont pas suivis, et les bébés reçoivent de l'eau de brousse. » Une eau qui peut provoquer des maladies graves ou plus communément des diarrhées, deuxième cause de mortalité infantile dans le monde.

Un horizon 2020 bien sombre

Les chiffres de Save the children révèlent surtout une incapacité de ces pays africains à réduire la malnutrition chez les jeunes enfants. Alors qu’en 1990, le pourcentage d’enfants malnutris sur le continent était d’environ 40%, vingt ans plus tard, en 2010, il a à peine chuté et le nombre d’enfants touchés a même augmenté pendant que l’Asie est passée de 190 millions en 1990 à moins de 100 millions en 2010. Deux courbes quasiment diamétralement opposées qui devraient se croiser à l’horizon 2020 autour des 70 millions.

 

Source Save the ChildrenEt les rares bons résultats en la matière - en Angola notamment où le chiffre a chuté de 6,6% en vingt ans ou encore en Mauritanie (-4,6%)- ne cachent pas un constat plus amer. Au Niger, la moyenne annuelle du nombre d’enfants malnutris a augmenté de 0,2% depuis 1990. Le Zimbabwe, le Lesotho et le Burundi enregistre une hausse de 0,5% sur la même période, le Mali de 0,9%, la Centrafrique de 1,4%, la Côte d’Ivoire de 2,6%, sans oublier la Somalie, qui ferme logiquement la marche avec une augmentation de 6,3%. En vingt ans, de nombreux pays africains ont bel et bien reculé en matière de lutte contre la malnutrition.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

OGM : les pays africains les plus avancés

OGM : les pays africains les plus avancés

 Dans "Technologies agricoles génétiquement modifiées pour l'Afrique", un rapport commandité par la BAD, l'Institut international sur les politiques alimentaires préconise l'adopti[...]

La danse des popotins

La danse des popotins "Nous sommes les hommes de la danse dont les pieds reprennent vigueur en frappant le sol dur." Ce vers, vous vous en êtes rendu compte, n'est pas de moi, mais bien de Léopold[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Marc Rennard, Orange : "Une nouvelle révolution est en marche en Afrique"

Conforté par un chiffre d'affaires en hausse sur le continent, l'opérateur français prévoit une croissance durable du marché des télécoms. Face à une concurrence[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Un Oeil sur l'actualité

Toute l'actu en images
Voir tous les dossiers