Extension Factory Builder
07/05/2012 à 10:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des militaires partisans de l'ex-junte malienne, à Bamako le 1er mai. Des militaires partisans de l'ex-junte malienne, à Bamako le 1er mai. © Habibou Kouyaté/AFP

Le coup d’État du 21 mars qui a renversé l'ex-président ATT a aussi exacerbé les tensions entre les commandos-parachutistes soignés par le pouvoir et le reste de l'armée malienne. Une rivalité interne qui a débouché sur une tentative manquée de contre-coup d’État, le 30 avril dernier. Enquête sur une guerre fratricide.

Aux environs de 18 heures, lundi 30 avril, trois unités du Régiment de commandos-parachutiste (RCP) ou Bérets rouges, chargés de la garde présidentielle, attaquent des points stratégiques pour prendre le contrôle de Bamako. Mais face à la détermination de l’ancienne junte malienne, qui a rendu le pouvoir aux civils tout en restant omniprésente, le contre-coup d'État échoue. Pourquoi ces quelque 200 militaires fidèles à l'ex-président Amadou Toumani Touré (ATT) sont-ils passés à l'action ?

Tout indique qu'ils se sentaient menacés par l’ancienne junte (ou Bérets verts). « La tension est montée d'un cran la semaine précédant le contre-coup d’État lorsque le capitaine Amadou Haya Sanogo [leader des putschistes, NDLR] a convoqué à son QG de Kati le chef d’état-major du RCP, le colonel Abidine Guindo, qui est aussi l'ancien aide de camp d’ATT », dit une source sécuritaire à Bamako. Mais le colonel décline l’invitation et le 30 avril, aux environs de 14 heures, toutes les unités spéciales du RCP sont convoquées au camp de Djicoroni. Motif : les Bérets verts de Kati s’apprêtent à faire une descente punitive contre Guindo pour avoir tenu tête à Sanogo.

Rivalité et jalousie

Rumeur, manipulation ou vérité ? Le chef de l'ex-junte nie avoir eu l'intention de s'en prendre à Guindo et à ses hommes. Mais une chose est sûre : la rivalité entre Bérets rouges et Bérets verts ne date pas du putsch du 22 mars contre ATT.

Créé en 1974, le RCP est constitué de plus de 600 hommes d’infanterie à la fois commandos et parachutistes. Il assure la garde statique du palais présidentiel ainsi que de l’escorte du chef de l'État sur l’ensemble du territoire du Mali. ATT vient des Bérets rouges qu'il a dirigés. Depuis son élection en 2002, ce corps d’élite est particulièrement soigné en terme de formations – pour le combat rapproché, avec la Corée du Nord, ou pour les techniques de combat en zone difficile avec les États-Unis dans le cadre de la lutte contre le terrorisme – mais aussi en matière d'équipement et d'armement. De quoi créer la jalousie au sein des autres corps militaires.

Avec le putsch du 22 mars, la rivalité s'exacerbe. Les Bérets verts au pouvoir ne sont pas tendres avec les « protecteurs » d’ATT, qui s'exilera bientôt au Sénégal. Une semaine après le coup d’État, la junte réquisitionne sans justification les quatre BRDM (blindés légers) du RCP qui protégeaient le camp de Djicoroni. Après la chute de Gao entre les mains des rebelles et islamistes, le 31 mars, l’unité de Bérets rouges qui se replie vers le Sud avec d'autres militaires est désarmée à son arrivée à Bamako – contrairement à leur frères d'armes. Nouvelle humiliation.

Brimades

« Les Bérets rouges chargés de la protection de la présidence n’avaient plus le droit de porter une arme, y compris la sentinelle du palais présidentiel. Certains Bérets verts demandaient même aux Bérets rouges d’enlever leur béret à certains check points. Ce sont toutes ces brimades, sur fond de rivalité entre les deux corps, qui ont poussé les Bérets rouges à tenter un contre-coup le 30 avril dernier », explique une source diplomatique bien informée à Bamako.

Qu'est devenu Guindo ? « Il a quitté Bamako par la route de la Guinée, nous avons trouvé sa voiture pleine d’armes devant sa maison », dit un Béret vert. Pour l’heure, les éléments du RCP n’ayant pas pris part aux affrontements fratricides s’inscrivent sur des listes au camp 1 de la gendarmerie de Bamako et ne savent toujours pas quel sort leur est réservé par l’ancienne junte.

________

Par Baba Ahmed, à Bamako

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers