Extension Factory Builder
04/05/2012 à 09:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Charles Taylor, ancien président du Liberia. Charles Taylor, ancien président du Liberia. © AFP

Le parquet a requis une peine de 80 ans de prison contre l'ancien président du Liberia Charles Taylor, reconnu coupable la semaine dernière de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, a indiqué le bureau du procureur du Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) dans un document rendu public jeudi 3 mai.  

« L'accusation recommande une peine globale de 80 ans de prison », à l’encontre de l’ancien président du Liberia Charles Taylor, a indiqué le bureau du procureur du Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) dans un document rendu public jeudi 3 mai. Jusqu'ici, la plus longue peine prononcée par est de 52 ans de prison, à l'encontre d'Issa Sesay, l'un des anciens commandants du Front révolutionnaire uni (RUF).

« La peine recommandée est appropriée pour refléter le rôle essentiel que M. Taylor a joué dans des crimes d'une portée et d'une gravité extrêmes » et « fournit une réponse juste et appropriée aux outrages subis par les victimes, leurs familles et proches, le peuple sierra-léonais et le monde, en raison de ces crimes », a ajouté l'accusation. Le 26 avril, Charles Taylor a été reconnu coupable de 11 chefs d'accusation, meurtre, viol, pillage, notamment, par le TSSL.

"Influence significative"

« Sans la conduite criminelle de Charles Taylor, des milliers de gens n'auraient pas eu les membres amputés, n'auraient pas été violés, n'auraient pas été tués », a soutenu le bureau du procureur.  Les juges ont toutefois estimé que son « influence significative ne signifie pas qu'il avait le commandement ou le contrôle effectif ».

Charles Taylor purgera sa peine en Grande-Bretagne en vertu d'un accord avec le TSSL. L'accusation et la défense doivent exprimer leur opinion sur sa peine au cours d'une audience publique le 16 mai devant le TSSL, qui sera ensuite prononcée par les juges le 30 mai au cours d'une audience publique.

(Avec agences)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libéria

Ebola : 'Je suis un Libérien, pas un virus', la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes origi[...]

Ebola : mille patients guéris en Afrique de l'Ouest et deux rémissions occidentales

Il y a parfois des nouvelles heureuses dans les tragédies. L'annonce de Médecins sans frontières du "1 000è survivant" d'Ebola sorti de ses centres en Afrique de l'Ouest, ainsi que celle de[...]

Ebola : contrôles renforcés aux aéroports des États-Unis et du Canada

Après la mort mercredi du patient atteint d'Ebola au Texas, Washington et Ottawa ont annoncé le renforcement du contrôle des voyageurs en provenance de tous les pays africains touchés par le virus.[...]

Banque mondiale : Ebola pourrait coûter 32,6 milliards de dollars

Selon un rapport de la Banque mondiale sur "l'impact économique d'Ebola" en Afrique de l'Ouest, le pire pourrait être à venir pour les pays touchés si une "réponse[...]

Liberia : Bloody Martina, une tueuse derrière les barreaux ?

Martina Johnson était l'un des lieutenants de Charles Taylor. Elle vient d'être inculpée en Belgique pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.[...]

L'UA plaide pour "plus de ressources humaines" dans la lutte contre Ebola

Lors d'une réunion de l'Organisation de coopération et de développement (OCDE), tenue lundi à Paris, l'Union africaine (UA) a plaidé pour l'envoi de plus de personnel pour mieux lutter contre[...]

Liberia : le quatrième Américain victime d'Ebola a été évacué de Monrovia

Selon des sources humanitaires, le cameraman américain qui a été infecté par le virus Ebola au Liberia a quitté dimanche Monrovia vers un "centre spécialisé".[...]

Les États-Unis tentent de circonscrire sur leur sol Ebola, qui s'étend en Afrique

Les États-Unis, où est hospitalisé le premier cas de fièvre Ebola hors d'Afrique, ont annoncé vendredi conserver sous surveillance 50 personnes susceptibles d'avoir été en contact[...]

Ebola : cinq nouveaux cas par heure en Sierra Leone ?

La progression d'Ebola n'en finit plus d'affoler à travers le monde. Jeudi, une conférence s'est ouverte à Londres afin d'appeler la communauté internationale à accroître son aide[...]

Ce mal qui sème la terreur

Ni nous ni surtout, et c'est le plus grave, nos dirigeants politiques, pourtant comptables de la santé de leurs concitoyens, n'ont écouté les hommes et les femmes d'expérience. Dès le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers