Extension Factory Builder
03/05/2012 à 12:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nabil Karoui (C), quitte le tribunal de Tunis, le 19 avril 2012. Nabil Karoui (C), quitte le tribunal de Tunis, le 19 avril 2012. © AFP

Nabil Karoui, le directeur de la chaîne tunisienne Nessma TV, a été reconnu coupable "d’atteinte aux bonnes mœurs" ce jeudi 3 mai par un tribunal de Tunis. Il devra s’acquitter d’une amende de 2 400 dinars pour avoir diffusé le film franco-iranien Persepolis, le 7 octobre dernier.

Alors que l’on célèbre ce jeudi 3 mai la journée mondiale de la liberté de la presse, le verdict de « l’Affaire Persepolis » tombe... assez mal. Nabil Karoui, le patron de la chaîne tunisienne Nessma TV, est condamné pour « atteinte aux bonnes mœurs et trouble de l'ordre public », suite à la diffusion du film de Marjane Satrapi en octobre dernier, selon le jugement annoncé au tribunal de première instance de Tunis. Le directeur, absent lors de l’annonce du verdict, devra s’acquitter d’une amende de 2 400 dinars (1 300 euros environ). L'accusation d'« atteinte au sacré », elle, n’a pas été retenue par les juges, pour cause de vice de procédure.

Ouvert le 16 novembre et reporté à deux reprises, le procès Karoui a provoqué un tollé et divisé profondément la société tunisienne. Nabil Karoui était poursuivi par un collectif de 140 avocats pour avoir diffusé sur Nessma TV, le 7 octobre dernier, le film franco-iranien « Persepolis », qui raconte les dérives du régime iranien à travers les yeux d’une petite fille. En cause : une scène où Dieu est représenté, un principe proscrit par l’islam. Nabil Karoui s'était excusé pour la diffusion de ce dessin-animé dès le 11 octobre, reconnaissant avoir lui-même été choqué par ladite scène. « Je m'excuse. Je suis désolé pour tous les gens qui ont été dérangés par cette séquence, qui me heurte moi-même », avait-il dit.

Ce procès, dont la dernière audience avait eu lieu le 19 avril, était devenu, pour de nombreux Tunisiens, celui de la liberté de la presse. Au-delà de la justice tunisienne, c’est notamment le gouvernement Ennahdha et les dérives identitaires qui sont mis en cause par les médias et une partie de la société civile.

Outre Nabil Karoui, un responsable de la production et un technicien de la chaîne ont également écopé d'une amende de 1 200 dinars chacun.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Quelques jours avant les élections législatives, la Tunisie semble se préparer à troquer la transition contre une situation aléatoire.[...]

Législatives tunisiennes : lobby tout-terrain

Des stades aux mosquées en passant par les soirées privées, en Tunisie tous les moyens sont bons pour gagner des voix aux législatives.[...]

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Dans l'intérieur du pays, électeurs et formations politiques tunisiennes se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Législatives tunisiennes : l'abstention, le vrai outsider

Quels que soient les résultats des législatives tunisiennes du 26 octobre, vainqueurs et vaincus devront relativiser leurs performances. En cause : l'abstention qui risque à nouveau de battre des[...]

Tunisie - Sfax : "La ville est abandonnée"

Dans l'intérieur de la Tunisie, électeurs et formations politiques se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Tunisie : la montée de Slim Riahi inquiète les ténors

Grâce à ses moyens financiers très importants, Slim Riahi commence à agréger derrière lui un électorat urbain peu politisé. Peut-il faire de l'ombre aux favoris de la[...]

Législatives tunisiennes : "Le poids d'Ennahdha sera contrebalancé", selon Ghazi Gherairi

L'ancien porte-parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Ghazi Gherairi, analyse les enjeux des législatives du 26 octobre. Au sein de l'Assemblée, et aussi[...]

Législatives tunisiennes : aux urnes citoyens !

Le scrutin du 26 octobre approche à grands pas, mais les citoyens tunisiens ne se mobilisent guère. Les enjeux sont pourtant cruciaux : les députés défendront leur vision de[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers