Extension Factory Builder
03/05/2012 à 12:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nabil Karoui (C), quitte le tribunal de Tunis, le 19 avril 2012. Nabil Karoui (C), quitte le tribunal de Tunis, le 19 avril 2012. © AFP

Nabil Karoui, le directeur de la chaîne tunisienne Nessma TV, a été reconnu coupable "d’atteinte aux bonnes mœurs" ce jeudi 3 mai par un tribunal de Tunis. Il devra s’acquitter d’une amende de 2 400 dinars pour avoir diffusé le film franco-iranien Persepolis, le 7 octobre dernier.

Alors que l’on célèbre ce jeudi 3 mai la journée mondiale de la liberté de la presse, le verdict de « l’Affaire Persepolis » tombe... assez mal. Nabil Karoui, le patron de la chaîne tunisienne Nessma TV, est condamné pour « atteinte aux bonnes mœurs et trouble de l'ordre public », suite à la diffusion du film de Marjane Satrapi en octobre dernier, selon le jugement annoncé au tribunal de première instance de Tunis. Le directeur, absent lors de l’annonce du verdict, devra s’acquitter d’une amende de 2 400 dinars (1 300 euros environ). L'accusation d'« atteinte au sacré », elle, n’a pas été retenue par les juges, pour cause de vice de procédure.

Ouvert le 16 novembre et reporté à deux reprises, le procès Karoui a provoqué un tollé et divisé profondément la société tunisienne. Nabil Karoui était poursuivi par un collectif de 140 avocats pour avoir diffusé sur Nessma TV, le 7 octobre dernier, le film franco-iranien « Persepolis », qui raconte les dérives du régime iranien à travers les yeux d’une petite fille. En cause : une scène où Dieu est représenté, un principe proscrit par l’islam. Nabil Karoui s'était excusé pour la diffusion de ce dessin-animé dès le 11 octobre, reconnaissant avoir lui-même été choqué par ladite scène. « Je m'excuse. Je suis désolé pour tous les gens qui ont été dérangés par cette séquence, qui me heurte moi-même », avait-il dit.

Ce procès, dont la dernière audience avait eu lieu le 19 avril, était devenu, pour de nombreux Tunisiens, celui de la liberté de la presse. Au-delà de la justice tunisienne, c’est notamment le gouvernement Ennahdha et les dérives identitaires qui sont mis en cause par les médias et une partie de la société civile.

Outre Nabil Karoui, un responsable de la production et un technicien de la chaîne ont également écopé d'une amende de 1 200 dinars chacun.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de Tozeu[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Gabon - Tropicale Amissa Bongo : le Tunisien Rafaa Chtioui s'épanouit loin de l'Europe

Ancien grand espoir du cyclisme ayant évolué dans des formations européennes, le Tunisien Rafaâ Chtioui, vainqueur dimanche de la 10e Tropicale Amissa Bongo, la plus grande course d'Afrique,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120503115232 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120503115232 from 172.16.0.100