Extension Factory Builder
02/05/2012 à 12:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des combattants d'Abidine Guindo capturés par l'ex-junte malienne (images de l'ORTM). Des combattants d'Abidine Guindo capturés par l'ex-junte malienne (images de l'ORTM). © Capture d'écran/J.A.

À la tête des commandos parachutistes Bérets rouges de la garde présidentielle, Abidine Guindo a tenté le tout pour le tout en attaquant frontalement les militaires putschistes qui ont renversé le président ATT, le 22 mars. Les raisons de son passage à l'acte restent obscures.

Bamako le disait téméraire. Abidine Guindo l’a prouvé en jouant et en perdant gros lundi après-midi, en lançant avec ses Bérets rouges une attaque ratée contre l’aéroport, le siège de la télévision nationale malienne et le QG de l’ex-junte, le camp militaire de Kati.

De fière allure et plutôt bel homme, cet ancien chef d’état-major particulier du président renversé le 22 mars, Amadou Toumani Touré (ATT), était rentré au régiment des Commando parachutistes de Bamako - communément appelé Camp paras de Djicoroni - au milieu des années 1970 en tant que soldat 2e classe. Il scellera là une relation des plus solides avec ATT, alors capitaine. Les deux hommes ont en commun d’être tous les deux originaires de la région de Mopti et d’aimer le saut.

En 1979, le caporal Guindo est nommé moniteur spécialisé dans le largage, ce qui n’est pas un mince titre chez les commandos-paras. Il fait partie du petit cercle de la dizaine de parachutistes auxquels leur chef ATT, méfiant et exigeant, voue une confiance totale. Au point que le 26 mars 1991, le futur président le choisit avec onze autres camarades pour une mission spéciale : arrêter le chef de l’État, le général Moussa Traoré dans son palais de Koulouba. La suite - les premières élections libres et l’avènement de la démocratie - est connue.

Cavale

Abidine Guindo passe sous-lieutenant et aide de camp d’ATT durant la transition de 1991, une fonction qu'il occupe pendant toute la décennie où celui-ci, en réserve de la République, met en œuvre son programme humanitaire à travers la Fondation pour l’enfance. Une fois ATT revenu au pouvoir en 2002 par la voie des urnes, le fidèle collaborateur devient colonel et chef du camp où il était entré jeune recrue, trois décennies plus tôt. Après une brève parenthèse au nord du pays dont il dut se replier début mars sous la poussée de la rébellion touarègue, puis ce que la junte a appellé un « contre-coup d’État manqué », Abidine Guindo est désormais un officier en cavale.

Pour certains, ATT lui doit une fière chandelle : on dit que c’est lui l’artisan de l’exfiltration épique de l’ancien président dans la nuit du 21 au 22 mars. Pour d’autres, il est le faux-frère qui aurait demandé à son patron, la nuit fatidique, de se rendre aux mutins pour éviter le carnage. Récemment, il se disait persécuté par l’ex-junte pour l’exfiltration d’ATT. Selon ses proches, « il changeait constamment de cachette ».

Que s’est-il donc passé ce lundi pour qu’Abidine Guindo décide de passer à l’action, avec pas plus de trois cents hommes, contre la plus grande garnison du pays ?

Le mythe des Bérets rouges

« Qu’il sorte, je garantis sa liberté », affirmait pourtant le capitaine Amadou Haya Sanogo. De source judiciaire, le chef des putschistes était même intervenu récemment pour aider l’épouse du colonel dans une affaire civile. Que s’est-il donc passé ce lundi pour qu’Abidine Guindo décide de passer à l’action, avec pas plus de trois cents hommes, contre la plus grande garnison du pays qui, de surcroît, est bien équipée d’armement lourd ?

L’exaspération de quelqu’un qui se disait harcelé ? La révolte devant le sort infligé à ATT par des officiers peu gradés ? Le mythe de la supériorité des commando-paras face à l’infanterie ? L’illusion de force donné par des « mercenaires » que la junte affirme avoir arrêtés, et qui ont été exhibés sous les caméras de télévision ? En tout cas, le drame est bien réel. Les combats auraient fait au moins soixante-dix morts, selon des indiscrétions militaires, même si les sources hospitalières n’en mentionnent que quatorze. Et le Mali semble aujourd’hui plus que jamais au bord du gouffre.

________

Par Adam Thiam, à Bamako

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers