Extension Factory Builder
01/05/2012 à 14:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef de l'ex-junte, le capitaine Amadou Haya Sanogo (C.), le 3 avril à kati. Le chef de l'ex-junte, le capitaine Amadou Haya Sanogo (C.), le 3 avril à kati. © Issouf Sanogo/AFP

Les soldats de l'ex-junte malienne, qui ont subi dans la nuit des attaques de la garde présidentielle (Bérets rouges) favorables à l'ancien président ATT, ont contre-attaqué mardi matin en livrant l'assaut contre le camp de Djicoroni-Para, au centre de Bamako. Mais le calme est revenu en fin de matinée.

Mis à jour à 15h23.

Suite à l'attaque - repoussée - des Bérets rouges (Garde présidentielle) lundi soir contre l'ex-junte à Bamako, c'est au tour de cette dernière de contre-attaquer. Après avoir reçu des renforts de Segou et de Koulikoro notamment, les Bérets verts ont pris d'assaut le camp de parachutistes de Djicoroni-Para, où les soldats « loyalistes » - ils sont contre le coup d'État qui a renversé le 22 mars l'ex-président Amadou Toumani Touré (ATT, exilé à Dakar) – n'étaient apparemment pas nombreux.

Des tirs intenses ont commencé vers 10 heures locales, après que l'ex-junte malienne a dit contrôler la situation, notamment à l'aéroport de Bamako et au siège de la télévision nationale (ORTM), où de violents combats ont eu lieu dans la nuit. Puis le calme est revenu en fin de matinée.

« Cette nuit tout le monde est resté chez soi. On a encore des coups de feu un peu partout (...) Il y a très peu de gens dans les rues et au marché », a témoigné ce matin une habitante du quartier populaire de Bagadadji, dans le centre de Bamako. Plus tôt dans la matinée, un militaire s'exprimant au nom du capitaine Amadou Haya Sanogo, chef de l'ex-junte, est apparu à l'ORTM pour dénoncer l'attaque de « forces obscures » et affirmé que les forces du Conseil national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat (CNRDE, junte) avaient sécurisé la capitale.

Blindés

« Nous tenons l'ORTM, l'aéroport et Kati. Nous maîtrisons la situation. Il y a eu des morts mais pour l'instant on ne peut pas donner le nombre. Nous verrons dans la journée mardi », a déclaré plus tard un officier de communication de la junte. Un soldat a affirmé de son côté avoir vu au moins 9 morts entre Kati et Bamako, ajoutant que des Bérets rouges avaient été arrêtés hier soir et conduits à Kati.

Des engins blindés étaient postés devant l'ORTM et à l'aéroport, et des hommes de la junte procédaient à la fouille des véhicules à la recherche des bérets rouges, a-t-on constaté.

(avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

En raison de la chute de Blaise Compaoré, les groupes rebelles maliens se sont retrouvés à Niamey avant la reprise des négociations à Alger.[...]

Nord-Mali : deux soldats tués et cinq autres blessés par une mine

Une voiture de l'escorte du ministre malien du Développement rural a sauté mardi sur une mine dans le nord du pays. Deux militaires ont été tués et cinq autres grièvement blessés,[...]

Ebola au Mali : nouveau cas positif, 310 personnes sous surveillance sanitaire

Un nouveau cas d'Ebola a été déclaré samedi au Mali et cette personne a été admise dans une unité de soins intensifs à Bamako, a indiqué un communiqué du[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Mali : IBK et le Boeingate, suite

Ibrahim Boubacar Keïta ne s'est toujours pas exprimé sur les soupçons de fraude qui le visent après la publication du rapport du Vérificateur général sur l'achat de l'avion[...]

Mali : en déplacement, IBK montre l'exemple dans la lutte contre Ebola

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s'est rendu lundi à Kourémalé, dans le sud du pays, près de la frontière avec la Guinée, pour une visite symbolique consacrée[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : précautions et inquiétude chez les Français du Mali

Depuis l'annonce d'un cinquième cas d'Ebola au Mali, la communauté française, forte de 6.000 ressortissants et de 1.400 militaires, y observe avec inquiétude l'arrivée de[...]

Ebola : la France étend ses contrôles aux vols en provenance du Mali

La France a renforcé samedi son dispositif de lutte contre Ebola en étendant ses contrôles de santé, déjà en vigueur pour les passagers des vols directs en provenance de Guinée,[...]

Mali : les illusions perdues de Sirafily Diango

Ancien militant, le dramaturge Sirafily Diango a trouvé une façon de poursuivre la politique par d'autres moyens : l'écriture. Acteur, il sera sur les planches du festival Théâtres des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers