Extension Factory Builder
01/05/2012 à 08:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un soldat de la junte malienne devant le camp militaire de Kati, en avril 2012. Un soldat de la junte malienne devant le camp militaire de Kati, en avril 2012. © Issouf Sanogo/AFP

Après une rumeur faisant état de la prochaine arrestation d'un de leurs chefs, des Bérets rouges de la garde présidentielle ont pris les armes lundi soir pour attaquer la ville-garnison de Kati, l’aéroport international de Bamako et le siège de la télévision nationale, tous trois occupés par les soldats de l'ex-junte. Bilan des combats, souvent à l'arme lourde : au moins 3 morts et 5 prisonniers, ainsi que plusieurs blessés. Après une brève accalmie, les affrontements ont repris mardi matin, quand les militaires putschistes ont lancé la contre-offensive en direction du camp de Djicoroni-Para, en plein centre de la capitale malienne.

Mis à jour à 14h15.

Les faits. À 18 heures 30 locales, lundi, des Bérets rouges de la garde présidentielle ont attaqué le siège de la télévision nationale, tuant trois militaires proches de l'ex-junte qui gardaient le bâtiment depuis le coup d'État du 22 mars. Pendant ce temps, un autre groupe à bord d’au moins 19 véhicules attaque le camp militaire Soundiata Keïta de Kati, le QG de l’ex-junte malienne, situé à une quinzaine de km de Bamako.

Enfin, un troisième groupe met le cap sur l’aéroport international de Bamako-Senou. Les tirs à l'arme automatique commencent en début de soirée et font place, vers 23 heures, à ceux à l'arme lourde. Panique généralisée. Dans le camp du Génie militaire, au centre ville, les Bérets verts ont ouvert les magasins d’armes et se sont mis en position de défense, tandis qu'au camp de garde et au siège de la police nationale (tous deux proches du palais présidentiel de Koulouba), des rafales en l’air se font entendre.

À l'aéroport, vers 23 heures, les tirs à l'arme automatique font place à ceux à l'arme lourde.

La théorie du complot de l'étranger

À 23 heures 30, le capitaine Amadou Haya Sanogo, ancien leader des putschistes, donne sa version des faits sur radio Kaira, proche de la junte, en langue bambara pour calmer la population de Bamako. « L’histoire a commencé au camp de Djicoroni-para, où une rumeur a circulé disant que les militaires de Kati [proches de la junte, NDLR] se préparaient à faire une descente (...) pour venir arrêter le colonel Abidine Guindo, chef du camp de parachutistes et fidèle du président ATT [il était le chef d'état-major particulier du président Amadou Toumani Touré, renversé le 22 mars, NDLR].

Capture d'écran de la télévision nationale ORTM montrant des soldats faits prisonniers par l'ex-junte et présentés comme étrangers.

© D.R.

« Je ne sais pas qui est derrière eux, mais nous avons capturé des étrangers parmi eux, nous en avons tué d’autres et nous sommes en train de renforcer nos forces à l’aéroport », poursuit Sanogo. À 3 heures 30 du matin, alors que des échanges de tirs à l'arme lourde se font entendre en provenance de la ville-garnison de Kati, un jeune lieutenant proche de l’ancienne junte fait une déclaration au nom du CNRDRE (l’ancienne junte) sur les ondes de la télévision nationale.

"Forces internes et obscures"

 « Des individus mal intentionnés se sont permis d’attaquer la caserne de Kati, l’ORTM et l'aéroport international de Bamako afin de déstabiliser le processus de retour à l'ordre constitutionnel normal. Lesdits endroits sont en ce moment sécurisés et aux mains des forces armées et de sécurité », affirme l'officier Ouedrago. La théorie de l'ex-junte est claire : les soldats qui ont attaqué ne sont pas maliens. « Les éléments pris proviennent de divers horizons et sont soutenus par d’autres forces internes et obscures, certains de ces hommes sont en ce moment détenus par des forces armées pour des investigations approfondies ».

Une source au sein de la gendarmerie, proche de l'entourage de Sanogo, affirme cependant qu’il n’y a pas de mercenaires étrangers. « S’il y en a, ce sont les fils des militaires paras », dit-il. Selon lui, le régiment de parachutistes a pris l’initiative d’attaquer Kati et a subi un gros échec. Enfin, le président Dioncounda Traoré est dans un lieu sûr, selon l'un des ses proches qui ne précise pas s’il se trouve chez lui ou pas. Le Premier ministre Diarra est quant à lui à son domicile de Titibougou et il va bien, explique une source de son entourage.

Mardi matin, le calme qui était revenu dans la capitale n'a pas duré bien longtmps. Dès 10 heures locales, les Bérets verts ont lancé une contre-attaque en direction du cap de Djicoroni-Para, le QG de la garde présidentielle des Bérets rouges.

________

Par Baba Ahmed, à Bamako

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : les ravisseurs de Lazarevic, libres comme l'air...

Mali : les ravisseurs de Lazarevic, libres comme l'air...

Alors que le président Ibrahim Boubacar Keïta promettait de les traquer, après les avoir libérés, les auteurs de l'enlèvement de Serge Lazarevic et Philippe Verdon se promènent au vu [...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le 5e et dernier round des négociations intermaliennes de paix engagées en juillet à Alger se sont soldées dimanche par un accord inachevé, paraphé par le gouvernement mais pas par[...]

Un accord de paix au Mali signé avec une partie des groupes armés

Le gouvernement malien a signé dimanche à Alger avec une partie des groupes armés du nord du pays un "accord de paix et de réconciliation" pour mettre fin aux violences.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Mali : procès en vue pour Sanogo

Attendu depuis des mois, le procès d'Amadou Haya Sanogo et de plusieurs autres membres de l'ex-junte malienne pourrait se tenir prochainement. "Peut-être en juin", estime une source judiciaire[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Mali : l'avenir de l'Afrique au coeur du Forum de Bamako

Le 15e Forum de Bamako s’est déroulé du 19 au 21 février avec comme questionnement central l'avenir du continent à moyen terme.[...]

César 2015 : le film franco-mauritanien "Timbuktu" triomphe avec sept prix

Le film franco-mauritanien "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako, chronique de la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes, a triomphé vendredi à la 40e cérémonie des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120501082609 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120501082609 from 172.16.0.100