Extension Factory Builder
30/04/2012 à 11:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nicolas Sarkozy a démenti avoir été financé par Mouammar Kaddafi pour sa campagne de 2007 Nicolas Sarkozy a démenti avoir été financé par Mouammar Kaddafi pour sa campagne de 2007 © AFP

À moins d’une semaine du second tour de la présidentielle française, Mouammar Kadhafi s’invite - à titre posthume - dans l'actualité politique. Après la publication par le site Mediapart d’un document qui attesterait d’un financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 par le régime libyen, le président sortant a démenti et déclaré vouloir porter plainte. Moussa Koussa, ancien chef des services secrets libyens, dont la signature figure sur le document en question, ainsi que Béchir Salah Béchir, ex-directeur de cabinet du colonel Kadhafi, en exil en France, ont également réfuté l’accusation.

Nicolas Sarkozy va porter plainte contre le site internet d’information Mediapart. Celui a publié un document samedi 28 avril qui apporterait la preuve d’un financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par le régime libyen de Mouammar Kadhafi, à hauteur de 50 millions d’euros.

« Nous déposerons plainte contre Mediapart », a déclaré le président sortant dans l'émission Les quatre vérités sur France 2, lundi 30 avril, précisant que ce serait fait « avant la fin » de la campagne. « Ceux qui mentent, ceux qui font des faux, doivent être condamnés par la justice », a-t-il estimé. « On ne va pas assimiler la presse à des comportements comme ça. Mais il y a une partie de la presse, et une partie des médias, et notamment le site en question (...) qui sont prêts à bidonner des documents », a encore dénoncé le président sortant.

La note ne précise pas si ces 50 millions d’euros – alors que le plafond des dépenses de campagne était de 18,3 millions d'euros pour un candidat au second tour en 2007 - ont effectivement été versés. Elle aurait été rédigée à la suite d'une réunion tenue le 6 octobre 2006 en présence de Abdallah Senoussi, beau-frère de Mouammar Kadhafi, de Béchir Salah Béchir, ainsi que de Brice Hortefeux, alors ministre délégué aux collectivités locales et de Ziad Takieddine.

Sarkozy dénonce une "manipulation" de la gauche

Nicolas Sarkozy a aussitôt dénoncé, dimanche 29 avril, une manipulation, qualifiant Mediapart, dont la source dans cette affaire a déjà été mise en doute par Le Monde, d’ « officine » au service de la gauche. Une affirmation que son adversaire François Hollande a rapidement démentie : « J'ai besoin, moi, qu'il y ait des journaux qui sortent des affaires ? Vous pensez que c'est comme ça que je pense gagner l'élection présidentielle ? » s'est indigné l'ex-Premier secrétaire du Parti Socialiste.

« Chaque fois qu'il y a un scandale qui éclate, et notamment qui touche le pouvoir, ce n'est jamais bon pour la démocratie, et jamais bon pour les partis de gouvernement », a-t-il encore déploré en demandant à la justice française de faire la lumière sur cette affaire.

Dissidents de la dernière heure

Le président sortant s’est surtout appuyé sur le démenti de deux des présumés protagonistes du document publié par Mediapart. Moussa Koussa, l’ancien chef des services secrets libyens réfugié à Doha et présumé signataire du document en question a ainsi nié son implication. De même que Béchir Salah Béchir, ex-directeur de cabinet du colonel Kadhafi.

Moussa Koussa a fait défection en pleine guerre en Libye, au début du mois d’avril 2011, alors que les Occidentaux lui avait délivré « un bon de sortie » en lui assurant qu’il ne serait pas inculpé par la Cour pénale internationale (CPI) s'il quittait à temps Mouammar Kadhafi. C’est également lui qui avait géré le dossier des infirmières bulgares, en 2007, en lien avec Claude Guéant, alors secrétaire général de Nicolas Sarkozy à l'Élysée. Quant à Béchir Salah Béchir, réfugié en France, il dispose d'un titre de séjour provisoire et d'une protection policière, comme l'avait révélé Le Canard enchaîné le 4 avril, alors même qu'il est recherché par Interpol.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une cr[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Génocide des Tutsis au Rwanda : déjà condamné en Allemagne, Rwabukombe sera rejugé

L'ancien maire rwandais Onesphore Rwabukombe, condamné l'an passé pour "complicité" dans le génocide des Tutsis en 1994, encourt désormais la perpétuité. Il est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers