Extension Factory Builder
30/04/2012 à 11:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nicolas Sarkozy a démenti avoir été financé par Mouammar Kaddafi pour sa campagne de 2007 Nicolas Sarkozy a démenti avoir été financé par Mouammar Kaddafi pour sa campagne de 2007 © AFP

À moins d’une semaine du second tour de la présidentielle française, Mouammar Kadhafi s’invite - à titre posthume - dans l'actualité politique. Après la publication par le site Mediapart d’un document qui attesterait d’un financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 par le régime libyen, le président sortant a démenti et déclaré vouloir porter plainte. Moussa Koussa, ancien chef des services secrets libyens, dont la signature figure sur le document en question, ainsi que Béchir Salah Béchir, ex-directeur de cabinet du colonel Kadhafi, en exil en France, ont également réfuté l’accusation.

Nicolas Sarkozy va porter plainte contre le site internet d’information Mediapart. Celui a publié un document samedi 28 avril qui apporterait la preuve d’un financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par le régime libyen de Mouammar Kadhafi, à hauteur de 50 millions d’euros.

« Nous déposerons plainte contre Mediapart », a déclaré le président sortant dans l'émission Les quatre vérités sur France 2, lundi 30 avril, précisant que ce serait fait « avant la fin » de la campagne. « Ceux qui mentent, ceux qui font des faux, doivent être condamnés par la justice », a-t-il estimé. « On ne va pas assimiler la presse à des comportements comme ça. Mais il y a une partie de la presse, et une partie des médias, et notamment le site en question (...) qui sont prêts à bidonner des documents », a encore dénoncé le président sortant.

La note ne précise pas si ces 50 millions d’euros – alors que le plafond des dépenses de campagne était de 18,3 millions d'euros pour un candidat au second tour en 2007 - ont effectivement été versés. Elle aurait été rédigée à la suite d'une réunion tenue le 6 octobre 2006 en présence de Abdallah Senoussi, beau-frère de Mouammar Kadhafi, de Béchir Salah Béchir, ainsi que de Brice Hortefeux, alors ministre délégué aux collectivités locales et de Ziad Takieddine.

Sarkozy dénonce une "manipulation" de la gauche

Nicolas Sarkozy a aussitôt dénoncé, dimanche 29 avril, une manipulation, qualifiant Mediapart, dont la source dans cette affaire a déjà été mise en doute par Le Monde, d’ « officine » au service de la gauche. Une affirmation que son adversaire François Hollande a rapidement démentie : « J'ai besoin, moi, qu'il y ait des journaux qui sortent des affaires ? Vous pensez que c'est comme ça que je pense gagner l'élection présidentielle ? » s'est indigné l'ex-Premier secrétaire du Parti Socialiste.

« Chaque fois qu'il y a un scandale qui éclate, et notamment qui touche le pouvoir, ce n'est jamais bon pour la démocratie, et jamais bon pour les partis de gouvernement », a-t-il encore déploré en demandant à la justice française de faire la lumière sur cette affaire.

Dissidents de la dernière heure

Le président sortant s’est surtout appuyé sur le démenti de deux des présumés protagonistes du document publié par Mediapart. Moussa Koussa, l’ancien chef des services secrets libyens réfugié à Doha et présumé signataire du document en question a ainsi nié son implication. De même que Béchir Salah Béchir, ex-directeur de cabinet du colonel Kadhafi.

Moussa Koussa a fait défection en pleine guerre en Libye, au début du mois d’avril 2011, alors que les Occidentaux lui avait délivré « un bon de sortie » en lui assurant qu’il ne serait pas inculpé par la Cour pénale internationale (CPI) s'il quittait à temps Mouammar Kadhafi. C’est également lui qui avait géré le dossier des infirmières bulgares, en 2007, en lien avec Claude Guéant, alors secrétaire général de Nicolas Sarkozy à l'Élysée. Quant à Béchir Salah Béchir, réfugié en France, il dispose d'un titre de séjour provisoire et d'une protection policière, comme l'avait révélé Le Canard enchaîné le 4 avril, alors même qu'il est recherché par Interpol.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

La France et le Maroc ont décidé samedi de "tourner la page" de près d'un an de brouille diplomatique, en rétablissant leur coopération judiciaire et anti-jihadiste, un réchauffe[...]

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de[...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120430111709 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120430111709 from 172.16.0.100