Extension Factory Builder
30/04/2012 à 11:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nicolas Sarkozy a démenti avoir été financé par Mouammar Kaddafi pour sa campagne de 2007 Nicolas Sarkozy a démenti avoir été financé par Mouammar Kaddafi pour sa campagne de 2007 © AFP

À moins d’une semaine du second tour de la présidentielle française, Mouammar Kadhafi s’invite - à titre posthume - dans l'actualité politique. Après la publication par le site Mediapart d’un document qui attesterait d’un financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 par le régime libyen, le président sortant a démenti et déclaré vouloir porter plainte. Moussa Koussa, ancien chef des services secrets libyens, dont la signature figure sur le document en question, ainsi que Béchir Salah Béchir, ex-directeur de cabinet du colonel Kadhafi, en exil en France, ont également réfuté l’accusation.

Nicolas Sarkozy va porter plainte contre le site internet d’information Mediapart. Celui a publié un document samedi 28 avril qui apporterait la preuve d’un financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par le régime libyen de Mouammar Kadhafi, à hauteur de 50 millions d’euros.

« Nous déposerons plainte contre Mediapart », a déclaré le président sortant dans l'émission Les quatre vérités sur France 2, lundi 30 avril, précisant que ce serait fait « avant la fin » de la campagne. « Ceux qui mentent, ceux qui font des faux, doivent être condamnés par la justice », a-t-il estimé. « On ne va pas assimiler la presse à des comportements comme ça. Mais il y a une partie de la presse, et une partie des médias, et notamment le site en question (...) qui sont prêts à bidonner des documents », a encore dénoncé le président sortant.

La note ne précise pas si ces 50 millions d’euros – alors que le plafond des dépenses de campagne était de 18,3 millions d'euros pour un candidat au second tour en 2007 - ont effectivement été versés. Elle aurait été rédigée à la suite d'une réunion tenue le 6 octobre 2006 en présence de Abdallah Senoussi, beau-frère de Mouammar Kadhafi, de Béchir Salah Béchir, ainsi que de Brice Hortefeux, alors ministre délégué aux collectivités locales et de Ziad Takieddine.

Sarkozy dénonce une "manipulation" de la gauche

Nicolas Sarkozy a aussitôt dénoncé, dimanche 29 avril, une manipulation, qualifiant Mediapart, dont la source dans cette affaire a déjà été mise en doute par Le Monde, d’ « officine » au service de la gauche. Une affirmation que son adversaire François Hollande a rapidement démentie : « J'ai besoin, moi, qu'il y ait des journaux qui sortent des affaires ? Vous pensez que c'est comme ça que je pense gagner l'élection présidentielle ? » s'est indigné l'ex-Premier secrétaire du Parti Socialiste.

« Chaque fois qu'il y a un scandale qui éclate, et notamment qui touche le pouvoir, ce n'est jamais bon pour la démocratie, et jamais bon pour les partis de gouvernement », a-t-il encore déploré en demandant à la justice française de faire la lumière sur cette affaire.

Dissidents de la dernière heure

Le président sortant s’est surtout appuyé sur le démenti de deux des présumés protagonistes du document publié par Mediapart. Moussa Koussa, l’ancien chef des services secrets libyens réfugié à Doha et présumé signataire du document en question a ainsi nié son implication. De même que Béchir Salah Béchir, ex-directeur de cabinet du colonel Kadhafi.

Moussa Koussa a fait défection en pleine guerre en Libye, au début du mois d’avril 2011, alors que les Occidentaux lui avait délivré « un bon de sortie » en lui assurant qu’il ne serait pas inculpé par la Cour pénale internationale (CPI) s'il quittait à temps Mouammar Kadhafi. C’est également lui qui avait géré le dossier des infirmières bulgares, en 2007, en lien avec Claude Guéant, alors secrétaire général de Nicolas Sarkozy à l'Élysée. Quant à Béchir Salah Béchir, réfugié en France, il dispose d'un titre de séjour provisoire et d'une protection policière, comme l'avait révélé Le Canard enchaîné le 4 avril, alors même qu'il est recherché par Interpol.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120430111709 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120430111709 from 172.16.0.100