Extension Factory Builder
25/04/2012 à 17:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pour Laurent Akoun, la forme de dialogue proposée par le pouvoir pose problème. Pour Laurent Akoun, la forme de dialogue proposée par le pouvoir pose problème. © Reuters

Le Front populaire ivoirien (FPI, parti de Laurent Gbagbo) pourrait ne pas participer au dialogue politique organisé par le pouvoir d’Alassane Ouattara les 27 et 28 avril à Grand-Bassam (est d’Abidjan). Laurent Akoun, secrétaire général par intérim du FPI, joint au téléphone à Abidjan, en donne les raisons.

Jeune Afrique : Les 27 et 28 avril, le pouvoir appelle l’opposition ivoirienne à un dialogue politique. Allez-vous y participer ?

Laurent Akoun : Nous sommes aujourd’hui le 25 avril, il y a encore deux jours avant la tenue de cette rencontre que le pouvoir appelle conclave, un terme d’ailleurs bien curieux. Vous verrez si nous y participerons ou non.

Des informations font état de votre volonté de boycotter cette rencontre. Qu’en est-il ?

Au FPI, nous sommes favorables au dialogue, c’est nous qui sommes demandeurs. Depuis que nous avons repris nos activités au lendemain des évènements postélectoraux, nous ne faisons que demander à dialoguer avec le pouvoir. Le dialogue et l’alternance politiques font partie de notre culture. S’il devait avoir un boycott, ce ne serait donc pas à notre niveau.

Qu’est-ce qui explique, dans ce cas, votre hésitation à participer à la rencontre des 27 et 28 avril ?

Nous n’avons pas dit « niet » au gouvernement. C’est la forme du dialogue qui nous pose problème. En septembre, à la faveur de la rencontre que nous avons eue avec Alassane Ouattara, nous avons remis au gouvernement un mémorandum qui contient l’essentiel de nos préoccupations - qui sont celles des Ivoiriens, notamment la sécurité des biens et des personnes sur toute l’étendue du territoire. Nous nous interrogeons juste sur les termes de référence de ce « conclave », qui ne précisent aucune rencontre préparatoire. Or, il aurait fallu qu’il y ait des rencontres préparatoires pour, entre autres, établir un chronogramme clair et consensuel. Cette préoccupation que nous avons transmise par courrier au Premier ministre n’a pas été acceptée. Il est trop facile de chercher à diaboliser le FPI en le présentant comme un parti qui refuse le dialogue alors que c’est lui qui en est demandeur.

Une partie de l’opposition conduite par Gervais Coulibaly, président de la Ligue des mouvements pour le progrès (LMP, coalition de plusieurs petits partis de l’opposition), compte participer au dialogue avec le pouvoir. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Rien ne nous contrarie dans le choix fait par Gervais Coulibaly de discuter avec le pouvoir. De même, le pouvoir est libre de discuter avec qui il veut.

____

Propos recueillis par André Silver Konan, à Abidjan.

 
 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Abidjan remporte le premier round dans son différend maritime avec le Ghana

Abidjan remporte le premier round dans son différend maritime avec le Ghana

En attendant de se prononcer définitivement, la chambre spéciale qui arbitre le désaccord entre la Côte d'Ivoire et le Ghana sur leur frontière maritime a rendu des mesures conservatoires, le 25 a[...]

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara investi candidat de la coalition au pouvoir pour la présidentielle

Le président sortant Alassane Ouattara a été investi samedi à Abidjan "candidat unique" de la coalition au pouvoir en Côte d'Ivoire pour l'élection présidentielle[...]

Côte d'Ivoire : Ouattara va demander la levée totale de l'embargo sur les armes

Le président ivoirien Alassane Ouattara demandera, au lendemain de la présidentielle d'octobre prochain, la levée totale de l'embargo de l'ONU sur les armes que subit son pays depuis 2004, a-t-on appris[...]

Journée mondiale contre le paludisme : la Côte d'Ivoire à l'heure de la moustiquaire

Au bout d'une longue file d'attente, la distribution de moustiquaires se déroule dans le calme à Abidjan: la Côte d'Ivoire, l'un des pays les plus touchés par le paludisme, tente de combler son retard[...]

Annick Girardin, première ministre française en visite au Burkina depuis la chute de Compaoré

Annick Girardin, la secrétaire d’Etat française au Développement et à la Francophonie arrive ce samedi le 25 avril à Abidjan, première étape d’une tournée en[...]

Côte d'Ivoire - Hervé Renard : "Personnellement, il me manque deux primes"

L’affaire des primes non versées aux champions d’Afrique ivoiriens prend de grosses proportions en Côte d’Ivoire. Hervé Renard, le sélectionneur des Éléphants qui est[...]

Côte d'Ivoire : où sont passées les primes de la CAN 2015 ?

Gros malaise entre la FIF, le gouvernement et le Trésor public ivoiriens. Une grande partie des primes des Éléphants victorieux de la CAN 2015 se serait volatilisée : plus de 700 millions de F CFA sont[...]

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs a choisi le Cameroun pour lancer ses activités, le 23 avril. Opérationnel en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Ouganda, ce portail d'offres d'emploi développé par[...]

Kaaris, un rappeur sur le ring

Kaaris, Français d'origine ivoirienne, entend bien sonner le rap français à coup de punchlines dévastatrices.[...]

La Chine "offre" un stade olympique de 50 milliards de F CFA à la Côte d'Ivoire

Payé et construit par la Chine, le futur stade de la CAN 2021 sera bâti à Ebimpé dans la banlieue nord d'Abidjan. Mais on ne connaît pas les contreparties obtenues par le partenaire financier de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120425165843 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120425165843 from 172.16.0.100