Extension Factory Builder
25/04/2012 à 17:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pour Laurent Akoun, la forme de dialogue proposée par le pouvoir pose problème. Pour Laurent Akoun, la forme de dialogue proposée par le pouvoir pose problème. © Reuters

Le Front populaire ivoirien (FPI, parti de Laurent Gbagbo) pourrait ne pas participer au dialogue politique organisé par le pouvoir d’Alassane Ouattara les 27 et 28 avril à Grand-Bassam (est d’Abidjan). Laurent Akoun, secrétaire général par intérim du FPI, joint au téléphone à Abidjan, en donne les raisons.

Jeune Afrique : Les 27 et 28 avril, le pouvoir appelle l’opposition ivoirienne à un dialogue politique. Allez-vous y participer ?

Laurent Akoun : Nous sommes aujourd’hui le 25 avril, il y a encore deux jours avant la tenue de cette rencontre que le pouvoir appelle conclave, un terme d’ailleurs bien curieux. Vous verrez si nous y participerons ou non.

Des informations font état de votre volonté de boycotter cette rencontre. Qu’en est-il ?

Au FPI, nous sommes favorables au dialogue, c’est nous qui sommes demandeurs. Depuis que nous avons repris nos activités au lendemain des évènements postélectoraux, nous ne faisons que demander à dialoguer avec le pouvoir. Le dialogue et l’alternance politiques font partie de notre culture. S’il devait avoir un boycott, ce ne serait donc pas à notre niveau.

Qu’est-ce qui explique, dans ce cas, votre hésitation à participer à la rencontre des 27 et 28 avril ?

Nous n’avons pas dit « niet » au gouvernement. C’est la forme du dialogue qui nous pose problème. En septembre, à la faveur de la rencontre que nous avons eue avec Alassane Ouattara, nous avons remis au gouvernement un mémorandum qui contient l’essentiel de nos préoccupations - qui sont celles des Ivoiriens, notamment la sécurité des biens et des personnes sur toute l’étendue du territoire. Nous nous interrogeons juste sur les termes de référence de ce « conclave », qui ne précisent aucune rencontre préparatoire. Or, il aurait fallu qu’il y ait des rencontres préparatoires pour, entre autres, établir un chronogramme clair et consensuel. Cette préoccupation que nous avons transmise par courrier au Premier ministre n’a pas été acceptée. Il est trop facile de chercher à diaboliser le FPI en le présentant comme un parti qui refuse le dialogue alors que c’est lui qui en est demandeur.

Une partie de l’opposition conduite par Gervais Coulibaly, président de la Ligue des mouvements pour le progrès (LMP, coalition de plusieurs petits partis de l’opposition), compte participer au dialogue avec le pouvoir. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Rien ne nous contrarie dans le choix fait par Gervais Coulibaly de discuter avec le pouvoir. De même, le pouvoir est libre de discuter avec qui il veut.

____

Propos recueillis par André Silver Konan, à Abidjan.

 
 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Alassane Ouattara inaugure le troisième pont d'Abidjan

Alassane Ouattara inaugure le troisième pont d'Abidjan

Construit en un peu plus de deux ans par les équipes de Bouygues, le pont à péage Henri Konan Bédié doit fluidifier la circulation de la capitale économique ivoirienne. Son ouverture &agra[...]

Olam acquiert l'activité cacao d'ADM pour 1,3 milliard de dollars

Après avoir cédé plusieurs de ses activités en Afrique, Olam poursuit sa stratégie de recentrage en faisant l'acquisition de l'activité cacao d'ADM. L'opération permet au[...]

Vidéo : Yaya Touré et Benzema dans la "dream team" de Zidane

Rédacteur en chef spécial de l'émission de Canal+ "L'Équipe de dimanche" du 14 décembre, Zinédine Zidane a dévoilé le nom des 11 joueurs et des remplaçants[...]

Côte d'Ivoire : le parti de Gbagbo appelle la CPI à renoncer à ses poursuites

Le parti de Laurent Gbagbo a appelé vendredi la Cour pénale internationale (CPI) à abandonner ses poursuites contre l'ex-président ivoirien, son épouse et son ancien ministre Charles Blé[...]

Justice et réconciliation en Côte d'Ivoire : le rapport très critique de la FIDH

Dans son dernier rapport, la FIDH reste très sévère à l’égard du régime ivoirien et juge largement incomplètes les actions menées pour solder les comptes de la crise[...]

Exclusif. Blaise Compaoré est de retour à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire

Parti du Maroc il y a quelques jours, l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré a atterri vendredi matin à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire.[...]

La Côte d'Ivoire refuse toujours de livrer Simone Gbagbo à la CPI

LA CPI a sommé jeudi la Côte d'Ivoire de lui livrer Simone Gbagbo, l'épouse de l'ancien président. Elle a aussi confirmé quatre charges de crimes contre l'humanité contre Charles[...]

La CPI confirme les charges de crimes contre l'humanité pesant sur Charles Blé Goudé

Le procès de Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale (CPI) aura bien lieu. La chambre préliminaire de la Cour a confirmé jeudi quatre charges de crimes contre[...]

Côte d'Ivoire : la police empêche les pro-Gbagbo d'ouvrir leur congrès du FPI

Les forces de l'ordre étaient positionnées jeudi matin à Treichville pour empêcher les militants pro-Gbagbo de tenir un congrès du FPI reporté par décision judiciaire sur demande de[...]

Côte d'Ivoire : imbroglio autour de la tenue du congrès du FPI

Rebondissement au Front populaire ivoirien. Alors que Pascal Affi N'Guessan avait annoncé mardi que le congrès du parti, qui devait se tenir à partir de jeudi, était reporté, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers