Extension Factory Builder
24/04/2012 à 14:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des membres du MNLA en février 2012. Des membres du MNLA en février 2012. © AFP

Serait-ce la fin de l'alliance entre la rébellion touarègue et les islamistes d'Ansar Eddine ? Cela en a tout l'air. Sous les auspices du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), chefs religieux, chefs coutumiers et notables du Nord-Mali ont décidé de se réunir à Gao, les 25 et 26 avril. Objectif : "prononcer une "fatwa" contre tous les groupes armés qui sont sur le territoire de l'Azawad", martèle Moussa Ag Assarid, l’un des porte-paroles du MNLA, interviewé par Jeune Afrique.

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) prend ses distances avec les islamistes présents dans le nord du Mali. En se réunissant les 25 et 26 avril à Gao, les chefs religieux, chefs coutumiers et notables entendent prononcer une « fatwa » contre Ansar Eddine, le groupe islamiste fondé par Iyad Ag Ghali, mais aussi et surtout contre ses alliés salafistes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et du Mouvement unifié pour le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), qui contrôlent notamment la ville de Tombouctou.

Très utiles au début des combats, les djihadistes s'avèrent à présent très embarrassants pour le MNLA, qui a fait de la laïcité l'un des points forts de son argumentaire. À l'opposé des revendications d'Ansar Eddine et de son chef Iyad Ag Ghali, qui, devenu guide spirituel, affirme se battre pour l'instauration de la charia dans tout le Mali, thème beaucoup plus fédérateur dans le nord du pays, à majorité musulman, et qui a permis le ralliement de nombreux jeunes désœuvrés.

« Nous n'avons jamais invité Ansar Eddine, ni Aqmi, ni le Mujao à se joindre à nous, se défend Ag Assarid, l'un des porte-paroles du MNLA. Et nous ne voulons pas que notre territoire devienne un lieu d'entraînement pour djihadistes », ajoute-t-il, en accusant ces groupes d'avoir installé un camp d'entraînement à 400 kilomètres à l'est de Gao.

« Nous avons besoin de toute l'aide logistique et matérielle que la communauté internationale voudra bien nous apporter pour les repousser hors de chez nous », fait-on valoir du côté de la rébellion touarègue. Peut-être un point commun, enfin, avec le pouvoir de Bamako...

La FDR réclame un "retour réel à l'ordre constitutionnel"

Et à Bamako, en effet, on s'agace de la situation. Deux semaines après la signature d’un accord-cadre entre les putschistes maliens et la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et la République (FDR) réclame, dans un communiqué, « le retour de l'armée dans les casernes ». La coalition, qui affirme regrouper « 40 partis politiques et 100 organisations de la société civile » en a appelé à la société civile malienne mais aussi à la Cedeao, en vue « d'un retour réel à l'ordre constitutionnel ». Le FDR a également demandé à l’organisation régionale « qu'elle veille au respect strict de la légalité constitutionnelle et aide à la libération du nord du pays ».

Le communiqué accuse les auteurs du coup d’État d’avoir « accéléré la partition du pays ». Dans le Nord, peut-on lire, « les populations sont soumises à toutes sortes d'exactions et exposées à une crise humanitaire sans précédent ».
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali - Moussa Mara : 'La justice a de la mémoire'

Mali - Moussa Mara : "La justice a de la mémoire"

Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s'est ex[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

Mali : accrochages entre l'armée française et un "groupe armé terroriste de type Aqmi"

L'armée française a affronté dans la nuit de mardi à mercredi des combattants d'Aqmi, dans la vallée de l'Ametetai, au nord du Mali.[...]

Mali : MNLA, MAA et HCUA créent une coordination militaire commune

Le 28 octobre, les groupes armés de la coordination des mouvements de l'Azawad ont annoncé la création d'un état-major commun. Objectif prétendu : sécuriser les régions du Nord sous[...]

Mali : Pédro Kouyaté... métro, tempo, brio !

Après avoir exploré le monde et la tradition mandingue avec les plus grands, Pédro Kouyaté s'est posé dans le tube parisien. Entre deux concerts, le Malien envoûte les passants.[...]

Terrorisme : la Minusma a-t-elle les moyens de sécuriser le Nord-Mali ?

Pour le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, "le nord du Mali est fragilisé parce que la Minusma n'a pas été au rendez-vous au moment où il le fallait".[...]

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Le Mali tente de juguler toute propagation du virus Ebola après l'annonce d'un premier cas dans le pays, tandis que les États-Unis ont placé une personne en quarantaine d'office pour la première fois.[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers