Extension Factory Builder
20/04/2012 à 17:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alassane Ouattara, qui dirige actuellement la Cedeao, le 17 avril 2012 à Abidjan. Alassane Ouattara, qui dirige actuellement la Cedeao, le 17 avril 2012 à Abidjan. © Sia Kambou

Les États membres de la Cedeao se réuniront jeudi 26 avril en sommet extraordinaire à Abidjan. À l'ordre du jour, les crises malienne et bissau-guinéenne.

 « Il y a un sommet extraordinaire des chefs d'État jeudi (26 avril) à 10 heures (locales et GMT) à Abidjan sur le Mali et la Guinée-Bissau ». C’est ce qu’à indiqué l’entourage du président ivoirien Alassane Ouattara, qui est à la tête de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao).

L’organisation régionale fait face à deux crises majeures simultanées, suite à des coups d’État au Mali le 22 mars puis en Guinée-Bissau le 12 avril.

Bien qu’un Premier ministre de transition ait été nommé au Mali, la Cedeao soupçonne aujourd’hui les militaires, qui avaient renversé le président Amadou Toumani Touré, de ne pas vouloir céder le pouvoir aux civils, et ce malgré l’Accord-cadre conclu avec la Cedeao le 6 avril. L’instance régionale envisage par ailleurs - au cas où le dialogue échouerait - de dépêcher une force militaire dans le nord du pays, aujourd’hui contrôlé par la rébellion touarègue et des groupes islamistes armés, parmi lesquels Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

"Usurpation du pouvoir"

Quant à la Guinée-Bissau, l’organisation régionale a formellement condamné jeudi la mise en place d'un « Conseil national de transition ». La Cedeao n’exclu pas non plus de recourir à la force face à cette « usurpation du pouvoir » par les auteurs du putsch du 12 avril. Les pays lusophones, au premier rang desquels le Portugal, ancienne puissance coloniale en Guinée-Bissau et l’Angola, ont demandé jeudi soir au Conseil de sécurité de l’Onu d’envoyer une « force de stabilisation ».

Celle-ci pourrait intégrer des contingents d'Afrique de l'Ouest et de pays lusophones, notamment des soldats angolais déjà présents sur place dans le cadre d'un accord bilatéral de coopération. « La Guinée-Bissau n'acceptera pas une force d'interposition car la situation ne l'exige pas. Si on lui envoie une force, elle défendra son intégrité territoriale », a répondu vendredi le lieutenant-colonel Daba Na Walna.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Nord-Mali : au moins 4 soldats de la Minusma tués dans l'explosion d'une mine

Nord-Mali : au moins 4 soldats de la Minusma tués dans l'explosion d'une mine

Le bilan provisoire de l'explosion d'une mine au passage d'un convoi de la Minusma mardi au nord de Kidal est d'au moins 4 morts et 15 blessés.[...]

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une "solution définitive" à la crise

Le gouvernement et des groupes armés maliens ont repris lundi les pourparlers d'Alger en vue de ramener la paix dans le nord du pays. Un deuxième round de discussions après la signature fin juillet d'une[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Mali : les groupes armés du nord peaufinent leurs revendications à Ouagadougou

Les principaux mouvements armés du Nord du Mali sont réunis depuis mardi à Ouagadougou. Objectif : harmoniser leur plateforme de revendications avant un second round de négociations décisif avec[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Mali : le Prytanée militaire de Kati, école d'excellence de l'armée

Sanogo, Dacko, Fané... Tous sortent du même moule : le Prytanée militaire de Kati. Un établissement d'excellence hérité de l'époque coloniale où l'on apprend[...]

Mali - Moctar Mariko : "Les libérations d'auteurs présumés de violences nous atterrent"

La libération, le 15 août dernier, de l'ancien juge islamique de Tombouctou - notamment responsable d'avoir fait pratiquer des amputations -, a suscité les protestations de l'Association malienne des droits de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex