Extension Factory Builder
20/04/2012 à 17:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alassane Ouattara, qui dirige actuellement la Cedeao, le 17 avril 2012 à Abidjan. Alassane Ouattara, qui dirige actuellement la Cedeao, le 17 avril 2012 à Abidjan. © Sia Kambou

Les États membres de la Cedeao se réuniront jeudi 26 avril en sommet extraordinaire à Abidjan. À l'ordre du jour, les crises malienne et bissau-guinéenne.

 « Il y a un sommet extraordinaire des chefs d'État jeudi (26 avril) à 10 heures (locales et GMT) à Abidjan sur le Mali et la Guinée-Bissau ». C’est ce qu’à indiqué l’entourage du président ivoirien Alassane Ouattara, qui est à la tête de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao).

L’organisation régionale fait face à deux crises majeures simultanées, suite à des coups d’État au Mali le 22 mars puis en Guinée-Bissau le 12 avril.

Bien qu’un Premier ministre de transition ait été nommé au Mali, la Cedeao soupçonne aujourd’hui les militaires, qui avaient renversé le président Amadou Toumani Touré, de ne pas vouloir céder le pouvoir aux civils, et ce malgré l’Accord-cadre conclu avec la Cedeao le 6 avril. L’instance régionale envisage par ailleurs - au cas où le dialogue échouerait - de dépêcher une force militaire dans le nord du pays, aujourd’hui contrôlé par la rébellion touarègue et des groupes islamistes armés, parmi lesquels Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

"Usurpation du pouvoir"

Quant à la Guinée-Bissau, l’organisation régionale a formellement condamné jeudi la mise en place d'un « Conseil national de transition ». La Cedeao n’exclu pas non plus de recourir à la force face à cette « usurpation du pouvoir » par les auteurs du putsch du 12 avril. Les pays lusophones, au premier rang desquels le Portugal, ancienne puissance coloniale en Guinée-Bissau et l’Angola, ont demandé jeudi soir au Conseil de sécurité de l’Onu d’envoyer une « force de stabilisation ».

Celle-ci pourrait intégrer des contingents d'Afrique de l'Ouest et de pays lusophones, notamment des soldats angolais déjà présents sur place dans le cadre d'un accord bilatéral de coopération. « La Guinée-Bissau n'acceptera pas une force d'interposition car la situation ne l'exige pas. Si on lui envoie une force, elle défendra son intégrité territoriale », a répondu vendredi le lieutenant-colonel Daba Na Walna.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers